Archives par étiquette : journée d’étude

7es Rencontres MUSÉFREM : “Les cultures musicales en France. Musiques religieuses (vers 1760-1830)”

Jeudi 26 octobre 2017
Maison des Sciences de l’Homme
salle 220
4, rue Ledru
63000 Clermont-Ferrand

Journée organisée par Stéphane Gomis (Université de Clermont-Auvergne – CHEC) et Youri Carbonnier (Université d’Artois – CREHS) avec le soutien du Centre de musique baroque de Versailles et de l’Institut universitaire de France.

Programme

Jeudi 26 octobre 2017
Matin
9h30 Accueil – Introduction
Youri Carbonnier (CREHS, université d’Artois) et Stéphane Gomis (CHEC, université de Clermont-Auvergne)

10h : Jean-Marcel Buvron
La musique des grandes fêtes à la cathédrale du Mans autour de la Révolution : rupture ou continuité ?

10h30 : Guillaume Avocat
Antiennes et psaumes en musique figurée à Notre-Dame de Paris, 1803-1827. Conditions liturgiques et matérielles de leur exécution

11h : discussion et pause

11h30 : Xavier Bisaro
Métamorphoses du ci-devant : la musique d’église dans la presse officielle du Premier Empire

12h : discussion

Après-midi
14h : Youri Carbonnier
Continuités d’organisation et de topographie à la Chapelle royale 1760-1830

14h30 : Anne-Claire Pfeiffer
Musiciens catholiques et luthériens à Strasbourg (titre à préciser)

15h : Gérard Ganvert
Les musiques du judaïsme en France 1760-1830

15h30 discussion et conclusions

Vendredi 27 octobre 2017
Séminaire technique des contributeurs de la base Muséfrem

Partenariat : Centre d’Histoire Espaces et Cultures (Université de Clermont-Auvergne), Centre de recherche et d’étude Histoire et sociétés (Université d’Artois), Centre de musique baroque de Versailles, Institut Universitaire de France (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), Réseau Muséfrem

6es Rencontres Muséfrem : “Reconversions sociales et artistiques : le monde des musiciens et des comédiens à l’heure de la Révolution et de l’Empire”

Mardi 25 octobre 2016
Maison des Sciences de l’Homme
4 rue Ledru à Clermont-Ferrand, salle 220

Journée d’étude et séminaire organisés par le Centre d’Histoire “Espaces et Cultures” en partenariat avec le Centre de Musique Baroque de Versailles, avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, de l’Institut universitaire de France (Centre d’Études supérieures de la Renaissance, Tours), du CERHIO (Université du Maine), du CREHS (Université d’Artois) et du Réseau Muséfrem.

Comité d’organisation : Philippe Bourdin, professeur d’histoire moderne, Stéphane Gomis, professeur d’histoire moderne, Cyril Triolaire, maître de conférences d’histoire moderne, Centre d’Histoire “Espaces et Cultures” (CHEC, EA 1001), Université Blaise-Pascal Clermont II.

Voir publication : https://journals.openedition.org/siecles/335

Mercredi 26 octobre 2016 : Séminaire technique pour les contributeurs de la base de données Muséfrem.

Programme du mardi 25 octobre 2016

9h30 : Youri Carbonnier (CREHS, Université d’Artois)
Déclassement et reconversion : le sort des musiciens du roi après le 10 août 1792

10h00 : Bastien Mailhot (CHEC, Université Blaise-Pascal)
Les enfants de chœur de 1790 : quel avenir pour une génération sacrifiée ?

10h30 : débat et pause

11h00 : Guillaume Avocat (CRIHAM, Université de Poitiers)
Le Poitou en Révolution : devenir professionnel des musiciens d’Église de Poitiers après 1790

11h30 : Pierre Mesplé (CERHIO, Université du Mans)
La Révolution, un accélérateur de carrière pour les musiciens de la cathédrale de Chartres ?

12h00 : débat

14h00 : Philippe Bourdin (CHEC, Université Blaise-Pascal)
Artistes dramatiques en Révolution : contraintes et choix sociaux et politiques

14h30 : Cyril Triolaire (CHEC, Université Blaise-Pascal)
Troquer ses anciens habits pour ceux d’artiste de scène en Révolution : une reconversion socioprofessionnelle durable ?

