Archives par étiquette : copie de musique

Complément d’enquête sur… la copie de la musique d’Église au XVIIIe siècle

Le résumé de la communication de Nathalie Berton-Blivet et Fabien Guilloux présentée lors du webinaire de recherche d’AteCop, le 1er avril 2021, « L’économie de la copie dans une maîtrise capitulaire : l’exemple de la collégiale Saint-Vincent de Soignies au XVIIIe siècle », est disponible sur le carnet de recherche de ce programme consacré aux premiers ateliers français de copistes en musique.
https://atecop.hypotheses.org/date/2021/03#ancreBerton

Cela offre l’occasion de découvrir ou redécouvrir le maître de musique et compositeur Pierre Louis POLLIO  (1724-1796). Il termina sa carrière à Soignies (actuelle Belgique) après avoir exercé dans de prestigieux établissements français, à Péronne, Dijon et Beauvais.

L’IReMus a développé deux programmes de recherches en lien avec ce compositeur : « Pollio » autour de l’exceptionnel fonds documentaire et musical de Soignies, puis « Autour du lutrin ».

Découvrez également l’enquête menée par Nathalie et Fabien à la cathédrale de Beauvais, sur les traces de POLLIO (vidéo) : https://www.nakala.fr/nakala/data/11280/ec18af1c

 

La copie de la musique à la collégiale de Soignies (Belgique) au XVIIIe siècle

« L’économie de la copie dans une maîtrise capitulaire : l’exemple de la collégiale Saint-Vincent de Soignies au XVIIIe siècle »

Jeudi 1er avril 2021, communication présentée dans le cadre du webinaire Atecop.

Cette présentation se propose de mettre en lumière la production et l’organisation de la copie au sein d’une maîtrise capitulaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Elle s’appuiera de manière privilégiée sur le fonds musical de la collégiale Saint-Vincent de Soignies, mis en perspective avec d’autres exemples situés dans le grand quart nord-est de la France. 

Nathalie Berton-Blivet est ingénieure d’études à l’IReMus (UMR 8223 – CNRS). Elle consacre une partie de ses travaux à l’étude de la musique religieuse en France aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Elle a été partenaire de l’ANR Muséfrem (2009-2013) et poursuit sa collaboration dans le cadre du Réseau Muséfrem. Voir ses travaux.

Fabien Guilloux est ingénieur d’études à l’IReMus (UMR 8223 – CNRS). Il consacre une partie de ses travaux à l’étude des pratiques musicales dans les milieux canoniaux et monastiques à l’époque moderne.
Il a notamment contribué au Portail du patrimoine musical du Hainaut ((XVIIe-XVIIIe siècles) qui comprend une base de données prosopographique des musiciens de cette province. Voir ses travaux.

Pour en savoir plus et s’inscrire : https://atecop.hypotheses.org/

 

Les premiers ateliers français de copistes en musique

Webinaire international de recherche CMBV-IReMus,
février-juillet 2021
Responsables scientifiques : Pascal Denécheau (IReMus)
et Laurent Guillo (CMBV).

Contexte

À côté des imprimeurs et des graveurs, les copistes sont des maillons essentiels de la production des sources musicales. Leur rôle est incontournable pour la diffusion des œuvres non imprimées et pour la préparation des parties nécessaires à l’orchestre et au chœur. Qu’ils travaillent dans un atelier très productif (tel celui de Philidor et Fossard) ou au contraire comme copistes occasionnels, leur production peut s’inscrire dans une visée commerciale (comme chez Foucault et Loulié) ou dans une ambition mémorielle.

Leur production a surtout été considérée par le biais des études sur les collections musicales ou sur les sources d’un compositeur ; leur travail est d’autant plus difficile à apprécier que leurs copies sont rarement signées ni datées. Leur étude nécessite une reconnaissance des graphies et peut être enrichie avec les méthodes de la codicologie (papiers, collation, reliure…) comme de la rastrologie (mise en page, mesures, encres…).

Objectif

L’ambition de ce séminaire est de revitaliser la recherche sur les premiers ateliers de copistes sur une période qui va de Lully jusque vers 1730. Il s’agira autant que possible de considérer les copistes pour eux-mêmes, d’examiner et de baliser certaines de leurs productions, comme d’évoquer les aspects économiques, artistiques et culturels de cette activité.

Organisation

Sont prévues 6 séances de février à juillet 2021, sous la forme d’un webinaire. Chaque séance accueillera trois contributions et sera ouverte au public sur réservation préalable à seminaire.copistes@gmail.com

Programme de la journée du 4 février 2021 : https://atecop.hypotheses.org/date/2021/01

Un carnet de recherche permettra de retracer les étapes du webinaire et d’accueillir des contributions diverses : https://atecop.hypotheses.org

Malgré la période d’étude choisie, assez nettement antérieure à celle considérée par le chantier Muséfrem, l’équipe Muséfrem se réjouit de cette annonce, dont le thème ne lui est pas étranger. À la veille de la Révolution encore, nombreux sont les musiciens d’Église à être rémunérés en complément pour des travaux de copie musicale.