Archives par étiquette : maître de musique

Le Métier du maître de musique d’Église (XVIIe-XVIIIe siècles)

Un bel ouvrage, titré « Le Métier du maître de musique d’Église (XVIIe-XVIIIe siècles) » et sous-titré de manière éloquente « Activités, sociologie, carrières » vient de paraître aux éditions Brepols.
Dirigés par Bernard Dompnier et Jean Duron, deux chercheurs aux spécialités complémentaires, qui ont initié le programme et porté cet important chapitre de l’ANR Muséfrem, ces Actes de colloque (Versailles, 2017) regroupent des contributions d’une vingtaine de spécialistes, parmi lesquels on reconnaît de nombreux participants à la base de données.

 
 
Divers regards sur les charges, les obligations de service, les œuvres du maître de musique d’église en France à l’époque moderne.

Loin d’un désert musical, la France de l’époque moderne est riche de musique dans ses villes grandes et moyennes. Les institutions ecclésiastiques, cathédrales, collégiales voire petites églises, la Chapelle royale aussi, financent chanteurs et instrumentistes, mais aussi une maîtrise, école destinée à former de futurs artistes musiciens sous la direction d’un maître de musique.
C’est à ce personnage, à ses différentes fonctions, qu’est dédié ce livre. À la fois pédagogue, compositeur, chanteur et/ou instrumentiste, théoricien, il est chargé de tout ce qui concerne la bonne exécution de la musique durant les offices, conduisant le chœur d’enfants, les chantres du bas chœur, les instrumentistes (ceux de l’église, de la ville ou ceux de passage). Il participe à la rédaction des livres de plain chant, compose, copie messes et motets polyphoniques, rend des comptes au chapitre dont il dépend. Certains maîtres sont sollicités hors l‘institution pour des concerts de musique sacrée ou profane, parfois même au théâtre, plus souvent dans les établissements religieux d’alentour.
La diversité des carrières étonne, certains maîtres demeurant leur vie durant dans une même institution comme Poitevin, d’autres optant comme Gantez pour de véritables périples, rarement au-delà des frontières toutefois; d’autres, comme Campra, préfèrent au lutrin les lumières de la scène de l’opéra; quelques-uns enfin cherchent à laisser une trace de leur œuvre en publiant messes et motets. Toutefois, la spécificité française d’un tel métier ne se comprend que par comparaison avec les réalités des pays voisins, tels l’Italie ou les Pays-Bas espagnols.

Bernard Dompnier, historien, professeur émérite à l’Université Clermont Auvergne (CHEC), est spécialiste de l’histoire du catholicisme à l’époque moderne.

Jean Duron, musicologue, fondateur et directeur (1989-2007) de l’Atelier d’études sur la musique française des XVIIe & XVIIIe siècles du CMBV, est spécialiste de la musique à l’époque de Louis XIV.
 
L’ouvrage peut être commandé chez votre libraire préféré,
mais aussi en ligne au CMBV :
 
TABLE DES MATIÈRES
 

Bernard Dompnier [Université de Clermont Auvergne]
Introduction

Le kaléidoscope d’une profession

Bernard Dompnier [Université de Clermont Auvergne]
Le métier de maître de musique, entre normes et pratiques

Bastien Mailhot [Éducation nationale]
L’exercice du métier de maître de musique dans les « petites églises » :
simple différence de degré ou statut singulier ?

Thomas Leconte [Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Le maître de la Musique de la Chapelle du roi : hiérarchie, prérogatives et fonctions

François Caillou [CERHIO]
Les maîtres de musique des églises de Paris dans la seconde moitié du xviiie siècle

Émilie Corswarem [Université de Liège]
De l’efficacité d’un modèle local : être maître de chant à la cathédrale Saint-Lambert de Liège (1581-1650)

René Depoutot [Université de Lorraine]
Maître de musique d’église à Nancy au xviiie siècle : du chœur de la primatiale à la salle du Concert et de la Comédie

Faire carrière

Youri Carbonnier [Université d’Artois]
« Un jeune homme se présente pour être maître de musique » : Débuter dans la carrière au xviiie siècle

Niccolò Maccavino [Conservatorio di Reggio Calabria]
Maestri di cappella e la loro attività svolta nei secoli xvii e xviii in alcune Istituzioni musicali della Sicilia orientale: Acireale, Caltagirone, Noto e Piazza Armerina.

