Un master « muséfrémien »

Le 1er juillet 2020, Lucas Bouteille a soutenu son mémoire de Master 2 recherche d’histoire à l’Université Clermont Auvergne, préparé sous la direction de Stéphane Gomis.
Son titre ?

Musique et musiciens d’Église du Rhône
autour de 1790 à travers l’enquête Muséfrem

À l’occasion des 9es Rencontres Muséfrem (24 octobre 2019), Lucas Bouteille avait présenté une solide communication « Les instrumentistes des lieux de culte rhodaniens au XVIIIesiècle : un groupe socioprofessionnel à part dans un bastion de domination cléricale », qui avait déjà donné un avant-goût de la profonde originalité des structures musicales et cantorales du diocèse de Lyon à la veille de la Révolution.
 

Lucas Bouteille et Bernard Dompnier, Clermont-Fd, octobre 2019

 
Il prolonge ce travail par la publication du chapitre sur le Rhône dans la base Muséfrem et des quelque deux cents notices biographiques des musiciens actifs dans ce département en 1790 (mise en ligne de l’ensemble en octobre 2020).
 
Lucas a décidé de poursuivre son cursus universitaire en intégrant un master MEEF Histoire-Géographie, en vue de la préparation des concours de l’enseignement.
Toute l’équipe Muséfrem forme des vœux de brillante réussite à ce jeune chercheur prometteur.

Les Dixièmes Rencontres Muséfrem auront lieu à Clermont-Ferrand les 22 et 23 octobre 2020

Aujourd’hui on a du mal à parler au futur sans mettre aussitôt une nuance conditionnelle : si les conditions sanitaires le permettent… Mais on y croit ! Voici la thématique annoncée pour ces dixièmes Rencontres Muséfrem, qui comporteront, comme tous les ans, une journée d’études scientifique ouverte à tou.te.s, et le lendemain un séminaire de travail réservé aux contributeurs et contributrices Muséfrem présents et prochains (sur inscription).

Jeudi 22 octobre 2020 : JOURNÉE D’ÉTUDE

Les corps de musique des cathédrales à la fin de l’Ancien Régime

Lire le programme de la journée d’étude

Argumentaire

Après plusieurs années de rendez-vous centrés sur les musiciens et leurs carrières, il est proposé d’inaugurer avec les Rencontres de l’automne 2020 un type d’approche différent, rendu possible par l’ampleur du stock de données désormais disponibles grâce à la progression du nombre de notices rédigées. Parmi les premières perspectives de réflexion collective qui s’ouvrent, l’étude structurelle des corps de musique représente assurément l’une des plus stimulantes. Au même titre que l’origine et la formation des musiciens, ou leur itinérance professionnelle, cette thématique s’inscrit d’ailleurs parmi celles qui ont conduit à l’élaboration d’un projet d’enquête collective à l’échelle nationale. Maintenant que notre patrimoine commun est déjà plus que substantiel, le temps est venu de jeter les bases d’une exploitation des richesses amassées.

Le thème proposé fait directement écho à un constat que suggère la lecture des différentes synthèses départementales : dans les églises qui rehaussent la solennité de leurs messes et de leurs offices par l’exécution de pièces en musique (donc avec polyphonie et, le plus souvent, accompagnement d’instruments) et qui disposent chacune à cet effet d’un « corps de musique », celui-ci présente toujours tant de traits qui le singularisent qu’on est tenté de penser qu’il n’en existe aucun autre parfaitement identique. Cette hétérogénéité s’explique évidemment par de multiples facteurs : prestige de l’église, place accordée à la musique par rapport au plain-chant, ressources dédiées à cette activité, traditions locales, compétences musicales des membres du bas chœur, etc., tous éléments qui sont pris en compte dans la rédaction des synthèses départementales. Mais, au-delà de la description des réalités locales et sans méconnaître tous les facteurs conjoncturels qui donnent à chaque corps de musique sa physionomie propre, l’historien et le musicologue ne peuvent se résoudre à se contenter de les inventorier ; ils cherchent à retrouver les dénominateurs communs qui permettent de construire des familles à partir des unités singulières, à déceler les régularités ou, en d’autres termes, à établir des typologies aptes à rendre raison du désordre apparent. Pour cette tâche complexe, qui vise à organiser les corps de musique en ensembles cohérents, à définir les finalités cultuelles spécifiques de chacun d’eux ou encore à esquisser des variantes régionales, la Journée d’étude d’octobre ne suffira évidemment pas. Mais elle devrait permettre de jeter les bases d’une réflexion sur le sujet et d’en esquisser la méthodologie. C’est cette dimension exploratoire qui conduit à limiter pour l’heure le propos aux seules cathédrales, un groupe numériquement restreint de lieux de musique (environ 130), qui présentent l’avantage de partager des traits institutionnels communs tout en offrant de forts contrastes sous l’angle des potentialités musicales.

