Archives de catégorie : publication

Danser dans la France des Lumières

Sylvie Granger
chercheuse associée au laboratoire TEMOS

À partir d’un carnet de danse retrouvé à la Médiathèque d’Orléans, cet ouvrage évoque la place de la danse dans les loisirs urbains au milieu du XVIIIe siècle, les réalités concrètes du métier de maître à danser (jamais étudiées jusqu’alors), la sociabilité qui entoure leçons et bals, la place des femmes dans cette passion alors largement masculine. Le grand apport de cette enquête est d’être consacrée essentiellement aux provinces, ce qui constitue un apport original dans une historiographie encore essentiellement centrée sur Versailles et Paris.

Hors sujet ? Pas tant que cela

Pourquoi en parler dans un Carnet de recherche consacré aux musiciens des églises ? Parce que les divers métiers de la musique n’étaient pas au XVIIIe siècle si cloisonnés que l’on pourrait le croire. Malgré les anathèmes lancés par l’Église contre les dangers de la danse et des bals, maîtres à danser et musiciens d’Église se fréquentaient, tant familialement que professionnellement. Le maître à danser Jean Robert, fil conducteur de ce livre, apparaît dans les sources orléanaises quand il assiste à la sépulture d’un musicien de la cathédrale en 1759. Il entretient des liens d’amitié avec l’organiste Christophe Moyreau, que l’on aperçoit régulièrement présent et signataire à ses côtés et qui l’accompagne à sa dernière demeure.
Une vingtaine de pages sont consacrées au Concert que François Giroust, alors maître de musique de la cathédrale d’Orléans, reconstitua et anima de 1757 jusqu’à son départ pour Paris en 1769. La méthode prosopographique a été mise en action pour identifier les musiciens de ces concerts, dont une seule liste est actuellement connue (1762), complétée de diverses annonces de presse (Affiches). Il en ressort que les musiciens d’Église sont les piliers indispensables de ces concerts publics. Tous ces membres actifs du Concert de Giroust, ou presque, ont maintenant leur notice biographique dans la base Muséfrem, notice qui sera publiée en même temps que la “synthèse Loiret”, d’ici quelques mois.
Danser dans la France des Lumières permet d’élargir le regard et de retrouver un peu de l’atmosphère dans laquelle baignaient aussi les chantres et organistes lorsqu’ils franchissaient le portail pour sortir de leur église.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, ISBN 978-2-7535-7607-0, 426 pages, 26 euros. Avec le soutien de Le Mans Université

Lire l’introduction / Table des matières / 4e de couverture
Pour en savoir plus…

Un article pour découvrir Muséfrem

La conférence prononcée au Mans, auditorium du Carré Plantagenêt, par Sylvie Granger le 24 novembre 2018 pour la Société des Amis de la Révolution française – Club René Levasseur de la Sarthe a été publiée dans le n° 25 de Recherches Révolution française (novembre 2018).

Cette association a accepté que nous diffusions en ligne cette publication et nous la remercions.

Nous vous invitons à découvrir et à diffuser cette présentation actualisée de l’enquête “Musiciens d’Église en Révolution”, destinée à un large public.

Muséfrem à l’honneur dans les Annales du Midi (n° 301, 2018)

La dernière livraison des Annales du Midi (no 301, daté de janvier-mars 2018) contient deux articles en lien avec le programme de recherche Muséfrem.

Le premier article présente l’étude qu’Aurélien Gras a menée à partir de la correspondance de l’organiste Jean-Baptiste VALLIÈRE (1737-1789).
A. Gras est aussi l’auteur de la synthèse sur les musiciens d’Église du Vaucluse et a soutenu une thèse d’histoire moderne en 2018, sur les musiciens de Provence.

  • Aurélien Gras, “Entre la Provence, Paris et le Languedoc. Le milieu musical provençal à travers la correspondance de l’organiste Jean-Baptiste Vallière (1737-1789)”, Annales du Midi, no 301, 2018, p.45-57.

Pour le second article, Mathieu Gaillard a exhumé des documents qui nourrissent la biographie de Charles LEVENS (1689-1764) et éclairent son parcours sous un jour inattendu.
M. Gaillard est l’auteur des synthèses départementales de la Gironde et de la Charente.