Sylvie Granger [CERHIO, Le Mans Université]
Itinérance ou stabilité des maîtres de musique de 1790, à travers la base prosopographique Muséfrem

L’entrepreneur de musique

Galliano Ciliberti [Conservatorio di Monopoli]
Un impresario in chiesa: il maestro di cappella a Roma e nello Stato Pontificio nel Seicento

Christophe Maillard [CERHIO]
La figure du maître de musique dans les villes où rivalisent deux corps de musique prestigieux à la fin du xviiie siècle

Érik Kocevar [IReMus]
L’organiste de collégiale et de cathédrale aux xviie et xviiie siècles : réflexions sur le statut d’un des hommes-clé des cérémonies religieuses en France.

Thierry Favier [Université de Poitiers]
Le maître de musique d’Église et le concert en province au xviiie siècle

Le maître et le livre

Jean Duron [Chercheur associé, Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Le maître et son œuvre : la nécessité d’un classement, l’espoir d’une préservation

Cécile Davy-Rigaux [CNRS / IReMus]
Maître des ouvrages liturgiques : une fonction particulière du maître de musique

Laurent Guillo [Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Les maîtres de chapelle entre institution et édition (xviie-xviiie siècles)

Nathalie Berton-Blivet [CNRS / IReMus]
Le maître de musique à l’épreuve de l’édition

Pratiques d’enseignement

Xavier Bisaro [V Université de Tours]
L’enfance de l’art : les maîtres de musique et l’enseignement du plain-chant au xviiie siècle

Aline Smeesters [Université de Louvain-la-Neuve]
Collaborations de poètes néo-latins et de compositeurs de musique à l’époque moderne : deux cas d’étude

Jean Duron [Chercheur associé, Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Le maître théoricien aux xviie et xviiie siècles : l’apprentissage de la composition musicale

Jean-Paul C. Montagnier [Université de Nancy]
La messe polyphonique en livre de chœur comme outil pédagogique

Perspectives

Bernard Hours  [Université de Lyon 3]

Conclusions

Colloque international « Le métier du maître de musique du XVIe siècle au début du XIXe »

8 et 9 novembre 2017
CMBV (salle Lalande)
Hôtel des Menus-Plaisirs
22, avenue de Paris
78035 Versailles

organisé par le Centre de musique baroque de Versailles et le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » de l’Université Clermont-Auvergne.

Responsables scientifiques
• Bernard Dompnier, Université Clermont Auvergne, CHEC
• Jean Duron, CMBV / CESR

Mercredi 8 novembre 2017

LE KALÉIDOSCOPE D’UNE PROFESSION (1)
Présidence : Emmanuel Anheim

Bernard Dompnier, Université de Clermont Auvergne
Au-delà de l’énumération des fonctions, comprendre le métier de maître de musique

Bastien Mailhot, CHEC
L’exercice du métier de maître de musique dans les « petites églises » : simple différence de degré ou statut singulier ?

Thomas Leconte, CMBV / CESR / UMR 7323
Le maître de la Musique de la Chapelle du roi : hiérarchie, prérogatives et fonctions

LE KALÉIDOSCOPE D’UNE PROFESSION (2)
Présidence : Sylvie Granger

François Caillou, CERHIO
Les maîtres de musique des églises collégiales et paroissiales de Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Émilie Corswarem, Université de Liège
De l’efficacité d’un modèle local : être maître de chant à la cathédrale Saint-Lambert de Liège (1580-1650)

René Depoutot, Université de Lorraine
Maître de musique d’église à Nancy au XVIIIe siècle : un nouvel équilibre né de l’ouverture au monde profane

LE MAÎTRE ET LE LIVRE
Présidence : Xavier Bisaro

Cécile Davy-Rigaux, CNRS / IReMus
Maître des ouvrages liturgiques : une fonction particulière du maître de musique

