Archives de catégorie : Musiciens mis en valeur

Le chant des écoliers de Silly-en-Multien…

Le Journal de Pierre-Louis Nicolas DELAHAYE sert de fil conducteur à l’article de Xavier Bisaro paru en décembre dernier dans les Cahiers d’ethnologie (31/2018). Cette publication trouve sa place dans un dossier thématique consacré aux enfants musiciens, dirigé par Anne Damon-Guillot et Talia Bachir-Loopuyt.

À lire, dans ce numéro, Xavier Bisaro, “Le chant des écoliers de Silly-en-Multien à la fin de l’Ancien Régime : une initiation villageoise”, Cahiers d’ethnomusicologie, 31, 2018, p.39-54.
Les coordinatrices du volume rendent hommage à Xavier et à son intérêt pour l’ethnomusicologie.
Avec la finesse qu’on lui connaissait, Xavier dans cet article rend leur voix à ces silencieux de l’histoire et montre le rôle joué par l’école, et singulièrement par l’enseignement du chant d’Église dans la formation des jeunes garçons “entre distinction et inclusion”…

La notice biographique de Pierre-Louis Nicolas DELAHAYE, chantre, serpent et maître d’école à Silly-en-Multien (aujourd’hui Silly-le-Long) en 1790, sera publiée lors de la prochaine livraison de Muséfrem, avec le département de l’Oise (dossier coordonné par François Caillou et Thomas D’Hour).

Pour commander le numéro : abo@adem.ch
Pour en savoir plus sur les Cahiers d’ethnomusicologie : https://journals-openedition-org.ezproxy.uca.fr/ethnomusicologie/282

Danser dans la France des Lumières

Sylvie Granger
chercheuse associée au laboratoire TEMOS

À partir d’un carnet de danse retrouvé à la Médiathèque d’Orléans, cet ouvrage évoque la place de la danse dans les loisirs urbains au milieu du XVIIIe siècle, les réalités concrètes du métier de maître à danser (jamais étudiées jusqu’alors), la sociabilité qui entoure leçons et bals, la place des femmes dans cette passion alors largement masculine. Le grand apport de cette enquête est d’être consacrée essentiellement aux provinces, ce qui constitue un apport original dans une historiographie encore essentiellement centrée sur Versailles et Paris.

Hors sujet ? Pas tant que cela

Pourquoi en parler dans un Carnet de recherche consacré aux musiciens des églises ? Parce que les divers métiers de la musique n’étaient pas au XVIIIe siècle si cloisonnés que l’on pourrait le croire. Malgré les anathèmes lancés par l’Église contre les dangers de la danse et des bals, maîtres à danser et musiciens d’Église se fréquentaient, tant familialement que professionnellement. Le maître à danser Jean Robert, fil conducteur de ce livre, apparaît dans les sources orléanaises quand il assiste à la sépulture d’un musicien de la cathédrale en 1759. Il entretient des liens d’amitié avec l’organiste Christophe Moyreau, que l’on aperçoit régulièrement présent et signataire à ses côtés et qui l’accompagne à sa dernière demeure.
Une vingtaine de pages sont consacrées au Concert que François Giroust, alors maître de musique de la cathédrale d’Orléans, reconstitua et anima de 1757 jusqu’à son départ pour Paris en 1769. La méthode prosopographique a été mise en action pour identifier les musiciens de ces concerts, dont une seule liste est actuellement connue (1762), complétée de diverses annonces de presse (Affiches). Il en ressort que les musiciens d’Église sont les piliers indispensables de ces concerts publics. Tous ces membres actifs du Concert de Giroust, ou presque, ont maintenant leur notice biographique dans la base Muséfrem, notice qui sera publiée en même temps que la “synthèse Loiret”, d’ici quelques mois.
Danser dans la France des Lumières permet d’élargir le regard et de retrouver un peu de l’atmosphère dans laquelle baignaient aussi les chantres et organistes lorsqu’ils franchissaient le portail pour sortir de leur église.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, ISBN 978-2-7535-7607-0, 426 pages, 26 euros. Avec le soutien de Le Mans Université

Lire l’introduction / Table des matières / 4e de couverture
Pour en savoir plus…

Muséfrem à l’honneur dans les Annales du Midi (n° 301, 2018)

La dernière livraison des Annales du Midi (no 301, daté de janvier-mars 2018) contient deux articles en lien avec le programme de recherche Muséfrem.