  • Mathieu Gaillard, “Le mariage discret de Charles Levens, maître de musique et compositeur du XVIIIe siècle : deux documents inédits”, Annales du Midi, no 301, 2018, p.59-70.

Octobre 2018 : Mise en ligne de 5 départements

Ces nouvelles publications en ligne permettent d’ajouter 550 biographies aux 3 000 déjà diffusées dans la plateforme Philidor du CMBV.

Voici les cinq départements mis en ligne en octobre 2018 :

• la Charente, par Mathieu Gaillard (équipe Muséfrem)

• la Côte-d’Or, par Sylvie Granger (Temos, Le Mans)

• la Haute-Garonne, par Françoise Talvard (CHEC, Clermont)

• le Morbihan, par Olivier Charles (Tempora, Rennes II)

• la Haute-Vienne, par Maÿlis Beauvais (master 2, Le Mans-Université)

Historique des mises en ligne

• Ouverture en ligne de la base de données MUSÉFREM : le 7 juin 2014.
Mise ligne de 7 départements : Alpes-de-Haute-Provence, l’Aude, la Nièvre, le Nord, l’Orne, le Pas-de-Calais et la Sarthe. Lire la présentation…
Accéder à la vidéo du lancement public de la base de données.
• Mise en ligne de 5 nouveaux départements en mars 2015 : Eure-et-Loir, Hérault, Lot, Vaucluse et Yonne.
• Mise en ligne de 5 nouveaux départements en octobre 2015 : Allier, Ardennes, Cantal, Loir-et-Cher et Hautes-Pyrénées.
• Mise en ligne de Notre-Dame de Paris et de 3 nouveaux départements en mai 2016 : la Charente-Maritime, la Mayenne et la Vienne.
• Mise en ligne de 3 nouveaux départements en février 2017 : les Côtes-d’Armor, la Gironde et le Lot-et-Garonne.
• Mise en ligne de 3 nouveaux départements en novembre 2017 : la Corrèze, l’Eure et la Vendée.
• Mise en ligne de 3 nouveaux départements en mai 2018 : l’Indre-et-Loire, la Haute-Loire et le Val-d’Oise.

En savoir plus sur les synthèses départementales…

Reconversions et migrations professionnelles


Reconversions et migrations professionnelles.
Le monde des musiciens et des comédiens à l’heure de la Révolution et de l’Empire

Sous la direction de Philippe Bourdin, Stéphane Gomis et Cyril Triolaire

Siècles. Revue du Centre d’Histoire “Espaces et Cultures”, n° 45, 2018, [texte intégral] https://journals.openedition.org/siecles/3356

Ce dossier thématique de la revue Siècles croise histoire sociale et histoire culturelle pour mesurer les effets de la Révolution française sur les carrières des comédiens, musiciens et chanteurs. Il interroge la notion de « reconversion sociale », phénomène qui n’est nullement propre à la décennie considérée, pour en mesurer les dimensions dans un moment de fort bouleversement politique et de mutation accélérée des hiérarchies sociales. Cette mesure repose sur des échelles différentes : chœurs et musique subventionnés comme la Chapelle du Roi, maîtrises assurant traditionnellement la promotion des enfants du Tiers état, troupes de théâtre en place à Nantes, Montpellier ou dans les théâtres du Nord, vedettes des salles parisiennes, auteurs du répertoire. Quelles sont les promotions et quels sont les déclassements induits par les années 1790, sur quels critères et à quel rythme ?

This thematic issue of Siècles brings together social and cultural history to appraise the effects of the French Revolution on the careers of actors, musicians, and singers.  It explores the idea of mutable social class, a phenomenon that goes far beyond the decade under consideration, to evaluate the dimension it acquired in a period of powerful political upheaval and rapid shifts in social hierarchies.  The extent to which social class shifted can be measured at various levels:  choirs and music receiving royal support, such as the Chapelle du Roi; local training schools that traditionally had provided for the education of “commoner” children; theatrical troupes working in Nantes, Montpellier, or in the theatres of the Nord department; stars of Parisian theatres; and, playwrights.  What upward and downward social mobility did the circumstances of the 1790s create, for what reasons and at what rhythm?

Ce numéro de Siècles a été mis à la Une de la Lettre d’OpenEdition, n° 384, 17 octobre 2018.