Il est souhaité que, dans une perspective comparative, les propositions de communications s’attachent toutes à deux cathédrales au moins. Une fois cette condition remplie, et le nombre de cas retenus pouvant évidemment être supérieur, les objets étudiés peuvent – comme on s’en doute – être d’une grande variété :

  •  comparaison globale des effectifs de musiciens ou/et des enfants de chœur ;

  •  structure du corps de musique (nombre et caractérisation des chanteurs, présence d’instrumentistes permanents / «extraordinaires », présence de musiciens tenant plusieurs parties (voix et/ou instruments), participation des clercs plain-chantistes à la musique ; rapports entre l’organiste et le corps de musique…) ;

  • -niveaux de rémunération des musiciens ;

  • adéquation du corps de musique à des contraintes locales (architecture de l’édifice, interactions entre la structure du corps de musique et le cérémonial ou les usages liturgiques propres de la cathédrale…).

    Chacun peut faire une proposition relative à un territoire qui lui est familier (et par exemple s’attacher à l’évolution des corps de musique des cathédrales sur une période longue) ou partir des données déjà mises en ligne pour traiter un thème particulier. Il serait par exemple intéressant d’avoir des études sur le rapport entre la taille du corps de musique de la cathédrale et le type de ville où celle-ci est implantée (population, fonctions administratives, « équipement » culturel…).

    Ce ne sont que des suggestions car il est évident que bien d’autres pistes peuvent exister… Les propositions sont à envoyer avant le 15 juillet à Bernard Dompnier (bernard.dompnier@orange.fr)
    Cette journée d’étude est ouverte à tous les chercheurs intéressés par la thématique des musiques d’Église à l’époque moderne.
    Nous comptons sur le concours de tous pour que cette rencontre soit aussi fructueuse que les précédentes.

    Youri Carbonnier, Bernard Dompnier, Stéphane Gomis, Sylvie Granger

    Le lendemain, vendredi 23 octobre, se déroulera un séminaire réservé aux contributeurs actuels et à venir au programme Muséfrem (sur inscription auprès de Veronique.Nizieux@uca.fr).

Juin 2020 : la onzième livraison muséfrémienne

Cette onzième livraison vient ouvrir la septième année de publication Muséfrem ininterrompue depuis juin 2014. Elle offre trois nouveaux dossiers départementaux : l’Ariège, les Landes et le Puy-de-Dôme.

• • • L’Ariège est un territoire périphérique dont les archives ont éprouvé des pertes importantes. Renée Bons-Coutant réussit le tour de force de nous familiariser avec un pays original et complexe, de nous faire ressentir le passage progressif de la montagne au piémont puis à la plaine, apercevoir les églises nichées au creux des vallées (Vicdessos)… Si les lieux de musique et les musiciens documentés sont relativement peu nombreux, certains organistes retrouvés sont particulièrement intéressants par leur parcours comme François BOULANGER, originaire de Champagne, ou François AGRAMONT, venu de Catalogne.

• • • Les Landes : ce dossier préparé par Mathieu Gaillard – qui a déjà publié la Gironde et la Charente –, apporte une belle pierre à la façade atlantique en passe d’être bientôt entièrement couverte par l’enquête Muséfrem. À la marge des grands circuits empruntés par les musiciens professionnels, ce territoire regorgeait de maîtres d’écoles et de petits serviteurs d’Église aux fonctions multiples, dont celle de chanter au lutrin. Quelques familles d’organistes comme les COURTIN ou les FAGEAU, ainsi que plusieurs musiciens étrangers, sont venus étoffer un corpus composé en grande partie de simples chantres. 

• • • Le Puy-de-Dôme, épicentre originel de l’enquête Muséfrem, était très attendu. Bastien Mailhot, spécialiste des plus jeunes des musiciens concernés (Les Enfants de chœur des églises du Centre de la France, Les institutions capitulaires d’éducation et leurs élèves aux XVIIe et XVIIIe siècles, Clermont-Ferrand, PUBP, 2018, 322 p.), a réussi à dresser un tableau synthétique de la situation. Parmi ses musiciens préférés figure le fameux Pierre MALIDOR, doublement emblématique de l’enquête Muséfrem : parce qu’il a occupé près d’une quinzaine de postes successifs et parce que la reconstitution de son itinéraire de vie est le résultat d’un travail collectif et collaboratif exemplaire.

