Programme des 11es rencontres du Réseau Muséfrem

Clermont-Ferrand, jeudi 28 octobre 2021
Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru, Amphithéâtre 125 (1er étage)
Lire l’appel à communications
Télécharger le programme de la JE Muséfrem 2021

La pluri-activité dans les chœurs capitulaires
à la fin de l’Ancien Régime

Programme

9h30 – Youri CARBONNIER et Stéphane GOMIS, « Introduction »

10h – Youri CARBONNIER, « Vue d’ensemble à partir de la base Muséfrem »

10h45 – Pause

11h15 – Sylvie GRANGER, « L’exemple de la cathédrale d’Auxerre »

11h45 Christophe MAILLARD, « La situation dans le ressort des futurs départements d’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher »

12h30 -14h – Pause déjeuner

14h – Pierre MESPLE, « Les cas de la cathédrale de Chartres et des collégiales de l’Eure »

14h45 – Youri CARBONNIER, « La pluriactivité des musiciens du roi »

15h30 – Pause

16h – Stéphane GOMIS, « Un portrait atypique : Georges Martin (1640-vers 1680) »

16h45 – Table ronde : Bilan de la journée (Youri Carbonnier, Stéphane Gomis, Sylvie Granger)

Le lendemain, vendredi 29 octobre, 9h30 à 15h30, se déroulera un séminaire réservé aux contributeurs actuels et à venir au programme Muséfrem (sur inscription auprès de youri.carbonnier@wanadoo.fr et de Sylvie.Granger@univ-lemans.fr).

Matin : Amphithéâtre 220 (2ème étage) / Après-midi : Salle 26 (RDC)

– Octobre 2020-octobre 2021, bilan d’une année de travail : nouveaux contributeurs, rythme des saisies et des publications (Sylvie GRANGER, Youri CARBONNIER)

– Projets en cours ou prévus (Julien CHARBEY, Laurent GUILLO, Youri CARBONNIER, Stéphane GOMIS, Sylvie GRANGER et débat collectif)

La pluri-activité dans les chœurs capitulaires à la fin de l’Ancien Régime

Auxerre, le 9 novembre 1789 : le chapitre de la cathédrale Saint-Étienne accorde à Bonaventure Bonnotte, qui chante la basse-contre au chœur depuis trente ans, la permission « de s’absenter le mardy soir veille de la foire et toute la journée de mercredi, jour de la foire ». Au fil des années précédentes, cette permission avait été réitérée presque tous les ans, avec parfois la précision « pour les affaires de son commerce ». Bonnotte, en effet, est aussi cordonnier, comme l’était son père. Son statut de musicien à la cathédrale n’en est pas moins officiel et reconnu.

On avait pris l’habitude de considérer que la pluri-activité au sein des musiques d’Église concernait essentiellement les organistes et chantres des églises de second rang, où l’office n’était pas chanté au quotidien (églises abbatiales et paroissiales). On en découvre peu à peu des traces au cœur des chœurs cathédraux et collégiaux, y compris importants. C’est ce phénomène que les Rencontres Muséfrem de l’automne 2021 se proposent d’explorer.

Quelle est l’importance du phénomène à l’échelle d’un corps de musique ou à l’échelle du royaume ? Peut-on distinguer des régions plus marquées par la pluri-activité ?
Quels types d’activités sont exercés par les musiciens ? On peut s’interroger sur les métiers artisanaux, mais aussi sur l’exercice de charges publiques, voire sur des travaux en lien avec la musique (édition par exemple).
Peut-on quantifier le rapport entre le temps consacré à l’activité musicale et celui dévolu à une autre profession ? L’exemple cité en introduction amène à s’interroger sur la place de la pratique musicale dans l’emploi du temps de ces « musiciens plus » – Pierre Goubert qualifiait de « paysans plus » ceux qui exerçaient une activité complémentaire, en particulier artisanale.
L’approche économique ne saurait être oubliée : elle est sans doute au cœur des préoccupations de ces musiciens, Pour autant, sont-ce les musiciens qui choisissent d’exercer un autre métier pour compléter des émoluments qui leur paraissent trop faibles ? Les chapitres ne choisissent-ils pas au contraire de recruter des hommes qui disposent déjà d’un revenu, afin d’entretenir un corps de musique à moindres frais ? Des réponses émergeront peut-être de la géographie de la pluri-activité évoquée plus haut.

