Archives par étiquette : journée d’étude

Les Dixièmes Rencontres Muséfrem auront lieu à Clermont-Ferrand les 22 et 23 octobre 2020

Aujourd’hui on a du mal à parler au futur sans mettre aussitôt une nuance conditionnelle : si les conditions sanitaires le permettent… Mais on y croit ! Voici la thématique annoncée pour ces dixièmes Rencontres Muséfrem, qui comporteront, comme tous les ans, une journée d’études scientifique ouverte à tou.te.s, et le lendemain un séminaire de travail réservé aux contributeurs et contributrices Muséfrem présents et prochains (sur inscription).

Jeudi 22 octobre 2020 : JOURNÉE D’ÉTUDE

Les corps de musique des cathédrales à la fin de l’Ancien Régime

Lire le programme de la journée d’étude

Argumentaire

Après plusieurs années de rendez-vous centrés sur les musiciens et leurs carrières, il est proposé d’inaugurer avec les Rencontres de l’automne 2020 un type d’approche différent, rendu possible par l’ampleur du stock de données désormais disponibles grâce à la progression du nombre de notices rédigées. Parmi les premières perspectives de réflexion collective qui s’ouvrent, l’étude structurelle des corps de musique représente assurément l’une des plus stimulantes. Au même titre que l’origine et la formation des musiciens, ou leur itinérance professionnelle, cette thématique s’inscrit d’ailleurs parmi celles qui ont conduit à l’élaboration d’un projet d’enquête collective à l’échelle nationale. Maintenant que notre patrimoine commun est déjà plus que substantiel, le temps est venu de jeter les bases d’une exploitation des richesses amassées.

Le thème proposé fait directement écho à un constat que suggère la lecture des différentes synthèses départementales : dans les églises qui rehaussent la solennité de leurs messes et de leurs offices par l’exécution de pièces en musique (donc avec polyphonie et, le plus souvent, accompagnement d’instruments) et qui disposent chacune à cet effet d’un « corps de musique », celui-ci présente toujours tant de traits qui le singularisent qu’on est tenté de penser qu’il n’en existe aucun autre parfaitement identique. Cette hétérogénéité s’explique évidemment par de multiples facteurs : prestige de l’église, place accordée à la musique par rapport au plain-chant, ressources dédiées à cette activité, traditions locales, compétences musicales des membres du bas chœur, etc., tous éléments qui sont pris en compte dans la rédaction des synthèses départementales. Mais, au-delà de la description des réalités locales et sans méconnaître tous les facteurs conjoncturels qui donnent à chaque corps de musique sa physionomie propre, l’historien et le musicologue ne peuvent se résoudre à se contenter de les inventorier ; ils cherchent à retrouver les dénominateurs communs qui permettent de construire des familles à partir des unités singulières, à déceler les régularités ou, en d’autres termes, à établir des typologies aptes à rendre raison du désordre apparent. Pour cette tâche complexe, qui vise à organiser les corps de musique en ensembles cohérents, à définir les finalités cultuelles spécifiques de chacun d’eux ou encore à esquisser des variantes régionales, la Journée d’étude d’octobre ne suffira évidemment pas. Mais elle devrait permettre de jeter les bases d’une réflexion sur le sujet et d’en esquisser la méthodologie. C’est cette dimension exploratoire qui conduit à limiter pour l’heure le propos aux seules cathédrales, un groupe numériquement restreint de lieux de musique (environ 130), qui présentent l’avantage de partager des traits institutionnels communs tout en offrant de forts contrastes sous l’angle des potentialités musicales.

Il est souhaité que, dans une perspective comparative, les propositions de communications s’attachent toutes à deux cathédrales au moins. Une fois cette condition remplie, et le nombre de cas retenus pouvant évidemment être supérieur, les objets étudiés peuvent – comme on s’en doute – être d’une grande variété :

  •  comparaison globale des effectifs de musiciens ou/et des enfants de chœur ;

  •  structure du corps de musique (nombre et caractérisation des chanteurs, présence d’instrumentistes permanents / «extraordinaires », présence de musiciens tenant plusieurs parties (voix et/ou instruments), participation des clercs plain-chantistes à la musique ; rapports entre l’organiste et le corps de musique…) ;

  • -niveaux de rémunération des musiciens ;

  • adéquation du corps de musique à des contraintes locales (architecture de l’édifice, interactions entre la structure du corps de musique et le cérémonial ou les usages liturgiques propres de la cathédrale…).

