Archives par étiquette : Du neuf sur…

Complément d’enquête… au Puy-en-Velay (Haute-Loire)

L’organiste de la cathédrale du Puy en 1790, François Pierre CHONCQ a fait l’objet d’une étude particulière de la part de Georges Escoffier, spécialiste de ce lieu de musique. Ce travail d’investigation nous permet d’en apprendre davantage sur le parcours de ce musicien venu d’Allemagne et passé par Valence (Drôme). Comme on le voit en confrontant la première phrase du présent texte, et la signature du reçu placé ci-après en illustration, la graphie de son patronyme oscille entre « Choncq » et « Schonck », ce qui ne simplifie pas l’enquête…

Enquête à découvrir dans l’article de Georges Escoffier, « L’énigmatique sieur Choncq : un organiste allemand au Puy-en-Velay à la veille de la Révolution », Cahiers de la Haute-Loire, 2020, p.93-105.

À partir du Puy-en-Velay, point de départ d’une patiente exploration des villes environnantes, Georges Escoffier investit les lieux de musique des villes moyennes de province de la France du XVIIIe siècle.
À retrouver dans son ouvrage Tambours, théâtre et Te Deum (Garnier, 2020).

 

Du neuf sur… Nicolas ARNAULD (Dijon)

Nicolas ARNAULD (1741-1826) a mené une double-vie (professionnelle) : joueur de basse à la cathédrale et imprimeur.
 
Publiée dans Muséfrem depuis 2018, sa biographie trouve donc également sa place dans la prosopographie des imprimeurs et libraires bourguignons au XVIIIe siècle, objet de la recherche d’Anthony Béhin.
 
Son brevet d’apprentissage chez Causse, en présence du chanoine Boisot, en 1758, est venu utilement compléter la notice biographique de notre musicien-imprimeur. Cet intéressant document permet de préciser la date de sa sortie de la maîtrise qui, jusqu’alors, était une pure conjecture. Il confirme le rôle joué par les maîtrises d’enfants de chœur dans les processus d’ascension sociale : fils d’un manouvrier d’un village de proto-métallurgie, le jeune homme n’avait aucune chance de devenir imprimeur sans ces dix années de formation intensive vécues à la maîtrise de la cathédrale.
Tous nos remerciements au Dr Anthony Béhin, qui nous a aimablement transmis ce complément biographique par le biais de l’adresse musefrem@cmbv.com

Du neuf sur… Pierre Alexandre GOBLIN, contre-bassiste à la cathédrale de Chartres (Eure-et-Loir)

Nous avons été contactés par Gilles Goblin, descendant de Pierre-Alexandre GOBLIN, qui nous a transmis plusieurs informations sur son ancêtre musicien.

Ce fils de limonadier, formé à la maîtrise de la cathédrale de Chartres, n’avait que 19 ans en 1790. Établi à Paris, il a donné naissance à une dynastie de musiciens.

Pour en savoir plus sur Pierre Alexandre GOBLIN : http://philidor.cmbv.fr/ark:/13681/1hdkx5xyrvgnzebqi6j6/not-479509

Du neuf sur… Guillaume CAUQUIL, organiste à Narbonne, puis à Perpignan

En 1790, Guillaume CAUQUIL (176-1815) était organiste de la collégiale Saint-Paul de Narbonne. Il avait sa notice en ligne depuis la première publication Muséfrem, en juin 2014. Préparée par Lluís Bertran, cette biographie était fondée uniquement sur les démarches administratives effectuées par le musicien pour être payé de ses derniers mois de service en 1790, et pour la continuation de son service à l’orgue de 1791 à 1793, une fois la collégiale devenue église paroissiale.
On perdait ensuite sa trace, et son prénom même restait ignoré, ainsi que son âge.
 
Le 2 février 2021, soit six ans et demi après la publication, Sophie Milard nous a permis de compléter magistralement cette biographie !
 
Sophie Milard est étudiante à l’Université de Perpignan, où elle prépare un master d’histoire consacré à la reconstruction des musiques d’Église pendant la période concordataire. Dans ce cadre, elle a retrouvé trace de Guillaume CAUQUIL engagé comme organiste à Saint-Jean de Perpignan à partir de 1806. Elle a mené une solide enquête familiale sur lui, qui a permis non seulement de lui restituer son prénom, mais aussi tout un itinéraire, de son baptême en 1768 à Camplong (dans l’Aude) jusqu’à son décès à Perpignan, en 1815, où il est professeur de piano.
 
Au lieu de garder jalousement ses données par devers elle, elle les a généreusement communiquées à Muséfrem, où elles ont été aussitôt intégrées. Nous la remercions chaleureusement.
 
Voici la nouvelle version de la notice Guillaume CAUQUIL : 

Du neuf sur… Nicolas LEGRAND

On en connaît désormais plus sur le séjour de Nicolas LEGRAND (ca 1695-1775) à Tulle (Corrèze), organiste et facteur d’orgues, d’abord passé par Montluçon et Felletin.

L’historien Jean Boutier nous a transmis la transcription d’un acte notarié contenant la convention passée le 2 avril 1746 entre les doyen et chanoines du chapitre de Tulle et l’organiste, ainsi que les références de l’acte de décès de celui-ci en 1775.

Ainsi se trouve précisée la biographie de cet organiste qui était aussi facteur d’orgues.

À petites touches, s’enrichit la base Muséfrem, à laquelle chacun, comme Jean Boutier, peut apporter sa pierre.

Lire la notice en ligne de Nicolas LEGRAND : https://philidor.cmbv.fr/ark:/13681/1hdkx5xyrvgnzebqi6j6/not-434523.