Archives mensuelles : mars 2021

La copie de la musique à la collégiale de Soignies (Belgique) au XVIIIe siècle

« L’économie de la copie dans une maîtrise capitulaire : l’exemple de la collégiale Saint-Vincent de Soignies au XVIIIe siècle »

Jeudi 1er avril 2021, communication présentée dans le cadre du webinaire Atecop.

Cette présentation se propose de mettre en lumière la production et l’organisation de la copie au sein d’une maîtrise capitulaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Elle s’appuiera de manière privilégiée sur le fonds musical de la collégiale Saint-Vincent de Soignies, mis en perspective avec d’autres exemples situés dans le grand quart nord-est de la France. 

Nathalie Berton-Blivet est ingénieure d’études à l’IReMus (UMR 8223 – CNRS). Elle consacre une partie de ses travaux à l’étude de la musique religieuse en France aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Elle a été partenaire de l’ANR Muséfrem (2009-2013) et poursuit sa collaboration dans le cadre du Réseau Muséfrem. Voir ses travaux.

Fabien Guilloux est ingénieur d’études à l’IReMus (UMR 8223 – CNRS). Il consacre une partie de ses travaux à l’étude des pratiques musicales dans les milieux canoniaux et monastiques à l’époque moderne.
Il a notamment contribué au Portail du patrimoine musical du Hainaut ((XVIIe-XVIIIe siècles) qui comprend une base de données prosopographique des musiciens de cette province. Voir ses travaux.

Pour en savoir plus et s’inscrire : https://atecop.hypotheses.org/

 

Complément d’enquête… au Puy-en-Velay (Haute-Loire)

L’organiste de la cathédrale du Puy en 1790, François Pierre CHONCQ a fait l’objet d’une étude particulière de la part de Georges Escoffier, spécialiste de ce lieu de musique. Ce travail d’investigation nous permet d’en apprendre davantage sur le parcours de ce musicien venu d’Allemagne et passé par Valence (Drôme). Comme on le voit en confrontant la première phrase du présent texte, et la signature du reçu placé ci-après en illustration, la graphie de son patronyme oscille entre « Choncq » et « Schonck », ce qui ne simplifie pas l’enquête…

Enquête à découvrir dans l’article de Georges Escoffier, « L’énigmatique sieur Choncq : un organiste allemand au Puy-en-Velay à la veille de la Révolution », Cahiers de la Haute-Loire, 2020, p.93-105.

À partir du Puy-en-Velay, point de départ d’une patiente exploration des villes environnantes, Georges Escoffier investit les lieux de musique des villes moyennes de province de la France du XVIIIe siècle.
À retrouver dans son ouvrage Tambours, théâtre et Te Deum (Garnier, 2020).

 

Du neuf sur… Nicolas ARNAULD (Dijon)

Nicolas ARNAULD (1741-1826) a mené une double-vie (professionnelle) : joueur de basse à la cathédrale et imprimeur.
 
Publiée dans Muséfrem depuis 2018, sa biographie trouve donc également sa place dans la prosopographie des imprimeurs et libraires bourguignons au XVIIIe siècle, objet de la recherche d’Anthony Béhin.
 
Son brevet d’apprentissage chez Causse, en présence du chanoine Boisot, en 1758, est venu utilement compléter la notice biographique de notre musicien-imprimeur. Cet intéressant document permet de préciser la date de sa sortie de la maîtrise qui, jusqu’alors, était une pure conjecture. Il confirme le rôle joué par les maîtrises d’enfants de chœur dans les processus d’ascension sociale : fils d’un manouvrier d’un village de proto-métallurgie, le jeune homme n’avait aucune chance de devenir imprimeur sans ces dix années de formation intensive vécues à la maîtrise de la cathédrale.
Tous nos remerciements au Dr Anthony Béhin, qui nous a aimablement transmis ce complément biographique par le biais de l’adresse musefrem@cmbv.com

À vos agendas !

Voici les rendez-vous que vous propose le Réseau Muséfrem, sur les musiciens et musiques d’Église à l’époque moderne, en 2021 et 2022.

2021

• 28 février 2021 : 3e Muséfrem Party.
https://musefrem.hypotheses.org/6936

• 1er avril 2021 : Nathalie Berton-Blivet et Fabien Guilloux : « L’économie de la copie dans une maîtrise capitulaire : l’exemple de la collégiale Saint-Vincent de Soignies au XVIIIe siècle », Webinaire AteCop 2021.
Pour en savoir plus : https://musefrem.hypotheses.org/7028

• Du 18 au 22 juillet 2021 : Colloque « Musiques sacrées en Normandie : rites et pratiques (XIIe-XXIe siècles) », Centre culturel international de Cérisy, Cérisy-la-Salle (Manche).
Organisateurs : Jean-Baptiste Auzel, Georges-Robert Bottin, Jean-François Detrée et François Neveux.
Pour mieux patienter, parcourez les synthèses et les notices des départements normands publiés dans https://philidor.cmbv.fr/musefrem/
Pour en savoir plus : https://cerisy-colloques.fr/musiquessacrees2021/

• Les 11es Rencontres Muséfrem auront lieu les 28 et 29 octobre 2021 à Clermont-Ferrand, avec une journée d’étude ouverte à tous le 28 octobre, et l’assemblée annuelle des contributeurs suivie d’un séminaire technique le 29 octobre.
Pour en savoir plus : https://musefrem.hypotheses.org/les-rencontres-musefrem/journees-musefrem

2022

• Vendredi 11 février 2022 : Journée d’étude « Musique et musiciens d’Église en Bretagne aux 17e et 18e siècles », organisée à Saint-Brieuc conjointement par Tempora/université de Rennes 2 et la Société d’émulation des Côtes-d’Armor (initialement prévue le 23 avril 2021).
Organisateurs : Olivier Charles et Georges Provost.
Pour mieux patienter, parcourez les synthèses et les notices des départements bretons publiés dans https://philidor.cmbv.fr/musefrem/

• Dimanche 27 février 2022 : 4e Muséfrem Party.
Pour en savoir plus : https://musefrem.hypotheses.org/6936

Muséfrem Party : Saisie record !

Muséfrem Party : quèsaco ?

Une journée (24 heures),  pendant laquelle les contributeurs de Muséfrem sont appelés à saisir un maximum de notices dans la base de données, à partir des documents trouvés au cours de leurs recherches. L’idée est née en avril 2015 de susciter un moment d’abord ludique, qui permettrait à l’équipe de se retrouver, tout en restant chez soi, et en saisissant des Nd. Après une première édition au début de l’été 2015, nous avons souhaité en faire un rendez-vous régulier. Le choix du dernier dimanche de février, au cœur de l’hiver, vise à faire de février un mois comme les autres dans les statistiques, malgré sa brièveté.

• 1re édition : le 28 juin 2015, 157 notices saisies par 15 contributeurs.
• 2e édition : le 29 février 2020, 170 notices, et à nouveau 15 participants.
• La 3e édition, qui s’est tenue le dimanche 28 février 2021 a vu le précédent record encore battu, et même pulvérisé : 248 notices nouvelles ont été inscrites au compteur grâce à la mobilisation de 17 chercheurs et chercheuses. Février 2021 s’achève avec un total de 633 notices saisies durant le mois. La base flirte désormais avec les 48 000 documents. Philidor a tenu, malgré la pression !
• À vos agendas : la 4e édition aura lieu le dimanche 27 février 2022 !