Ce sont donc 45 départements  (+ Notre-Dame de Paris) qui sont maintenant accessibles en ligne, donc 46 articles de synthèse et près de 5 200 biographies musicales. Aux 220 notices biographiques directement issues des trois nouveaux dossiers mis en ligne en ce mois de juin s’en ajoutent 30 autres, liées à des départements plus anciennement publiés (Pas-de-Calais, Gironde, Cantal, Côte-d’Or, Sarthe…). Une preuve supplémentaire que Muséfrem ne cesse de progresser et d’enrichir nos connaissances partagées.

Pour Muséfrem,
Sylvie Granger
musefrem@cmbv.com
(juin 2020)

9es Rencontres Muséfrem : « Musicien d’église au XVIIIe siècle : un travail de clerc ? »

Jeudi 24 octobre 2019

Maison des Sciences de l’Homme (salle 220)
4, rue Ledru, 63000 Clermont-Ferrand

Journée organisée par Youri Carbonnier (Université d’Artois – CREHS), Bernard Dompnier et Stéphane Gomis (Université de Clermont-Auvergne – CHEC), avec le soutien du Centre de musique baroque de Versailles.

PROGRAMME

Matin
9h : Accueil des participants
9h15 : Bernard Dompnier, Introduction. « Musiciens clercs et musiciens laïcs. Une distinction pertinente ? »
9h45 : Stéphane Gomis, « Les ‘clercs musiciens’ en France à la fin du XVIIIe siècle »
10h15 : débat/pause
10h45 : Pierre Mesplé, « ‘Des êtres amphibies’. Opportunités et contraintes de la cléricature pour les musiciens d’église »
11h15 : Marie-Claire Mussat, « Ces Messieurs de l’escabeau : une incursion dans les paroisses rennaises au XVIIIe siècle »
11h45 : débat
Après-midi
14h : Lucas Bouteille, « Les instrumentistes des lieux de culte rhodaniens au XVIIIe siècle : un groupe socioprofessionnel à part dans un bastion de domination cléricale »
14h45 : Youri Carbonnier, « L’effacement des clercs à la Chapelle royale après 1761 »
15h30 : Claudio Bacciagaluppi, « Musiciens d’église dans la Suisse catholique : enjeux dans une confédération interconfessionnelle »
Fin de la journée vers 17h
>>> Cette journée d’étude est librement ouverte à tous et toutes – contributeurs et contributrices au chantier Muséfrem ou auditeurs et auditrices totalement extérieur.e.s.

 

Le lendemain, vendredi 25 octobre de 9h00 à 16h30 : séminaire pour les contributeurs actuels et à venir au programme Muséfrem

Matin
9h : Accueil des participants
9h15 : Claudio Bacciagaluppi, « ‘Musico napolitano’ et ‘MIME’ : d’une base de données locale à un réseau international de recherche prosopographique » (Claudio Bacciagaluppi, Angela Fiore et Rodolfo Zitellini)
9h45 : débat/pause
10h15 : Sylvie Granger, « Octobre 2018-octobre 2019, bilan d’une année de travail : nouveaux contributeurs, rythme des saisies et des publications »
10h45 : Stratégie pour l’avenir et projets en cours ou prévus, Julien Charbey, Bernard Dompnier, Stéphane Gomis, Laurent Guillo, Sylvie Granger + débat collectif
Après-midi
14h : Sylvie Lonchampt (CMBV), « Dans les coulisses de Muséfrem : présentation d’un travail de l’ombre »
14h30 : Technique de la base : nouveautés, astuces partagées, consignes, rappels… (Sylvie Granger et Sylvie Lonchampt + questions / réponses)
15h : Exercices pratiques en binôme (apporter documents et questions).
>>> Inscription obligatoire au séminaire du vendredi 25 octobre auprès de sylvie.granger@univ-lemans.fr

Chapitres départementaux publiés

Chaque texte de synthèse consacré à un département est comme un chapitre de l’ouvrage collectif qui, peu à peu, se construit. Ainsi, progressivement, chapitre après chapitre, se dessine une nouvelle géographie culturelle de la France à la fin de l’Ancien-Régime.

Mise à jour : octobre 2020

Octobre 2020 : nourris par près de 45 000 documents traités, 49 départements + Notre-Dame de Paris et 5 900 notices biographiques sont publiés en ligne et en libre accès grâce à une centaine de contributeurs.
Viendront ensuite une vingtaine de départements actuellement en cours de construction. Paris est traité progressivement (prochaine étape : les collégiales parisiennes).

