Complément d’enquête… à Saint-Flour (Cantal)

Complément d’enquête réalisé par Patrick Bec, contributeur de Muséfrem, sur les familles des choriers composant les bas choeurs de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Flour et de la collégiale Notre-Dame de Saint-Flour.

Patrick Bec, « Les choriers de Saint-Flour, des musiciens au service de l’Église », L’Écir, Bulletin du Groupe d’Études Historiques et de Recherches généalogiques de Saint-Flour. Aubrac – Planèze – Margeride, Saint-Flour, no 74, octobre 2020, p.31-52.

Affiche des choriers de la  collégiale Notre-Dame de Saint-Flour, 1454, Arch. dép. du Cantal, 10 PH 462.

Outre la présentation de l’enquête nationale et de la synthèse départementale du Cantal pour les abonné.e.s, Patrick Bec a reconstitué finement les généalogies de quelques familles sanfloraines et restitue une partie des réseaux familiaux dans lesquels évoluent ces chantres, tout au long du XVIIIe siècle. Ces ecclésiastiques, sans descendance, sont souvent les oubliés des généalogistes.

Pour en savoir plus
https://archives.cantal.fr/explorer/expositions-et-albums/expositions-virtuelles/insolites
http://genealogie-saint-flour.over-blog.com/
http://philidor.cmbv.fr/musefrem/cantal

Les premiers ateliers français de copistes en musique

Webinaire international de recherche CMBV-IReMus,
février-juillet 2021
Responsables scientifiques : Pascal Denécheau (IReMus)
et Laurent Guillo (CMBV).

Contexte

À côté des imprimeurs et des graveurs, les copistes sont des maillons essentiels de la production des sources musicales. Leur rôle est incontournable pour la diffusion des œuvres non imprimées et pour la préparation des parties nécessaires à l’orchestre et au chœur. Qu’ils travaillent dans un atelier très productif (tel celui de Philidor et Fossard) ou au contraire comme copistes occasionnels, leur production peut s’inscrire dans une visée commerciale (comme chez Foucault et Loulié) ou dans une ambition mémorielle.

Leur production a surtout été considérée par le biais des études sur les collections musicales ou sur les sources d’un compositeur ; leur travail est d’autant plus difficile à apprécier que leurs copies sont rarement signées ni datées. Leur étude nécessite une reconnaissance des graphies et peut être enrichie avec les méthodes de la codicologie (papiers, collation, reliure…) comme de la rastrologie (mise en page, mesures, encres…).

Objectif

L’ambition de ce séminaire est de revitaliser la recherche sur les premiers ateliers de copistes sur une période qui va de Lully jusque vers 1730. Il s’agira autant que possible de considérer les copistes pour eux-mêmes, d’examiner et de baliser certaines de leurs productions, comme d’évoquer les aspects économiques, artistiques et culturels de cette activité.

Organisation

Sont prévues 6 séances de février à juillet 2021, sous la forme d’un webinaire. Chaque séance accueillera trois contributions et sera ouverte au public sur réservation préalable à seminaire.copistes@gmail.com

Un carnet de recherche permettra de retracer les étapes du webinaire et d’accueillir des contributions diverses : https://atecop.hypotheses.org

Malgré la période d’étude choisie, assez nettement antérieure à celle considérée par le chantier Muséfrem, l’équipe Muséfrem se réjouit de cette annonce, dont le thème ne lui est pas étranger. À la veille de la Révolution encore, nombreux sont les musiciens d’Église à être rémunérés en complément pour des travaux de copie musicale.

Tambours, théâtre et Te Deum

Georges Escoffier

Tambours, théâtre et Te Deum.
Pour une socio-économie de la musique à l’âge des Lumières

Tambours, théâtre et Te Deum. Pour une socio-économie de la musique à l’âge des Lumières

Paris, Classiques Garnier, collection Musicologie, 2020, 607 pages, 56 euros, ISBN 978-2-406-09887-4.
Pour accéder au site de l’éditeur.

Présentation de l’éditeur
L’étude de la situation des musiciens d’une ville moyenne, des plus modestes aux plus prestigieux, révèle d’importantes mutations dans leur condition sociale, entre appartenance et précarité. Des cris des rues aux chansons, des motets à l’opéra-comique et au concert, tout un contexte social résonne.

La Base de données Muséfrem au service de tous : Témoignage

« Je suis tombé par hasard sur votre base de données, dont j’ignorais l’existence. Je tiens à vous remercier pour le travail extraordinaire qu’elle doit représenter, et duquel j’ai pu profiter pour mes recherches généalogiques.
Je cherchais notamment plus d’informations sur Pierre Saint Clivier et Reine Lemaître, desquels descend ma compagne. Dans votre base de données se trouvent des entrées pour Pierre SAINT CLIVIER ainsi que pour Pierre LEMAÎTRE, frère de Reine Lemaître.
Concernant ce dernier, je peux vous apporter quelques petits compléments d’information […].
Pour la petite histoire : Je constituais la fratrie Lemaître, et malgré le nombre déjà extraordinaire de quinze enfants, Pierre né en 1744 n’y figurait pas. Par contre, j’ai trouvé les deux mariages d’Hélène, dont le premier contenait ce passage inhabituel « […] je prestre soussigné frère de l’épouse […] ». Aucun des enfants trouvés jusque-là ne pouvait être ce prêtre, car il fallait qu’il soit mâle, non-marié, en vie, et suffisamment âgé pour être prêtre… Dans mon désespoir, j’ai tapé « Lemaître prêtre Bourges » dans Google et je suis tombé sur son entrée dans votre base de données. Et c’est ainsi que j’ai découvert la vie de Pierre Lemaître avec tous les détails y compris sa fin tragique. Merci ! »

Christoph Winkelmann (décembre 2020)

D’autres commentaires dans le Livre d’or.