Ces quelques interrogations peuvent guider les propositions, mais la réflexion reste ouverte à d’autres pistes. L’approche peut être monographique ou globale. En revanche, on se limitera strictement à la période précédant la dissolution des chapitres, de manière à éviter toute tentation de parler à nouveau des reconversions consécutives aux bouleversements survenus à la fin de l’année 1790, thème déjà traité lors des Rencontres Muséfrem de 2016 [et ayant donné lieu à la publication d’un numéro spécial de Siècles, Reconversions et migrations professionnelles. Le monde des musiciens et des comédiens à l’heure de la Révolution et de l’Empire [en ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 08 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/siecles/3356]

Les propositions sont à envoyer à
Youri Carbonnier (youri.carbonnier@wanadoo.fr),
Bernard Dompnier (bernard.dompnier@orange.fr),
Stéphane Gomis (stephane.gomis@uca.fr) avant le 31 juillet 2021.

Comptant sur votre concours pour une rencontre que l’on espère aussi riche que les précédentes,

Bien amicalement,

Youri Carbonnier, Julien Charbey, Achille Davy-Rigaux, Bernard Dompnier,
Thierry Favier, Stéphane Gomis, Sylvie Granger
, Laurent Guillo

Le lendemain, vendredi 29 octobre 2021, se déroulera un séminaire réservé aux contributeurs actuels et à venir au programme Muséfrem (sur inscription auprès de youri.carbonnier@wanadoo.fr et de Sylvie.Granger@univ-lemans.fr)

Musiques sacrées en Normandie

Du 18 au 22 juillet 2021 : Colloque « Musiques sacrées en Normandie : rites et pratiques (XIIe-XXIe siècles) », Centre culturel international de Cérisy, Cérisy-la-Salle (Manche).
Organisateurs : Jean-Baptiste Auzel, Georges-Robert Bottin, Jean-François Détrée et François Neveux.

Pour mieux patienter, parcourez les synthèses et les notices des départements normands publiés dans https://philidor.cmbv.fr/musefrem/

Pour en savoir plus : https://cerisy-colloques.fr/musiquessacrees2021/

Programme provisoire (mai 2021)

Lundi 19 juillet
I – LES RÉPERTOIRES ET LES RITES, DU MOYEN ÂGE À NOS JOURS
Matin
Jean-Baptiste AUZEL : Présentation
Jean-François DÉTRÉE : Rites et pratiques : la musique sacrée est-elle révélée ou masquée par les cérémoniaux ?
Guillaume ANTOINE & Louis CHEVALIER : Le chant liturgique du Mont Saint-Michel (XIe-XVe siècles)
Laurence BRISSET & Océane BOUDEAU : Autour du Tropaire de Saint-Evroult

Après-midi
Frère Maximilien LAUNAY : Le répertoire des Prémontrés de l’abbaye de Mondaye
Christine NEVEU : Au Mont Saint-Michel, le chant des Fraternités Monastiques de Jérusalem

Soirée
« HORS LES MURS » – À COUTANCES
Concert à la chapelle du Sacré-Cœur du collège Guérard (Institut Jean-Paul II de Coutances), musique sacrée normande des XIXe et XXe siècles (Vincent GENVRIN & Françoise MASSET)


Mardi 20 juillet
Matin
Georges-Robert BOTTIN : Les cantiques de pèlerinages dans la Manche (fin XIXe et début XXe siècle)
Bruno CENTORAME : La musique religieuse à l’Institut Saint-Paul de Cherbourg (début XXe siècle)

Après-midi
« HORS LES MURS » – À L’ABBAYE DE LA LUCERNE
SÉANCE PUBLIQUE
Visite de l’abbaye, avec Virginie PARMENTIER-THÉBAULT
Nicolas LECERVOISIER : Présentation du travail de redécouverte de la musique sacrée normande par l’abbé Lelégard

II – MUSICIENS ET INTERPRÈTES
Sylvie GRANGER : L’enquête Muséfrem en Normandie : hommes et corps de musique religieuse à la veille de la Révolution [communication établie avec Pierre MESPLÉ]
Pierre MESPLÉ : Qui sont les organistes normands à la fin du XVIIIe siècle ? (d’après l’enquête Muséfrem)
Jean-François DÉTRÉE : Présentation de l’orgue de la Lucerne
Dominique DUMONT, François MOREAU & François NEVEUX : Conférence-Concert à l’orgue autour d’œuvres de compositeurs normands (XVIIIe – XXe siècles)