    Chacun peut faire une proposition relative à un territoire qui lui est familier (et par exemple s’attacher à l’évolution des corps de musique des cathédrales sur une période longue) ou partir des données déjà mises en ligne pour traiter un thème particulier. Il serait par exemple intéressant d’avoir des études sur le rapport entre la taille du corps de musique de la cathédrale et le type de ville où celle-ci est implantée (population, fonctions administratives, « équipement » culturel…).

    Ce ne sont que des suggestions car il est évident que bien d’autres pistes peuvent exister… Les propositions sont à envoyer avant le 15 juillet à Bernard Dompnier (bernard.dompnier@orange.fr)
    Cette journée d’étude est ouverte à tous les chercheurs intéressés par la thématique des musiques d’Église à l’époque moderne.
    Nous comptons sur le concours de tous pour que cette rencontre soit aussi fructueuse que les précédentes.

    Youri Carbonnier, Bernard Dompnier, Stéphane Gomis, Sylvie Granger

    Le lendemain, vendredi 23 octobre, se déroulera un séminaire réservé aux contributeurs actuels et à venir au programme Muséfrem (sur inscription auprès de Veronique.Nizieux@uca.fr).

9es Rencontres Muséfrem : « Musicien d’église au XVIIIe siècle : un travail de clerc ? »

Jeudi 24 octobre 2019

Maison des Sciences de l’Homme (salle 220)
4, rue Ledru, 63000 Clermont-Ferrand

Journée organisée par Youri Carbonnier (Université d’Artois – CREHS), Bernard Dompnier et Stéphane Gomis (Université de Clermont-Auvergne – CHEC), avec le soutien du Centre de musique baroque de Versailles.

PROGRAMME

Matin
9h : Accueil des participants
9h15 : Bernard Dompnier, Introduction. « Musiciens clercs et musiciens laïcs. Une distinction pertinente ? »
9h45 : Stéphane Gomis, « Les ‘clercs musiciens’ en France à la fin du XVIIIe siècle »
10h15 : débat/pause
10h45 : Pierre Mesplé, « ‘Des êtres amphibies’. Opportunités et contraintes de la cléricature pour les musiciens d’église »
11h15 : Marie-Claire Mussat, « Ces Messieurs de l’escabeau : une incursion dans les paroisses rennaises au XVIIIe siècle »
11h45 : débat
Après-midi
14h : Lucas Bouteille, « Les instrumentistes des lieux de culte rhodaniens au XVIIIe siècle : un groupe socioprofessionnel à part dans un bastion de domination cléricale »
14h45 : Youri Carbonnier, « L’effacement des clercs à la Chapelle royale après 1761 »
15h30 : Claudio Bacciagaluppi, « Musiciens d’église dans la Suisse catholique : enjeux dans une confédération interconfessionnelle »
Fin de la journée vers 17h
>>> Cette journée d’étude est librement ouverte à tous et toutes – contributeurs et contributrices au chantier Muséfrem ou auditeurs et auditrices totalement extérieur.e.s.

 

Le lendemain, vendredi 25 octobre de 9h00 à 16h30 : séminaire pour les contributeurs actuels et à venir au programme Muséfrem

Matin
9h : Accueil des participants
9h15 : Claudio Bacciagaluppi, « ‘Musico napolitano’ et ‘MIME’ : d’une base de données locale à un réseau international de recherche prosopographique » (Claudio Bacciagaluppi, Angela Fiore et Rodolfo Zitellini)
9h45 : débat/pause
10h15 : Sylvie Granger, « Octobre 2018-octobre 2019, bilan d’une année de travail : nouveaux contributeurs, rythme des saisies et des publications »
10h45 : Stratégie pour l’avenir et projets en cours ou prévus, Julien Charbey, Bernard Dompnier, Stéphane Gomis, Laurent Guillo, Sylvie Granger + débat collectif
Après-midi
14h : Sylvie Lonchampt (CMBV), « Dans les coulisses de Muséfrem : présentation d’un travail de l’ombre »
14h30 : Technique de la base : nouveautés, astuces partagées, consignes, rappels… (Sylvie Granger et Sylvie Lonchampt + questions / réponses)
15h : Exercices pratiques en binôme (apporter documents et questions).
>>> Inscription obligatoire au séminaire du vendredi 25 octobre auprès de sylvie.granger@univ-lemans.fr

8es Rencontres MUSÉFREM : « Musique et musiciens d’Église au XVIIIe siècle. Jeux de frontières »

Jeudi 25 et vendredi 26 octobre 2018
Maison des Sciences de l’Homme
salle 220
4, rue Ledru
63000 Clermont-Ferrand

• Journées organisées par le CHEC, avec le soutien financier du Centre de musique baroque de Versailles et du CREHS (Univ. d’Artois).
• Responsables scientifiques : Bernard Dompnier, François Caillou et Sylvie Granger.
• Ces rencontres se déroulent conjointement à la mise en ligne de cinq nouveaux départements : la Charente, la Côte-d’Or, la Haute-Garonne, le Morbihan et la Haute-Vienne.

