Archives mensuelles : mars 2019

Le chant des écoliers de Silly-en-Multien…

Le Journal de Pierre-Louis Nicolas DELAHAYE sert de fil conducteur à l’article de Xavier Bisaro paru en décembre dernier dans les Cahiers d’ethnologie (31/2018). Cette publication trouve sa place dans un dossier thématique consacré aux enfants musiciens, dirigé par Anne Damon-Guillot et Talia Bachir-Loopuyt.

À lire, dans ce numéro, Xavier Bisaro, « Le chant des écoliers de Silly-en-Multien à la fin de l’Ancien Régime : une initiation villageoise », Cahiers d’ethnomusicologie, 31, 2018, p.39-54.
Les coordinatrices du volume rendent hommage à Xavier et à son intérêt pour l’ethnomusicologie.
Avec la finesse qu’on lui connaissait, Xavier dans cet article rend leur voix à ces silencieux de l’histoire et montre le rôle joué par l’école, et singulièrement par l’enseignement du chant d’Église dans la formation des jeunes garçons « entre distinction et inclusion »…

La notice biographique de Pierre-Louis Nicolas DELAHAYE, chantre, serpent et maître d’école à Silly-en-Multien (aujourd’hui Silly-le-Long) en 1790, sera publiée lors de la prochaine livraison de Muséfrem, avec le département de l’Oise (dossier coordonné par François Caillou et Thomas D’Hour).

Pour commander le numéro : abo@adem.ch
Pour en savoir plus sur les Cahiers d’ethnomusicologie : https://journals-openedition-org.ezproxy.uca.fr/ethnomusicologie/282

La musique a-t-elle un genre ?

sous la direction de Mélanie Traversier et Alban Ramaut.

Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2019, 27 euros.

« La musique a-t-elle un genre ? » : la question soulève encore souvent indifférence polie, sinon hilarité, voire mépris. Et pourtant ! Comme la littérature et la peinture, la musique n’échappe pas aux catégorisations genrées et encore moins aux inégalités de genre qui relèguent dans l’ombre les femmes artistes.

Ce volume examine sur la longue durée ce phénomène d’invisibilisation des musiciennes à l’oeuvre tant dans l’historiographie que dans l’imaginaire social, tant dans les discours que dans les pratiques de création et les programmations.

Repérant les différentes voies de disqualification des talents féminins, les seize études réunies ici scrutent les indices de l’enfouissement des musiciennes dans les traités philosophiques et esthétiques, dans les manuels d’éducation, dans les témoignages du public, dans les récits de vie, comme dans les écrits savants et la critique musicale, y compris la plus récente.

Surgissent ainsi autant de jalons pour débusquer et mieux déconstruire les stéréotypes de genre dans les écrits sur la musique et les pratiques musicales d’hier et d’aujourd’hui.

• France Culture, La fabrique de l’histoire par Emmanuel Laurentin, Femmes artistes (1/4) L’invisibilité des musiciennes et des femmes compositrices, à l’occasion de la parution de cet ouvrage, le 11 février 2019.