La carte du chantier telle qu’elle était en octobre 2019 : si vous souhaitez traiter l’un des départements restant en gris, contactez Muséfrem : musefrem@cmbv.com

LISTE DES DÉPARTEMENTS ACTUELLEMENT PUBLIÉS EN LIGNE
(pour savoir qui sont les chercheurs et chercheuses qui les ont traités, consultez l’onglet « L’équipe »)

Allier, par Jean-François « Maxou » Heintzen
Alpes-de-Haute-Provence, par Sylvie Granger
Ardennes, par François Caillou
Ariège, par Renée Bons-Coutant
Aude, par Lluís Bertran
Aveyron, par Françoise Talvard
Cantal, par Isabelle Langlois
Charente, par Mathieu Gaillard
Charente-Maritime, par Charlotte Menanteau
Cher, par Sylvie Granger, Maxou Heintzen et Isabelle Langlois
Corrèze, par Maÿlis Beauvais
Côtes-d’Armor, par Marie Taron
Côte-d’Or, par Sylvie Granger
Creuse, par Alexandre Malaqui
Dordogne, par Alain Blanchard
Essonne, par Christophe Maillard
Eure
, par Pierre Mesplé
Eure-et-Loir, par Pierre Mesplé
Finistère, par Gwenaël Riou
Gironde, par Mathieu Gaillard
Haute-Garonne, par Françoise Talvard
Haute-Loire, par Bernard Dompnier et Françoise Talvard
Hautes-Pyrénées, par Thomas D’Hour
Haute-Vienne, par Maÿlis Beauvais
Hérault, par Lluís Bertran
Ille-et-Vilaine, par Marie-Claire Mussat et Sylvie Granger
Indre-et-Loire, par Christophe Maillard et Édith Marois
Landes, par Mathieu Gaillard
Loir-et-Cher, par Christophe Maillard
Loiret, par Sylvie Granger
Lot, par Françoise Talvard
Lot-et-Garonne
, par Xavier Bisaro
Maine-et-Loire, par Béatrice Besson-Guy
Manche, par Jean-François Détrée
Mayenne, par Sylvie Granger
Morbihan, par Olivier Charles
Nièvre, par Jean-François « Maxou » Heintzen
Nord, par Christophe Maillard
Oise, par François Caillou, Thomas D’Hour et Isabelle Langlois
Orne, par Sylvie Granger
Pas-de-Calais, par Christophe Maillard
Puy-de-Dôme, par Bastien Mailhot
Rhône, par Lucas Bouteille
Sarthe, par Sylvie Granger
Seine :
Notre-Dame de Paris, par François Caillou et Christophe Maillard
Val-d’Oise, par François Caillou
Vaucluse, par Aurélien Gras
Vendée, par Emma Jarri
Vienne, par Guillaume Avocat
Yonne, par Sylvie Granger

Historique des mises en ligne

1°) JUIN 2014 – Ouverture en ligne de la base de données MUSÉFREM : le 7 juin 2014. Mise ligne de 7 départements : Alpes-de-Haute-Provence, l’Aude, la Nièvre, le Nord, l’Orne, le Pas-de-Calais et la Sarthe. Lire la présentation…
Accéder à la vidéo du lancement public de la base de données.

• 2°) MARS 2015 – Mise en ligne de 5 nouveaux départements en mars 2015 : Eure-et-Loir, Hérault, Lot, Vaucluse et Yonne.

• 3°) OCTOBRE 2015 – Mise en ligne de 5 nouveaux départements en octobre 2015 : Allier, Ardennes, Cantal, Loir-et-Cher et Hautes-Pyrénées.

• 4°) MAI 2016 – Mise en ligne de Notre-Dame de Paris et de 3 nouveaux départements en mai 2016 : la Charente-Maritime, la Mayenne et la Vienne.

• 5°) FÉVRIER 2017 – Mise en ligne de 3 nouveaux départements en février 2017 : les Côtes-d’Armor, la Gironde et le Lot-et-Garonne.

• 6°) NOVEMBRE 2017 – Mise en ligne de 3 nouveaux départements en novembre 2017 : la Corrèze, l’Eure et la Vendée.

• 7°) MAI 2018 – Mise en ligne de 3 nouveaux départements en mai 2018 : l’Indre-et-Loire, la Haute-Loire et le Val-d’Oise.

• 8°) OCTOBRE 2018 – Mise en ligne de 5 nouveaux départements en octobre 2018 : la Charente, la Côte-d’Or, la Haute-Garonne, le Morbihan et la Haute-Vienne.

• 9°) AVRIL 2019 – Mise en ligne de 3 nouveaux départements en avril 2019 : la Dordogne, l’Essonne et l’Oise.

• 10°) OCTOBRE 2019 – Mise en ligne de 5 nouveaux départements en octobre 2019 : Aveyron, Finistère, Loiret, Maine-et-Loire, Manche.

• 11°) JUIN 2020 – Mise en ligne de 3 nouveaux départements en juin 2020 : Ariège, Landes, Puy-de-Dôme.

• 12°) OCTOBRE 2020 – Mise en ligne de 4 nouveaux départements en octobre 2020 : Cher, Creuse, Ille-et-Vilaine, Rhône.