Jeudi 25 octobre 2018

Journée d’étude
Musique et musiciens d’Église au XVIIIe siècle.
Jeux de frontières

B. Dompnier ouvre les 8es Rencontres Muséfrem, « Musique et musiciens d’Église au XVIIIe siècle.  Jeux de frontières », MSH de Clermont-Fd, 25 octobre 2018, cl. I. Langlois

Matin

9h30 : Accueil

9h45 : François Caillou, chercheur associé au TEMOS
Les « étrangers » dans les corps de musique d’Église français en 1790 : essai de pesée globale

François Caillou introduit la journée d’étude, MSH de Clermont-Fd, 25 octobre 2018, cl. I. Langlois

10h30 : Youri Carbonnier, maître de conférences en histoire moderne, Université d’Artois – CREHS
Les musiciens étrangers à la Chapelle du roi (1760-1792)

11h15 : Pause café

11h30 : Christophe Maillard, chercheur associé au TEMOS
Les circulations des musiciens d’Église dans les provinces septentrionales du royaume de France (Artois, Flandre et Hainaut) avant et pendant la Révolution

12h15 : Pause déjeuner

après-midi

14h00 : Aurélien Gras, docteur en histoire, Université d’Avignon
« Un organiste italien a touché l’orgue à la grande messe ». La Provence, carrefour et terre de frontières pour les musiciens d’Église au XVIIIe siècle

14h45 : François Caillou, chercheur associé au TEMOS
L’Alsace, terre de contact. Les influences musicales germaniques à la cathédrale de Strasbourg (1769-1791)

15h15 : Diane Tisdall, post-doctorante, CHEC, Université Clermont-Auvergne
Échanges pédagogiques avec les frontières impériales : les élèves-violonistes au Conservatoire de Paris pendant l’ère napoléonienne

Diane Tisdall, 8es Rencontres Muséfrem, MSH de Clermont-Fd, 25 octobre 2018, cl. I. Langlois

16h00 : Jean Duron, Centre de musique baroque de Versailles
Maîtres et musiques d’ailleurs : les enjeux musicaux de l’exil

Ouvert à tous, entrée libre
Renseignements : 04.73.34.68.48

Vendredi 26 octobre 2018

Séminaire technique
des contributeurs de la base Muséfrem
(sur inscription)

9h30 : Accueil

9h45 : Sylvie Granger, TEMOS – Temps, Mondes, Sociétés
Bilan d’une année de travail : nouveaux contributeurs, saisies et publications

S. Granger présente le bilan annuel de Muséfrem, MSH de Clermont-Fd, 26 octobre 2018, cl. I. Langlois

10h00 : Olivier Charles, chercheur associé à Tempora Rennes II
Entrer en Muséfrem par le Morbihan : présentation d’un chantier départemental récent, écueils et conseils…

Olivier Charles décrit son expérience de contributeur pour le Morbihan, MSH de Clermont-Fd, 26 octobre 2018, cl. S. Granger

10h30 – Pause café

10h45 : Julien Charbey (CMBV), Stéphane Gomis (UCA), Bernard Dompnier (UCA)
Stratégie pour l’avenir et projets en cours ou prévus, échanges collectifs

Rencontre annuelle de l’équipe Muséfrem, MSH de Clermont-Fd, 26 octobre 2018, cl. I. Langlois

11h30 : Sylvie Granger et Julien Charbey
Technique de la base : nouveautés, rappels et consignes

12h15 – pause déjeuner

14h00 à 16h30 : Exercices pratiques en équipe

Les contributeurs de Muséfrem présents à la MSH de Clermont-Fd, MSH, 26 octobre 2018, cl. S. Granger.

Pour le séminaire, inscription obligatoire
sylvie.granger@univ-lemans.fr et isabelle.langlois@uca.fr
Renseignements : 04.73.34.68.49

7es Rencontres MUSÉFREM : « Les cultures musicales en France. Musiques religieuses (vers 1760-1830) »

Jeudi 26 octobre 2017
Maison des Sciences de l’Homme
salle 220
4, rue Ledru
63000 Clermont-Ferrand

Journée organisée par Stéphane Gomis (Université de Clermont-Auvergne – CHEC) et Youri Carbonnier (Université d’Artois – CREHS) avec le soutien du Centre de musique baroque de Versailles et de l’Institut universitaire de France.