15h00 : débat et pause

15h30 : Cécile Reynaud (Paris, BnF Musique) et Marie Duchêne-Thégarid (ANR HEMEF)
Le Conservatoire de Paris : un substitut aux maîtrises ?

16h00 : François Caillou (CERHIO, Université du Mans)
De Notre-Dame de Paris à l’Opéra : la reconversion de l’élite de la musique d’Église (1790-1815)

16h30 : débat

Présentation

En supprimant les chapitres collégiaux et cathédraux, la Révolution française éradique aussi des lieux d’enseignement musical et de pratique du plain-chant, des orgues, des bassons, des serpents, etc. Osons le dire, fût-ce à rebours des mandements épiscopaux qui en dénoncent les auditeurs, trop détachés du sacré : ce sont des lieux de concerts parfois réputés qui disparaissent. Ne se contentant pas des pensions qui leur sont proposées, les artistes ainsi floués réfléchissent à leur reconversion, quand ils ne choisissent pas les voies de l’émigration. Ils y retrouvent des hommes de théâtre qui, pensionnés ou au service des princes, convaincus par la défense du monde qui vient de s’effondrer et défenseurs d’une tradition théâtrale, les ont suivis dans leur exil. Pour tous, se pose la question d’une continuité de leur activité ou d’une reconversion sociale ou (et) esthétique – de l’une et de l’autre parfois – en des territoires étrangers (dont les guerres successives, à partir de 1792, vont changer régulièrement la conformation politique et administrative, et la sécurité), voire en des cours soumises aux jeux complexes des alliances. Si les itinérances intrinsèques aux arts lyriques et scéniques se transforment ainsi bon gré mal gré, la question du retour en France n’est pas moins préoccupante : même si elle se résout pour beaucoup seulement sous la Restauration, la situation d’origine ne semble qu’exceptionnellement retrouvée.

Pour ceux, les plus nombreux, qui restent sur le territoire national, la Révolution ouvre un nouveau champ des possibles, qui, du reste, ne passe pas uniment par le geste artistique ou l’engagement militant – combien, regagnant le giron familial ou la communauté d’origine, s’emploient aux métiers de leurs collatéraux (dans l’agriculture, l’artisanat), d’autres rejoignant l’enseignement ou les charges pies, sans toujours des capacités avérées ? Combien doivent s’adapter à ce que détruisent les conflits extérieurs et intérieurs ? Pour plusieurs, il ne s’agit pas d’une, mais de plusieurs reconversions. Cependant, le service du culte de l’Église constitutionnelle puis nationale, la multiplication des corps armés (troupes de ligne, gardes nationales, Armée révolutionnaire, gardes des Assemblées) et de leurs fanfares, la création du Conservatoire et des écoles de musique décentralisées, l’appétence pour les concerts et les bals, avec de nouveaux lieux dédiés dans les villes principales, les cours particuliers dont l’efflorescence de la presse favorise la publicité, sont autant de débouchés pour les musiciens, les chanteurs et les danseurs. La théâtromanie, qui a marqué le dernier tiers de l’Ancien Régime, encouragée par la loi Le Chapelier du 13 janvier 1791 sur la liberté des entrepreneurs du spectacle, se traduit aussi par la multiplication des scènes professionnelles et des sociétés d’amateurs : en leur sein, et entre elles, l’amalgame se fait d’autant plus volontiers entre comédiens et musiciens que la comédie avec ariette, l’opéra dans toutes ses déclinaisons ont les faveurs du public.

Les succès obtenus sur scène attirent vers ce monde parfois rémunérateur, souvent précaire économiquement, des déclassés d’autres horizons : familles lourdement endeuillées de la noblesse vendéenne, maîtres de plantations ruinés par les révoltes d’esclaves peuvent se faire saltimbanques et s’adapter aux nouveaux circuits carriéristes et artistiques, que l’Empire essaiera de réguler, à un marché du travail organisé notamment autour des entrepreneurs de spectacles et de l’annuel mercato parisien printanier, avec ses intermédiaires mal connus et pourtant indispensables aux troupes provinciales. On quantifie mal, pour l’heure, l’ampleur de ces reconversions, les conditions de leur réussite. Reposent-elles sur un simple assujettissement aux vœux des spectateurs ou aux canons de la critique ? Sur une inventivité associée aux besoins de la propagande républicaine et du répertoire patriotique ? Sur des réseaux de sociabilité anciens, ou nés de nouveaux investissements citoyens (clubs, comités de surveillance, administrations locales ou nationales, sociétés d’artistes) ? Sur une valorisation réussie d’une personnalité, d’un parcours, d’un exploit, comme y incitent les voies déjà balisées du vedettariat et les apothéoses héroïques sanctifiées par la Révolution et l’Empire ?