Le premier article présente l’étude qu’Aurélien Gras a menée à partir de la correspondance de l’organiste Jean-Baptiste VALLIÈRE (1737-1789).
A. Gras est aussi l’auteur de la synthèse sur les musiciens d’Église du Vaucluse et a soutenu une thèse d’histoire moderne en 2018, sur les musiciens de Provence.

  • Aurélien Gras, “Entre la Provence, Paris et le Languedoc. Le milieu musical provençal à travers la correspondance de l’organiste Jean-Baptiste Vallière (1737-1789)”, Annales du Midi, no 301, 2018, p.45-57.

Pour le second article, Mathieu Gaillard a exhumé des documents qui nourrissent la biographie de Charles LEVENS (1689-1764) et éclairent son parcours sous un jour inattendu.
M. Gaillard est l’auteur des synthèses départementales de la Gironde et de la Charente.

  • Mathieu Gaillard, “Le mariage discret de Charles Levens, maître de musique et compositeur du XVIIIe siècle : deux documents inédits”, Annales du Midi, no 301, 2018, p.59-70.

L’orgue de Saint-Géraud d’Aurillac

Nicolas GUEUDRY (Rouen, 1725-Aurillac, 1794) a occupé pendant 27 ans le poste d’organiste de la collégiale Saint-Géraud d’Aurillac. C’est lui qui exerce de 1763 jusqu’en 1790, lorsque les chapitres sont supprimés.
En 1777, il quitte momentanément la ville pour se rendre à Moulins, le temps de la construction d’un nouvel orgue.
En janvier 1780, il est de retour pour la réception de l’instrument et le mariage de sa fille Hélène, en présence du facteur d’orgue Joseph RABINY, paroisse Saint-Géraud.

F-Ad15/ 2 E 14 / 18,1, Signatures de l’acte de mariage de Joseph Crémont et Hélène Gueudry à Aurillac, le 18 janvier 1780.

18 janvier 1780 [mariage] entre Sieur Joseph CREMONT musicien fils majeur et légitime de Jean Cremont et de Leonarde Brousse originaire de la ville de tulle et habitans de cette ville d’une part et demlle jeanne helene gueudry fille mineure et legitime du Sr nicola jean GUEUDRY organiste et de dame honoré claude dubuisson habitants de droit et de fait de cette ville d’autre part […] en présence de des Sieurs nicolas jean GUEUDRY père de l’épouse, de sieur Antoine CREMONT frère de l’époux, d’antoine Guitard procureur fondé des père et mere de l’époux et du Sieur gereau capelle [?]fficiés au garnizon d’auvergne habitant d’Aurillac.[signatures]
Gueudry dite Bellemarre / Cremont / Cremont cadet [Antoine] / Gueudry / Guillard / Capelle / Rabiny / Boysson

L’orgue touché par N. Gueudry a été préservé. L’association Agora 15 et François Blanc oeuvrent pour son entretien, sa sauvegarde et sa restauration.

La Montagne, 10 novembre 2018


13 septembre 2018 : Journée d’études autour du fameux pichet d’Aire-sur-la-Lys

Programme

Rencontre musicologique organisée par la Société Académique des Antiquaires de la Morinie
Fabien Guilloux, chercheur au CNRS (IReMus), animera trois tables rondes ponctuées d’écoutes du motet De Venerabili (Aire-sur-la-Lys, entre 1728 et 1737)
Jeudi 13 septembre 2018
14 heures – 18 heures
Espace culturel Area
Place du Château
62120 Aire-sur-la-Lys
Entrée libre et gratuite

Le 19 mai 2017, la maison De Baecque & Associés mettait en vente chez Drouot à Paris un pichet parlant de forme balustre en faïence polychrome, orné d’une scène figurant chantres et musiciens de la collégiale Saint-Pierre d’Aire-sur-la-Lys. Aussitôt annoncé, ce pichet a suscité un engouement à la hauteur de son intérêt de la part des musicologues, aussi bien que des historiens.
Soucieuse de promouvoir l’histoire locale sous tous ses aspects depuis sa création en 1831, la Société des Antiquaires de la Morinie a organisé une rencontre autour de cet objet unique, exceptionnellement de retour à Aire pour l’occasion.

14h : Présentation par Matthieu Fontaine, président de la Société Académique des Antiquaires de la Morinie.