Programme

Jeudi 26 octobre 2017
Matin
9h30 Accueil – Introduction
Youri Carbonnier (CREHS, université d’Artois) et Stéphane Gomis (CHEC, université de Clermont-Auvergne)

10h : Jean-Marcel Buvron
La musique des grandes fêtes à la cathédrale du Mans autour de la Révolution : rupture ou continuité ?

10h30 : Guillaume Avocat
Antiennes et psaumes en musique figurée à Notre-Dame de Paris, 1803-1827. Conditions liturgiques et matérielles de leur exécution

11h : discussion et pause

11h30 : Xavier Bisaro
Métamorphoses du ci-devant : la musique d’église dans la presse officielle du Premier Empire

12h : discussion

Après-midi
14h : Youri Carbonnier
Continuités d’organisation et de topographie à la Chapelle royale 1760-1830

14h30 : Anne-Claire Pfeiffer
Musiciens catholiques et luthériens à Strasbourg (titre à préciser)

15h : Gérard Ganvert
Les musiques du judaïsme en France 1760-1830

15h30 discussion et conclusions

Vendredi 27 octobre 2017
Séminaire technique des contributeurs de la base Muséfrem

Partenariat : Centre d’Histoire Espaces et Cultures (Université de Clermont-Auvergne), Centre de recherche et d’étude Histoire et sociétés (Université d’Artois), Centre de musique baroque de Versailles, Institut Universitaire de France (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), Réseau Muséfrem

6es Rencontres Muséfrem : « Reconversions sociales et artistiques : le monde des musiciens et des comédiens à l’heure de la Révolution et de l’Empire »

Mardi 25 octobre 2016
Maison des Sciences de l’Homme
4 rue Ledru à Clermont-Ferrand, salle 220

Journée d’étude et séminaire organisés par le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » en partenariat avec le Centre de Musique Baroque de Versailles, avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, de l’Institut universitaire de France (Centre d’Études supérieures de la Renaissance, Tours), du CERHIO (Université du Maine), du CREHS (Université d’Artois) et du Réseau Muséfrem.

Comité d’organisation : Philippe Bourdin, professeur d’histoire moderne, Stéphane Gomis, professeur d’histoire moderne, Cyril Triolaire, maître de conférences d’histoire moderne, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC, EA 1001), Université Blaise-Pascal Clermont II.

Voir publication : https://journals.openedition.org/siecles/335

Mercredi 26 octobre 2016 : Séminaire technique pour les contributeurs de la base de données Muséfrem.

Programme du mardi 25 octobre 2016

9h30 : Youri Carbonnier (CREHS, Université d’Artois)
Déclassement et reconversion : le sort des musiciens du roi après le 10 août 1792

10h00 : Bastien Mailhot (CHEC, Université Blaise-Pascal)
Les enfants de chœur de 1790 : quel avenir pour une génération sacrifiée ?

10h30 : débat et pause

11h00 : Guillaume Avocat (CRIHAM, Université de Poitiers)
Le Poitou en Révolution : devenir professionnel des musiciens d’Église de Poitiers après 1790

11h30 : Pierre Mesplé (CERHIO, Université du Mans)
La Révolution, un accélérateur de carrière pour les musiciens de la cathédrale de Chartres ?

12h00 : débat

14h00 : Philippe Bourdin (CHEC, Université Blaise-Pascal)
Artistes dramatiques en Révolution : contraintes et choix sociaux et politiques

14h30 : Cyril Triolaire (CHEC, Université Blaise-Pascal)
Troquer ses anciens habits pour ceux d’artiste de scène en Révolution : une reconversion socioprofessionnelle durable ?

15h00 : débat et pause

15h30 : Cécile Reynaud (Paris, BnF Musique) et Marie Duchêne-Thégarid (ANR HEMEF)
Le Conservatoire de Paris : un substitut aux maîtrises ?