Mesurant la diversité des sources à mobiliser, telles sont les différentes voies, les différentes interrogations que nous souhaiterions explorer et poursuivre au cours de cette journée d’étude, qui, ouverte à tous les chercheurs intéressés, réunira notamment pour la première fois une partie des participants des anciens programmes ANR MUSEFREM et THEREPSICORE.

Renseignements chec@univ-bpclermont.fr / tél. 04.73.34.68.48

5es rencontres MUSÉFREM : “Les Musiciens d’Église à la fin de l’Ancien Régime : une société à part ?”

23 et 24 octobre 20158
Le Mans, Université du Maine

Journées d’étude proposées par le réseau MUSÉFREM, l’Université du Maine et le Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR 6258), avec le soutien du Centre de musique baroque de Versailles (CMBV), équipe de recherche associée au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR, UMR 7323), et avec l’appui du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), de l’Institut de Recherche en Musicologie (IReMus, UMR 8223) et du Centre de Recherche et d’Études « Histoire et sociétés » (CREHS, EA 4027, Université d’Artois).

L’enquête Muséfrem a permis de connaître plus finement le milieu professionnel des musiciens d’Église à la fin de l’Ancien Régime. La base de données progressivement publiée en ligne (http://philidor.cmbv.fr.musefrem/) met en évidence la force et la diversité des relations que ses membres nouaient entre eux (circulation d’informations lors des changements de poste, amitiés, solidarités, rivalités, endogamie…), au point qu’on peut penser que les dynamiques internes du milieu en dépendaient largement (itinéraires professionnels et géographiques, influences croisées, styles musicaux…).

Les journées d’étude Muséfrem de l’automne 2015 visent à approfondir la connaissance de l’entre-soi des musiciens d’Église à la veille de la Révolution et à dégager des normes de comportement du groupe, autour de la double problématique des sociabilités et de l’identité.

Quels sont les réseaux intérieurs qui structurent le monde des musiciens, l’unifient ou le hiérarchisent ? Peut-on observer des traits de sociabilité différents selon l’âge, les statuts (bénéficier/gagiste, clerc/laïc, célibataire/chef de famille…) ou les lieux d’exercice ? Et, en corollaire, à quoi tient et comment s’exprime le sentiment d’appartenance à un corps ? Quelle place la défense d’intérêts communs face aux chanoines employeurs tient-elle dans la cohésion du groupe ?
On s’interrogera également sur la manière dont cet entre-soi professionnel s’ouvre (ou non) et s’inscrit dans l’environnement social, culturel, relationnel de l’espace fréquenté par les musiciens concernés, quelle que soit l’échelle de cet espace (l’église, le quartier, la ville, la province…).

PROGRAMME

• Vendredi 23 octobre 2015, 10h à 17h00, Université du Maine, bâtiment Enseignement Lettres, 1er étage, salle 105

• 10h-10h30 – Bernard DOMPNIER (CHEC, Clermont-Ferrand) et Sylvie GRANGER (CERHIO, Université du Maine) : Muséfrem, une expérience inédite, un enjeu scientifique fort, un chantier déjà bien avancé. Introduction aux journées du Mans.

MUSICIENS DANS LEUR VILLE

• 10h30-11h – Pierre MESPLÉ (Doctorant en histoire) : La sociabilité des chantres chartrains, au travers des fêtes communes et autres occasions de fréquentation visibles dans les sources (XVIIIe siècle)

Pause café

• 11h30-12h00 – Aurélien GRAS (Doctorant en Histoire, Université d’Avignon) : Entre la Provence, Paris et le Languedoc. Le milieu musical arlésien à travers la correspondance de l’organiste Jean-Baptiste Vallière (1737-1790).

• 12h00-12h30 – Lluis BERTRAN (Doctorant Barcelone / Poitiers) : Itinéraires dans la ville. Musique et musiciens d’Église à Barcelone à la fin du XVIIIe siècle.