Fabien Guilloux, CNRS / IReMus
L’ordre des livres de musique

Nathalie Berton-Blivet, CNRS / IReMus
Le maître à l’épreuve de l’édition : musique pour les couvents

Jeudi 9 novembre 2017

FAIRE CARRIÈRE
Présidence : Cécile Davy-Rigaux

Youri Carbonnier, Université d’Artois
« Un jeune homme se présente pour être maître de musique ». Débuter dans la carrière au XVIIIe siècle

David Fiala, Université de Tours
Les maîtres de musique de l’âge d’or du chant polyphonique : obscurs ou éphémères

Nicolò Maccavino, Conservatorio di Reggio Calabria
Maestri di cappella, musici e strumentisti e la loro attività svolta nei secoli XVII e XVIII in alcune istituzioni musicali della Sicilia orientale : Acireale, Caltagirone, Noto e Piazza Armerina.

Sylvie Granger, CERHIO, Le Mans Université
Itinérance ou stabilité des maîtres de musique au xviiie siècle, à travers la base Muséfrem

L’ENTREPRENEUR DE MUSIQUE
Présidence : Bernard Dompnier

Galliano Ciliberti, Conservatorio di Monopoli
Un impresario in chiesa : il maestro di cappella a Roma e nello Stato Pontificio nel Seicento

Christophe Maillard, CERHIO
La figure du maître de musique dans les villes où rivalisent deux corps de musique prestigieux dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Érik Kocevar, IReMus
L’organiste de collégiale et de cathédrale aux XVIIe et XVIIIe siècles : réflexions sur le statut d’un des hommes-clé des cérémonies religieuses en France

Thierry Favier, Université de Poitiers
Église et Concert au XVIIIe siècle en province : la question du maître de musique

Vendredi 10 novembre 2017

PRATIQUES D’ENSEIGNEMENT
Présidence : Thierry Favier

Xavier Bisaro, Université de Tours
L’enfance de l’art : les maîtres de musique et l’enseignement du plain-chant au XVIIIe siècle

Aline Smeesters, Université de Louvain-la-Neuve
Le jésuite Jean Commire (1625-1702), compositeur de textes de musique ?

Jean Duron, CMBV / CESR
Le maître théoricien : l’apprentissage de la composition musicale

Jean-Paul C. Montagnier, Université de Nancy
La messe polyphonique en livre de choeur comme outil pédagogique

Bernard Hours, Université de Lyon 3
Conclusions

Malgré le grand nombre de travaux d’érudition qui ont permis l’identification de nombreux maîtres de musique officiant dans les églises de France durant l’Ancien Régime, malgré une riche documentation malheureusement insuffisamment exploitée, nous n’en savons que fort peu sur la réalité du métier de ces musiciens. Pour la plupart d’entre eux, aucune oeuvre musicale ni aucune trace de leur enseignement n’ont été conservés ; pour d’autres, les documents existent mais attendent encore une analyse approfondie. Assurément, le métier de maître de musique reste complexe à cerner, les situations étant radicalement différentes lorsque l’institution qui l’emploie dispose d’une psallette d’enfants ou lorsque les voix de dessus sont exécutées par des castrats adultes. Le statut de ces musiciens varie aussi, sensiblement, selon qu’ils sont prêtres ou laïcs, dépendants du chapitre, de la ville ou de la Cour. Leurs rapports avec les chantres du bas-choeur ou le corps des chanoines restent eux aussi difficiles à appréhender, tout comme les relations qu’ils peuvent entretenir avec l’organiste ou encore le contenu de l’enseignement qu’ils prodiguent aux enfants. Les avancées attendues au cours de ce colloque concernent tous les domaines de recherche qui peuvent enrichir de près ou de loin notre connaissance du sujet et permettre d’esquisser une typologie : aspects sociologiques, rapports avec l’institution ecclésiastique, sociabilité, production musicale, interprétation, activité pédagogique, etc.

Entrée libre, dans la limite des places disponibles.