16h00 : François Caillou (CERHIO, Université du Mans)
De Notre-Dame de Paris à l’Opéra : la reconversion de l’élite de la musique d’Église (1790-1815)

16h30 : débat

Présentation

En supprimant les chapitres collégiaux et cathédraux, la Révolution française éradique aussi des lieux d’enseignement musical et de pratique du plain-chant, des orgues, des bassons, des serpents, etc. Osons le dire, fût-ce à rebours des mandements épiscopaux qui en dénoncent les auditeurs, trop détachés du sacré : ce sont des lieux de concerts parfois réputés qui disparaissent. Ne se contentant pas des pensions qui leur sont proposées, les artistes ainsi floués réfléchissent à leur reconversion, quand ils ne choisissent pas les voies de l’émigration. Ils y retrouvent des hommes de théâtre qui, pensionnés ou au service des princes, convaincus par la défense du monde qui vient de s’effondrer et défenseurs d’une tradition théâtrale, les ont suivis dans leur exil. Pour tous, se pose la question d’une continuité de leur activité ou d’une reconversion sociale ou (et) esthétique – de l’une et de l’autre parfois – en des territoires étrangers (dont les guerres successives, à partir de 1792, vont changer régulièrement la conformation politique et administrative, et la sécurité), voire en des cours soumises aux jeux complexes des alliances. Si les itinérances intrinsèques aux arts lyriques et scéniques se transforment ainsi bon gré mal gré, la question du retour en France n’est pas moins préoccupante : même si elle se résout pour beaucoup seulement sous la Restauration, la situation d’origine ne semble qu’exceptionnellement retrouvée.

Pour ceux, les plus nombreux, qui restent sur le territoire national, la Révolution ouvre un nouveau champ des possibles, qui, du reste, ne passe pas uniment par le geste artistique ou l’engagement militant – combien, regagnant le giron familial ou la communauté d’origine, s’emploient aux métiers de leurs collatéraux (dans l’agriculture, l’artisanat), d’autres rejoignant l’enseignement ou les charges pies, sans toujours des capacités avérées ? Combien doivent s’adapter à ce que détruisent les conflits extérieurs et intérieurs ? Pour plusieurs, il ne s’agit pas d’une, mais de plusieurs reconversions. Cependant, le service du culte de l’Église constitutionnelle puis nationale, la multiplication des corps armés (troupes de ligne, gardes nationales, Armée révolutionnaire, gardes des Assemblées) et de leurs fanfares, la création du Conservatoire et des écoles de musique décentralisées, l’appétence pour les concerts et les bals, avec de nouveaux lieux dédiés dans les villes principales, les cours particuliers dont l’efflorescence de la presse favorise la publicité, sont autant de débouchés pour les musiciens, les chanteurs et les danseurs. La théâtromanie, qui a marqué le dernier tiers de l’Ancien Régime, encouragée par la loi Le Chapelier du 13 janvier 1791 sur la liberté des entrepreneurs du spectacle, se traduit aussi par la multiplication des scènes professionnelles et des sociétés d’amateurs : en leur sein, et entre elles, l’amalgame se fait d’autant plus volontiers entre comédiens et musiciens que la comédie avec ariette, l’opéra dans toutes ses déclinaisons ont les faveurs du public.

Les succès obtenus sur scène attirent vers ce monde parfois rémunérateur, souvent précaire économiquement, des déclassés d’autres horizons : familles lourdement endeuillées de la noblesse vendéenne, maîtres de plantations ruinés par les révoltes d’esclaves peuvent se faire saltimbanques et s’adapter aux nouveaux circuits carriéristes et artistiques, que l’Empire essaiera de réguler, à un marché du travail organisé notamment autour des entrepreneurs de spectacles et de l’annuel mercato parisien printanier, avec ses intermédiaires mal connus et pourtant indispensables aux troupes provinciales. On quantifie mal, pour l’heure, l’ampleur de ces reconversions, les conditions de leur réussite. Reposent-elles sur un simple assujettissement aux vœux des spectateurs ou aux canons de la critique ? Sur une inventivité associée aux besoins de la propagande républicaine et du répertoire patriotique ? Sur des réseaux de sociabilité anciens, ou nés de nouveaux investissements citoyens (clubs, comités de surveillance, administrations locales ou nationales, sociétés d’artistes) ? Sur une valorisation réussie d’une personnalité, d’un parcours, d’un exploit, comme y incitent les voies déjà balisées du vedettariat et les apothéoses héroïques sanctifiées par la Révolution et l’Empire ?

Mesurant la diversité des sources à mobiliser, telles sont les différentes voies, les différentes interrogations que nous souhaiterions explorer et poursuivre au cours de cette journée d’étude, qui, ouverte à tous les chercheurs intéressés, réunira notamment pour la première fois une partie des participants des anciens programmes ANR MUSEFREM et THEREPSICORE.

Renseignements chec@univ-bpclermont.fr / tél. 04.73.34.68.48