Pause buffet

MUSICIENS EN RÉSEAUX

• 14h00-14h30 – Françoise TALVARD (Musicologue et musicienne associée au CHEC) : La transmission des tribunes d’orgues dans la France méridionale : une affaire de famille ?

• 14h30-15h00 – Marie-Claire MUSSAT (Professeure émérite en Musicologie, Université Rennes II) : Les réseaux de sociabilité, un art de vivre ou de survivre pour le musicien d’Église ?

• 15h00-15h30 – Youri CARBONNIER, MCF en histoire moderne, Université d’Artois, CREHS (EA 4027) : La Musique, la Cour et la Ville : les réseaux emboîtés des musiciens de la Chapelle du roi à la fin de l’Ancien Régime.

Pause café

• 16h00-16h30 – Sébastien ANGONNET (cartographe Espaces et Sociétés, ESO – UMR 6590) : Représenter les territoires, les itinéraires et les réseaux des musiciens, pistes et suggestions (à partir de quelques exemples Muséfrem).

• 16h30-17h00 : Discussions

transfert du campus à la vieille ville

• 18h00-19h30 : promenade découverte des lieux de musique du centre historique du Mans essentiellement la cathédrale, sous la houlette de Fabrice MASSON, Conservateur départemental des Antiquités mobilières : peinture des Anges musiciens (XIVe siècle), buffet des grandes orgues (début XVIe siècle), terre-cuite Sainte-Cécile (1633), orgue de chœur (1855). Rendez-vous : 18 heures devant le porche roman, place du cardinal Grente.

19h45 : Dîner dans la vieille ville.

• Samedi 24 octobre 20145, 9h30 à 12h30 (demi-journée réservée aux contributeurs à la base de données Muséfrem et à ceux ou celles qui souhaitent le devenir, sur inscription)

• 9h30-10h15 – François CAILLOU (CERHIO – UMR 6258), Isabelle LANGLOIS (CHEC, Clermont-Ferrand) et Christophe MAILLARD (CERHIO – UMR 6258) : « On perd sa trace après 1790… » Comment prolonger le parcours des musiciens d’Église de la base de données Muséfrem ?

Pause café

• 10h30-11h30 – Jérémy CRUBLET (CMBV) et Sylvie GRANGER (CERHIO-UMR 6258) : « C’est nouveau, ça vient de sortir », les nouveautés de la base de données (à l’usage de ses contributeurs et contributrices).

• 11h45-12h30 – Xavier BISARO (CESR-UMR 7323), Bernard DOMPNIER, Stéphane GOMIS (CHEC, Clermont-Ferrand), Sylvie GRANGER : L’avenir proche et plus lointain de la base de données Muséfrem (point d’étape rapide en conclusion des journées).

Comité d’organisation

Xavier BISARO et Sylvie GRANGER, avec l’aide des Muséfrémiens du Mans et alentours.

Comité scientifique

Xavier BISARO (CESR, UMR 7323), Cécile DAVY-RIGAUX (IRéMus, UMR 8223), Bernard DOMPNIER (CHEC, Université Blaise-Pascal) et Sylvie GRANGER (CERHIO, UMR 6258).

Organisation des journées

• Vendredi 23 octobre, de 10 heures à 19h30 : journée ouverte à tous (Université du Maine, bâtiment Enseignement Lettres, 1er étage, salle 105, puis cathédrale Saint-Julien du Mans).

• Samedi 24 octobre, 9h30-12h30 : demi-journée à finalités techniques réservée aux contributeurs à la base de données Muséfrem et à ceux ou celles qui souhaitent le devenir (même lieu). Inscription indispensable pour cette demi-journée auprès de sylvie.granger@univ-lemans.fr/

• À savoir : Le Mans est à 55 minutes de Paris-Montparnasse en TGV, et l’Université du Maine à 15 mn en tramway de la gare du Mans (station Campus-Ribay).

3es Rencontres MUSÉFREM : “La profession de musicien d’église. De la définition du groupe au suivi biographique individuel”

Responsable scientifique : Bernard Dompnier (CHEC)

Vendredi 24 et samedi 25 octobre 2014

Maison des sciences de l’homme, Université Blaise-Pascal, 4 rue Ledru, à Clermont-Ferrand

Ces journées d’étude, qui s’inscrivent dans le cadre de l’enrichissement et de l’exploitation de la base de données Muséfrem, ont un double objectif, à la fois scientifique et technique. Elles sont cofinancées par le CHEC et le Centre de musique baroque de Versailles, avec le soutien du CERHIO.

