Reconversions et migrations professionnelles


Reconversions et migrations professionnelles.
Le monde des musiciens et des comédiens à l’heure de la Révolution et de l’Empire

Sous la direction de Philippe Bourdin, Stéphane Gomis et Cyril Triolaire

Siècles. Revue du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », n° 45, 2018, [texte intégral] https://journals.openedition.org/siecles/3356

Ce dossier thématique de la revue Siècles croise histoire sociale et histoire culturelle pour mesurer les effets de la Révolution française sur les carrières des comédiens, musiciens et chanteurs. Il interroge la notion de « reconversion sociale », phénomène qui n’est nullement propre à la décennie considérée, pour en mesurer les dimensions dans un moment de fort bouleversement politique et de mutation accélérée des hiérarchies sociales. Cette mesure repose sur des échelles différentes : chœurs et musique subventionnés comme la Chapelle du Roi, maîtrises assurant traditionnellement la promotion des enfants du Tiers état, troupes de théâtre en place à Nantes, Montpellier ou dans les théâtres du Nord, vedettes des salles parisiennes, auteurs du répertoire. Quelles sont les promotions et quels sont les déclassements induits par les années 1790, sur quels critères et à quel rythme ?

This thematic issue of Siècles brings together social and cultural history to appraise the effects of the French Revolution on the careers of actors, musicians, and singers.  It explores the idea of mutable social class, a phenomenon that goes far beyond the decade under consideration, to evaluate the dimension it acquired in a period of powerful political upheaval and rapid shifts in social hierarchies.  The extent to which social class shifted can be measured at various levels:  choirs and music receiving royal support, such as the Chapelle du Roi; local training schools that traditionally had provided for the education of “commoner” children; theatrical troupes working in Nantes, Montpellier, or in the theatres of the Nord department; stars of Parisian theatres; and, playwrights.  What upward and downward social mobility did the circumstances of the 1790s create, for what reasons and at what rhythm?

Ce numéro de Siècles a été mis à la Une de la Lettre d’OpenEdition, n° 384, 17 octobre 2018.

Faire l’histoire des musiciens d’Église au XVIIIe siècle : la Bourgogne dans l’enquête Muséfrem

Conférence, le 18 décembre 2018
par Sylvie Granger (TEMOS-CNRS FRE 2015, Le Mans-Université)

Archives départementales de la Côte-d’Or
8, rue Jeannin – 21000 DIJON
TEL : 03 80 63 66 98
www.archives.cotedor.fr
archives@cotedor.fr

Parfois une seule ligne dans un gros registre de comptes. D’autres fois une véritable dossier individuel comprenant plusieurs pièces… À travers plusieurs centaines de documents diversifiés, les archives de la Côte-d’Or ont permis de dresser un tableau des musiques d’Église du département à la veille et au tout début de la Révolution : 120 musiciens et musiciennes, en poste dans une cinquantaine de lieux différents. Cette recherche, qui s’insère dans une enquête nationale baptisée « MUSÉFREM » (Musiques d’Église en France à l’époque moderne), est consultable en ligne depuis octobre 2018 sur http://philidor.cmbv.fr/musefrem /

Consulter le programme 2018-2019 des Archives départementales de la Côte-d’Or

Réalités et fictions de la musique religieuse à l’époque moderne

Thierry Favier et Sophie Hache (dir.), Réalités et fictions de la musique religieuse à l’époque moderne. Essais d’analyse des discours, Rennes, PUR, 2018, 350 pages, ISBN : 978-2-7535-5481-8

La musique religieuse à l’époque moderne est soumise aux impératifs de convenance et de bienséance. Dans sa fonction liturgique, elle fait l’objet d’un discours apologétique ou normatif, qui rapporte toute réflexion esthétique à l’éthique. Alors que les travaux récents sur le plain-chant ont su exploiter les livres liturgiques et cérémoniels, toute une littérature reste à découvrir ou à redécouvrir afin de saisir dans sa complexité l’ample domaine de la musique religieuse. Dans une enquête collective, nous convoquons ici de multiples sources – singulièrement la presse et les polémiques – qui sont autant de dispositifs discursifs dessinant des espaces et des mises en scène, fixant des catégories morales et esthétiques, nourrissant des stratégies personnelles ou collectives dans la France d’Ancien Régime. Une ouverture européenne permet de penser plus largement cette articulation entre réalité des pratiques et ambitions du pouvoir. Loin de s’effacer au fil d’une période marquée par une laïcisation croissante, la vie musicale religieuse, que l’on perçoit au travers de représentations contrastées, apparaît dans toute la richesse de ses usages.

Publié avec le soutien de l’université de Poitiers.
Pour commander l’ouvrage

Table des matières

Thierry Favier et Sophie Hache Introduction [lire en texte intégral]

Première partie : La musique religieuse dans la presse française

Théodora Psychoyou
Échos de musique dans le Journal des sçavans

Sophie Hache
Le journal de l’abbé Joannet, entre curiosité de l’amateur de musique sacrée et esthétique du sublime

Marie Demeilliez
Les Nouvelles ecclésiastiques et la musique d’Église (1761-1790)

Cécile Davy-Rigaux
Jean-Baptiste Fleury (1698-1754), chapelain érudit et musicien lecteur de la presse

Cécile Queffelec
Voix de femmes et musique religieuse au Concert spirituel à travers la presse