Dîner sur l’herbe

Soirée
« HORS LES MURS » – À L’ABBAYE DE LA LUCERNE
Concert Festival musical de l’abbaye de la Lucerne : musique médiévale normande (Ensemble De Caelis, dir. Laurence BRISSET)


Mercredi 21 juillet
III – AUTOUR DE L’ORGUE
Matin
Maurice ROUSSEAU : Les Orgues Portatifs à tuyaux polyphones en Normandie
François NEVEUX : Histoire des orgues de Bayeux (XVIIIe – XIXe siècles)
Bernard JEHAN : Ménard-Orange-Laforge, facteurs d’orgues à Coutances de 1839 à 1892

Après-midi
« HORS LES MURS » – SÉANCE ILLUSTRÉE DE MUSIQUES TENUES EN L’ÉGLISE DE CERISY-LA-SALLE
SÉANCE PUBLIQUE
Fabrice SIMON : Paul Allix, un organiste compositeur à Cherbourg au XXe siècle [conférence illustrée à l’orgue]
Bernard JEHAN & François LEMANISSIER : Que sait-on des orgues de Saint-Lô ?
François LEMANISSIER : Organiste d’église aujourd’hui, témoignage

Soirée
François DUPOUX : L’harmonium au-delà des salons parisiens [concert-conférence]


Jeudi 22 juillet
IV – DES PRATIQUES EN ÉVOLUTION
Matin
Maurice ROUSSEAU : L’orgue à rouleaux dans les églises, 1800-1850

Musique sacrée et ses usages aujourd’hui, entre cultuel et culturel, table ronde avec Daniel JAMELOT et Véronique PLAINTEL

Après-midi
Jean-Baptiste AUZEL, Georges-Robert BOTTIN, Jean-François DETRÉE, François NEVEUX : Conclusions générales

Complément d’enquête sur… la copie de la musique d’Église au XVIIIe siècle

Le résumé de la communication de Nathalie Berton-Blivet et Fabien Guilloux présentée lors du webinaire de recherche d’AteCop, le 1er avril 2021, « L’économie de la copie dans une maîtrise capitulaire : l’exemple de la collégiale Saint-Vincent de Soignies au XVIIIe siècle », est disponible sur le carnet de recherche de ce programme consacré aux premiers ateliers français de copistes en musique.
https://atecop.hypotheses.org/date/2021/03#ancreBerton

Cela offre l’occasion de découvrir ou redécouvrir le maître de musique et compositeur Pierre Louis POLLIO  (1724-1796). Il termina sa carrière à Soignies (actuelle Belgique) après avoir exercé dans de prestigieux établissements français, à Péronne, Dijon et Beauvais.

L’IReMus a développé deux programmes de recherches en lien avec ce compositeur : « Pollio » autour de l’exceptionnel fonds documentaire et musical de Soignies, puis « Autour du lutrin ».

Découvrez également l’enquête menée par Nathalie et Fabien à la cathédrale de Beauvais, sur les traces de POLLIO (vidéo) : https://www.nakala.fr/nakala/data/11280/ec18af1c

 

La copie de la musique à la collégiale de Soignies (Belgique) au XVIIIe siècle

« L’économie de la copie dans une maîtrise capitulaire : l’exemple de la collégiale Saint-Vincent de Soignies au XVIIIe siècle »

Jeudi 1er avril 2021, communication présentée dans le cadre du webinaire Atecop.

Cette présentation se propose de mettre en lumière la production et l’organisation de la copie au sein d’une maîtrise capitulaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Elle s’appuiera de manière privilégiée sur le fonds musical de la collégiale Saint-Vincent de Soignies, mis en perspective avec d’autres exemples situés dans le grand quart nord-est de la France. 

Nathalie Berton-Blivet est ingénieure d’études à l’IReMus (UMR 8223 – CNRS). Elle consacre une partie de ses travaux à l’étude de la musique religieuse en France aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Elle a été partenaire de l’ANR Muséfrem (2009-2013) et poursuit sa collaboration dans le cadre du Réseau Muséfrem. Voir ses travaux.

Fabien Guilloux est ingénieur d’études à l’IReMus (UMR 8223 – CNRS). Il consacre une partie de ses travaux à l’étude des pratiques musicales dans les milieux canoniaux et monastiques à l’époque moderne.
Il a notamment contribué au Portail du patrimoine musical du Hainaut ((XVIIe-XVIIIe siècles) qui comprend une base de données prosopographique des musiciens de cette province. Voir ses travaux.

Pour en savoir plus et s’inscrire : https://atecop.hypotheses.org/