Trois objets complémentaires :

• un approfondissement de la réflexion commune sur les éléments qui conduisent à considérer qu’un membre du personnel d’une église doit être tenu pour musicien – même s’il n’est pas désigné comme tel – et donc à figurer dans la base de données. L’organisation diversifiée des bas chœurs et la gamme étendue des dénominations en vigueur pour les divers emplois rendent indispensable de définir avec précision les critères permettant de décider de l’appartenance au groupe professionnel des musiciens. L’ampleur des dépouillements déjà réalisés garantit la possibilité d’arrêter désormais ces critères de manière définitive ; elle permet aussi, par ce biais, d’approfondir la réflexion sur le rapport entre musique et autres fonctions dans les offices. Ce volet scientifique de la rencontre, intitulé « Des corps de musique sans « musiciens ». La confusion des fonctions cantorales et musicales dans les cathédrales françaises des XVIIe et XVIIIe siècles » est présenté de manière plus détaillée dans le document joint.

• une mise à niveau des participants sur les principaux instruments de travail utiles pour l’élaboration des notices départementales. L’objectif est de veiller à ce que les synthèses rédigées pour chaque département offrent toute garantie de comparabilité, condition indispensable à une exploitation nationale des données collectées. La journée vise donc à faciliter un usage partagé et raisonné des grands recueils de sources de niveau national (La France ecclésiastique, les pouillés, les dictionnaires historiques et topographiques…).

• une formation technique à l’élaboration des notices biographiques. Désormais tous les participants à l’enquête ont acquis la technique de confection des « notices-document », première étape dans la mise en forme des données. Mais le nombre de ceux qui maîtrisent la seconde étape, qui consiste à rassembler ces fiches-document en fiches biographiques, est encore trop limité, ce qui ralentit considérablement la mise en ligne des informations. Il s’agit donc de faire sauter ce verrou et, si possible aussi, de faire profiter de cette formation technique de nouveaux collaborateurs du réseau, notamment des étudiants de master.

Les trois objets assignés à la rencontre sont conçus comme indissociables, le réseau Muséfrem étant particulièrement attaché à ce que la compétence technique requise pour l’enrichissement de la base de données ne soit jamais détachée d’un projet scientifique et d’une problématique de recherche.

Avant-programme

Vendredi 24 octobre 2014

Ouverture des travaux à 10h30, salle 220 (2e étage)

1. Des corps de musique sans « musiciens ». La confusion des fonctions cantorales et musicales dans les cathédrales françaises des XVIIe et XVIIIe siècles

10h45 : Bernard Dompnier, « Introduction. Des bas chœurs sans musiciens ? »

11h00 : Aurélien Gras, « Des institutions et des hommes. Les corps de musique des cathédrales de Provence et du Comtat Venaissin au XVIIIe siècle »

11h30 : Françoise Talvard, « Nous sommes vrais titulaires dans le chœur de l’église cathédrale de Rodes sous le nom de choriers »

12h00 : Pierre Mesplé, « Le bas chœur de la cathédrale de Chartres »

12h30 : Georges Escoffier : Proposition de relecture de situations locales [titre à préciser]

15h00 : Lluis Bertran, « Le cas de Barcelone. Continuités et ruptures dans l’organisation institutionnelle de la musique d’Église au-delà des Pyrénées »

2. Des outils pour les comparaisons nationales

15h30 : Christophe Maillard, « Apports et limites des pouillés généraux »

16h00 : Stéphane Gomis, « Apports et limites des dictionnaires historiques et géographiques du XVIIIe siècle »

16h30 : Bernard Dompnier, « Apports et limites des annuaires sur l’état du clergé »

3. Rédiger les notices biographiques Muséfrem

17h00 : Sylvie Granger, « La notice biographique Muséfrem. Structure générale »

Samedi 25 octobre 2014

Salle 332 (3e étage)

9h00-13h00. Atelier de formation à l’utilisation du module de rédaction des notices biographiques, sous la direction de Sylvie Granger.

Contact
Bernard Dompnier (CHEC) : bernard.dompnier@orange.fr

 Voir aussi le programme et les captations des journées “Fonds musicaux en Région : conservation, recherche, diffusion” (6 et 7 juin 2014) et le lancement public de la base de données MUSEFREM.