Pierre Saby
Le Stabat Mater de Pergolèse au Concert spirituel : aspects du commentaire de presse entre 1753 et 1790

Benoît Michel
Les commentaires de presse sur l’exécution d’oratorios en français au Concert spirituel

Thierry Favier
Le discours sur le motet à grand chœur dans les comptes rendus du Concert spirituel (1725-1790)

Deuxième partie : Discours polémiques

Thomas Leconte
Une guerre de cent ans à la Musique du roi : les prérogatives des sous-maîtres de la Musique de la Chapelle face aux «injustes prétentions» des surintendants de la Musique de la Chambre

Jean Duron
Querelles de savants, querelles de chanoines : le cas de Sébastien de Brossard

Mathieu Lours
Pour ou contre le chœur «à la romaine» ? Polémiques autour des espaces sacrés. L’exemple des cathédrales de France aux XVIIe et XVIIIe siècles

Bernard Dompnier
Un code des «bonnes pratiques» musicales au milieu du XVIIe siècle. L’Estat des églises cathédrales et collégiales du chanoine Jean de Bordenave

Thierry Favier
Contexte, arguments et enjeux des Observations sur la musique à grand orchestre (anonyme, 1786)

Troisième partie : Débats autour d’institutions religieuses en Europe

Michela Berti
La musique pour les «Messe di Francia» à Rome au regard des dispositions pontificales

Ascensión Mazuela-Anguita
Controverses liturgiques et musicales au couvent Santa Maria de Jonqueres de Barcelone : réformes et résistances de la première modernité

Angela Fiore
Divertissements secrets : traditions et interdictions dans les pratiques musicales des institutions féminines napolitaines sous l’Ancien Régime

Caroline Giron-Panel
Euterpe, Aspasie et les sirènes : polémiques autour des pratiques musicales féminines dans les églises de Venise

Janet K . Page
De la considération à la suspicion : la musique dans les couvents de femmes à Vienne au XVIIIe siècle

Thierry Favier et Sophie Hache
Conclusion

Les auteurs [consulter les présentations]

Journée d’études en hommage à Philippe Lescat, Paris, 8 décembre 2018

Samedi 8 décembre 2018
de 14h00 à 18h00
Maison de la recherche de Sorbonne-Université
Salle D421
28 rue Serpente
75006 Paris

Journée d’études organisée par l’Association Philippe-Lescat, l’Association Musique ancienne en Sorbonne et l’IReMus. Elle sera l’occasion de présenter la mise en ligne de son travail inédit « Les Maîtrises parisiennes », prévu pour sa thèse d’État.

Pour ceux-celles qui ne l’ont pas fait, il est rappelé qu’il faut s’inscrire car l’accès est contrôlé en raison des dispositifs de sécurité : bertrand.porot@gmail.com
Pour en savoir plus : http://www.philippe-lescat-asso.fr/

PROGRAMME

14h00 : Cécile Davy-Rigaux (CNRS) et Bertrand Porot (université de Reims-CERHIC)
Présentation de l’étude inédite de Philippe Lescat sur les maîtrises parisiennes sous l’Ancien Régime.

14h30 : Sylvie Granger (Le Mans Université – Laboratoire TEMOS)
«Les femmes dans la musique d’Église à travers l’enquête Muséfrem»

15h00 : Théodora Psychoyou (IReMus, Sorbonne Université)
«Les traités et l’enseignement sous l’Ancien Régime»

15h30 : Amélie Dubreuil-Porret (IReMus)
«Renaissance des maîtrises au XIXe siècle»

16h00 : pot de l’amitié.


L’orgue de Saint-Géraud d’Aurillac

Nicolas GUEUDRY (Rouen, 1725-Aurillac, 1794) a occupé pendant 27 ans le poste d’organiste de la collégiale Saint-Géraud d’Aurillac. C’est lui qui exerce de 1763 jusqu’en 1790, lorsque les chapitres sont supprimés.
En 1777, il quitte momentanément la ville pour se rendre à Moulins, le temps de la construction d’un nouvel orgue.
En janvier 1780, il est de retour pour la réception de l’instrument et le mariage de sa fille Hélène, en présence du facteur d’orgue Joseph RABINY, paroisse Saint-Géraud.

F-Ad15/ 2 E 14 / 18,1, Signatures de l’acte de mariage de Joseph Crémont et Hélène Gueudry à Aurillac, le 18 janvier 1780.

18 janvier 1780 [mariage] entre Sieur Joseph CREMONT musicien fils majeur et légitime de Jean Cremont et de Leonarde Brousse originaire de la ville de tulle et habitans de cette ville d’une part et demlle jeanne helene gueudry fille mineure et legitime du Sr nicola jean GUEUDRY organiste et de dame honoré claude dubuisson habitants de droit et de fait de cette ville d’autre part […] en présence de des Sieurs nicolas jean GUEUDRY père de l’épouse, de sieur Antoine CREMONT frère de l’époux, d’antoine Guitard procureur fondé des père et mere de l’époux et du Sieur gereau capelle [?]fficiés au garnizon d’auvergne habitant d’Aurillac.[signatures]
Gueudry dite Bellemarre / Cremont / Cremont cadet [Antoine] / Gueudry / Guillard / Capelle / Rabiny / Boysson

L’orgue touché par N. Gueudry a été préservé. L’association Agora 15 et François Blanc oeuvrent pour son entretien, sa sauvegarde et sa restauration.

La Montagne, 10 novembre 2018