Écoute : De Venerabili, ouverture et récitatif

14h30 : Première table ronde : Plantons le décor

• Le chapitre Saint-Pierre d’Aire en Artois au XVIIIe siècle : Christophe Leduc, CREHS, Université d’Artois.

• Présentation du chœur : Laurence Baudoux, CREHS, Université d’Artois.
Discussion.

Écoute : De Venerabili, premier air.

15h15 : Seconde table ronde : Entendre la musique : le De Venerabili

• Du manuscrit à la partition : Joël Macke, spécialiste de l’édition musicale, Emmanuel Hachez, directeur de chorale (Soignies, Belgique).

• De la partition au concert : Yves Wuyts, directeur de plusieurs chœurs et ensembles, (Mons, Belgique).

• Le concert, une histoire : Philippe Masingarbe, président du Comité Flamand de France.
Discussion.

Écoute : De Venerabili, chœur central

16h15 : Pause

16h30 : Troisième table ronde : Voir la musique : le pichet d’Aire (1773)

• Les pichets historiés dans la faïence d’Aire : Laurence Baudoux, CREHS, Université d’Artois.

• Des musiciens de faïence et de papier : le corps de musique de la collégiale d’Aire vers 1773 : Youri Carbonnier, CREHS, Université d’Artois.

Discussion.

Écoute : De Venerabili, second air.

17h30 : Conclusion

• La place du pichet d’Aire dans l’iconographie musicale : Fabien Guilloux

Écoute : De Venerabili, chœur final.

• Extrait du catalogue rédigé par DE BAECQUE-D’OUINCE-SARRAU, page 80/220, mai 2017, Vente à Paris (Drouot) le 19 mai 2017.

www.debaecque.fr/lot/82277/7339759

pichet musiciens Aire Drouot 19-5-2017-2.png

Catalogue rédigé par DE BAECQUE-D’OUINCE-SARRAU, page 80/220, mai 2017

Exceptionnel pichet parlant de forme balustre, en faïence polychrome, orné d’une scène tournante figurant les chantres et musiciens de la collégiale d’Aire-sur-La-lys en 1773. Sur un sol carrelé bleu et blanc, on découvre en partant de la gauche :
– mr BAUQUET serpentiste,
– mr SOUPLET et mr DUPUŸ chantres,
– mr LEDUC contrebassiste,
– mr HUGUE organiste,
– mr WERQUIN maître de musique,
– DURANT et JONART enfants de chœur,
– mr PETIT et mr DELAIRE chantres.

De part et d’autre de l’anse, deux pupitres : l’un soutient un livre de chœur fermé, l’autre un livre ouvert où on peut lire « lauteur et au cu ». Sur le fond du pot, en lettre peintes, la signature et la date : « p j. Delaire 1773 ». Le col est orné d’une arcature fleurie au centre de laquelle est représentée la colombe du Saint-Esprit
Artois – Aire-sur-la-Lys, XVIIIe siècle
H. 26,3 cm MH
Manque le couvercle en étain, éclat sur rebord intérieur du pichet et un autre sur le pied.
– D’après Tardy, le musée de Saint-Omer possède un pot d’Aire-sur-la-Lys daté 1731 à décor en camaïeu bleu de musiciens devant leur pupitre.
– Dans la base de données prosopographique des musiciens d’église en 1790, on apprend que PETIT Pierre Joseph (1722-1803) occupe pendant plus d’un demi siècle les fonctions de chantre à la collégiale d’Aire-sur-la- Lys tout en exerçant le métier de marchand de tabac. Que WERQUIN Étienne Marie Joseph (1742-1812) assure la fonction de maître de musique dans cet établissement. Que DELAIRE Philippe Joseph (1752-1825) est formé dans cette même collégiale avant d’entreprendre une carrière de haute taille et qu’il se marie en 1773.
Nous savons, par ailleurs, qu’il exerce le métier de peintre en faïence à Aire-sur-la-Lys. Le chantre Pierre Joseph Delaire est donc bien l’auteur de ce pichet.
[estimations] 500 / 900 €, adjugé 7 500 euros.

Le pichet, le jour de la vente. cliché Françoise Talvard et Youri Carbonnier, présents chez Drouot, Paris, le 19 mai 2017

Merci à Alain Ménil de nous avoir transmis cette information.