Archives par étiquette : organiste

Complément d’enquête… au Puy-en-Velay (Haute-Loire)

L’organiste de la cathédrale du Puy en 1790, François Pierre CHONCQ a fait l’objet d’une étude particulière de la part de Georges Escoffier, spécialiste de ce lieu de musique. Ce travail d’investigation nous permet d’en apprendre davantage sur le parcours de ce musicien venu d’Allemagne et passé par Valence (Drôme). Comme on le voit en confrontant la première phrase du présent texte, et la signature du reçu placé ci-après en illustration, la graphie de son patronyme oscille entre « Choncq » et « Schonck », ce qui ne simplifie pas l’enquête…

Enquête à découvrir dans l’article de Georges Escoffier, « L’énigmatique sieur Choncq : un organiste allemand au Puy-en-Velay à la veille de la Révolution », Cahiers de la Haute-Loire, 2020, p.93-105.

À partir du Puy-en-Velay, point de départ d’une patiente exploration des villes environnantes, Georges Escoffier investit les lieux de musique des villes moyennes de province de la France du XVIIIe siècle.
À retrouver dans son ouvrage Tambours, théâtre et Te Deum (Garnier, 2020).

 

Du neuf sur… Guillaume CAUQUIL, organiste à Narbonne, puis à Perpignan

En 1790, Guillaume CAUQUIL (176-1815) était organiste de la collégiale Saint-Paul de Narbonne. Il avait sa notice en ligne depuis la première publication Muséfrem, en juin 2014. Préparée par Lluís Bertran, cette biographie était fondée uniquement sur les démarches administratives effectuées par le musicien pour être payé de ses derniers mois de service en 1790, et pour la continuation de son service à l’orgue de 1791 à 1793, une fois la collégiale devenue église paroissiale.
On perdait ensuite sa trace, et son prénom même restait ignoré, ainsi que son âge.
 
Le 2 février 2021, soit six ans et demi après la publication, Sophie Milard nous a permis de compléter magistralement cette biographie !
 
Sophie Milard est étudiante à l’Université de Perpignan, où elle prépare un master d’histoire consacré à la reconstruction des musiques d’Église pendant la période concordataire. Dans ce cadre, elle a retrouvé trace de Guillaume CAUQUIL engagé comme organiste à Saint-Jean de Perpignan à partir de 1806. Elle a mené une solide enquête familiale sur lui, qui a permis non seulement de lui restituer son prénom, mais aussi tout un itinéraire, de son baptême en 1768 à Camplong (dans l’Aude) jusqu’à son décès à Perpignan, en 1815, où il est professeur de piano.
 
Au lieu de garder jalousement ses données par devers elle, elle les a généreusement communiquées à Muséfrem, où elles ont été aussitôt intégrées. Nous la remercions chaleureusement.
 
Voici la nouvelle version de la notice Guillaume CAUQUIL : 

Muséfrem à l’honneur dans les Annales du Midi (n° 301, 2018)

La dernière livraison des Annales du Midi (no 301, daté de janvier-mars 2018) contient deux articles en lien avec le programme de recherche Muséfrem.

Le premier article présente l’étude qu’Aurélien Gras a menée à partir de la correspondance de l’organiste Jean-Baptiste VALLIÈRE (1737-1789).
A. Gras est aussi l’auteur de la synthèse sur les musiciens d’Église du Vaucluse et a soutenu une thèse d’histoire moderne en 2018, sur les musiciens de Provence.

  • Aurélien Gras, « Entre la Provence, Paris et le Languedoc. Le milieu musical provençal à travers la correspondance de l’organiste Jean-Baptiste Vallière (1737-1789) », Annales du Midi, no 301, 2018, p.45-57.

Pour le second article, Mathieu Gaillard a exhumé des documents qui nourrissent la biographie de Charles LEVENS (1689-1764) et éclairent son parcours sous un jour inattendu.
M. Gaillard est l’auteur des synthèses départementales de la Gironde et de la Charente.

  • Mathieu Gaillard, « Le mariage discret de Charles Levens, maître de musique et compositeur du XVIIIe siècle : deux documents inédits », Annales du Midi, no 301, 2018, p.59-70.

L’orgue de Saint-Géraud d’Aurillac (Cantal)

Nicolas GUEUDRY (Rouen, 1725-Aurillac, 1794) a occupé pendant 27 ans le poste d’organiste de la collégiale Saint-Géraud d’Aurillac. C’est lui qui exerce de 1763 jusqu’en 1790, lorsque les chapitres sont supprimés.
En 1777, il quitte momentanément la ville pour se rendre à Moulins, le temps de la construction d’un nouvel orgue.
En janvier 1780, il est de retour pour la réception de l’instrument et le mariage de sa fille Hélène, en présence du facteur d’orgue Joseph RABINY, paroisse Saint-Géraud.

F-Ad15/ 2 E 14 / 18,1, Signatures de l’acte de mariage de Joseph Crémont et Hélène Gueudry à Aurillac, le 18 janvier 1780.

18 janvier 1780 [mariage] entre Sieur Joseph CREMONT musicien fils majeur et légitime de Jean Cremont et de Leonarde Brousse originaire de la ville de tulle et habitans de cette ville d’une part et demlle jeanne helene gueudry fille mineure et legitime du Sr nicola jean GUEUDRY organiste et de dame honoré claude dubuisson habitants de droit et de fait de cette ville d’autre part […] en présence de des Sieurs nicolas jean GUEUDRY père de l’épouse, de sieur Antoine CREMONT frère de l’époux, d’antoine Guitard procureur fondé des père et mere de l’époux et du Sieur gereau capelle [?]fficiés au garnizon d’auvergne habitant d’Aurillac.[signatures]
Gueudry dite Bellemarre / Cremont / Cremont cadet [Antoine] / Gueudry / Guillard / Capelle / Rabiny / Boysson

L’orgue touché par N. Gueudry a été préservé. L’association Agora 15 et François Blanc oeuvrent pour son entretien, sa sauvegarde et sa restauration.

La Montagne, 10 novembre 2018