Archives de l’auteur : Sylvie Granger

La pluri-activité dans les chœurs capitulaires à la fin de l’Ancien Régime

Auxerre, le 9 novembre 1789 : le chapitre de la cathédrale Saint-Étienne accorde à Bonaventure Bonnotte, qui chante la basse-contre au chœur depuis trente ans, la permission « de s’absenter le mardy soir veille de la foire et toute la journée de mercredi, jour de la foire ». Au fil des années précédentes, cette permission avait été réitérée presque tous les ans, avec parfois la précision « pour les affaires de son commerce ». Bonnotte, en effet, est aussi cordonnier, comme l’était son père. Son statut de musicien à la cathédrale n’en est pas moins officiel et reconnu.

On avait pris l’habitude de considérer que la pluri-activité au sein des musiques d’Église concernait essentiellement les organistes et chantres des églises de second rang, où l’office n’était pas chanté au quotidien (églises abbatiales et paroissiales). On en découvre peu à peu des traces au cœur des chœurs cathédraux et collégiaux, y compris importants. C’est ce phénomène que les Rencontres Muséfrem de l’automne 2021 se proposent d’explorer.

Quelle est l’importance du phénomène à l’échelle d’un corps de musique ou à l’échelle du royaume ? Peut-on distinguer des régions plus marquées par la pluri-activité ?
Quels types d’activités sont exercés par les musiciens ? On peut s’interroger sur les métiers artisanaux, mais aussi sur l’exercice de charges publiques, voire sur des travaux en lien avec la musique (édition par exemple).
Peut-on quantifier le rapport entre le temps consacré à l’activité musicale et celui dévolu à une autre profession ? L’exemple cité en introduction amène à s’interroger sur la place de la pratique musicale dans l’emploi du temps de ces « musiciens plus » – Pierre Goubert qualifiait de « paysans plus » ceux qui exerçaient une activité complémentaire, en particulier artisanale.
L’approche économique ne saurait être oubliée : elle est sans doute au cœur des préoccupations de ces musiciens, Pour autant, sont-ce les musiciens qui choisissent d’exercer un autre métier pour compléter des émoluments qui leur paraissent trop faibles ? Les chapitres ne choisissent-ils pas au contraire de recruter des hommes qui disposent déjà d’un revenu, afin d’entretenir un corps de musique à moindres frais ? Des réponses émergeront peut-être de la géographie de la pluri-activité évoquée plus haut.

Ces quelques interrogations peuvent guider les propositions, mais la réflexion reste ouverte à d’autres pistes. L’approche peut être monographique ou globale. En revanche, on se limitera strictement à la période précédant la dissolution des chapitres, de manière à éviter toute tentation de parler à nouveau des reconversions consécutives aux bouleversements survenus à la fin de l’année 1790, thème déjà traité lors des Rencontres Muséfrem de 2016 [et ayant donné lieu à la publication d’un numéro spécial de Siècles, Reconversions et migrations professionnelles. Le monde des musiciens et des comédiens à l’heure de la Révolution et de l’Empire [en ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 08 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/siecles/3356]

Les propositions sont à envoyer à
Youri Carbonnier (youri.carbonnier@wanadoo.fr),
Bernard Dompnier (bernard.dompnier@orange.fr),
Stéphane Gomis (stephane.gomis@uca.fr) avant le 31 juillet 2021.

Comptant sur votre concours pour une rencontre que l’on espère aussi riche que les précédentes,

Bien amicalement,

Youri Carbonnier, Julien Charbey, Achille Davy-Rigaux, Bernard Dompnier,
Thierry Favier, Stéphane Gomis, Sylvie Granger
, Laurent Guillo

Le lendemain, vendredi 29 octobre 2021, se déroulera un séminaire réservé aux contributeurs actuels et à venir au programme Muséfrem (sur inscription auprès de youri.carbonnier@wanadoo.fr et de Sylvie.Granger@univ-lemans.fr)

Le Métier du maître de musique d’Église (XVIIe-XVIIIe siècles)

Un bel ouvrage, titré « Le Métier du maître de musique d’Église (XVIIe-XVIIIe siècles) » et sous-titré de manière éloquente « Activités, sociologie, carrières » vient de paraître aux éditions Brepols.
Dirigés par Bernard Dompnier et Jean Duron, deux chercheurs aux spécialités complémentaires, qui ont initié le programme et porté cet important chapitre de l’ANR Muséfrem, ces Actes de colloque (Versailles, 2017) regroupent des contributions d’une vingtaine de spécialistes, parmi lesquels on reconnaît de nombreux participants à la base de données.

 
 
Divers regards sur les charges, les obligations de service, les œuvres du maître de musique d’église en France à l’époque moderne.

Loin d’un désert musical, la France de l’époque moderne est riche de musique dans ses villes grandes et moyennes. Les institutions ecclésiastiques, cathédrales, collégiales voire petites églises, la Chapelle royale aussi, financent chanteurs et instrumentistes, mais aussi une maîtrise, école destinée à former de futurs artistes musiciens sous la direction d’un maître de musique.
C’est à ce personnage, à ses différentes fonctions, qu’est dédié ce livre. À la fois pédagogue, compositeur, chanteur et/ou instrumentiste, théoricien, il est chargé de tout ce qui concerne la bonne exécution de la musique durant les offices, conduisant le chœur d’enfants, les chantres du bas chœur, les instrumentistes (ceux de l’église, de la ville ou ceux de passage). Il participe à la rédaction des livres de plain chant, compose, copie messes et motets polyphoniques, rend des comptes au chapitre dont il dépend. Certains maîtres sont sollicités hors l‘institution pour des concerts de musique sacrée ou profane, parfois même au théâtre, plus souvent dans les établissements religieux d’alentour.
La diversité des carrières étonne, certains maîtres demeurant leur vie durant dans une même institution comme Poitevin, d’autres optant comme Gantez pour de véritables périples, rarement au-delà des frontières toutefois; d’autres, comme Campra, préfèrent au lutrin les lumières de la scène de l’opéra; quelques-uns enfin cherchent à laisser une trace de leur œuvre en publiant messes et motets. Toutefois, la spécificité française d’un tel métier ne se comprend que par comparaison avec les réalités des pays voisins, tels l’Italie ou les Pays-Bas espagnols.

Bernard Dompnier, historien, professeur émérite à l’Université Clermont Auvergne (CHEC), est spécialiste de l’histoire du catholicisme à l’époque moderne.

Jean Duron, musicologue, fondateur et directeur (1989-2007) de l’Atelier d’études sur la musique française des XVIIe & XVIIIe siècles du CMBV, est spécialiste de la musique à l’époque de Louis XIV.
 
L’ouvrage peut être commandé chez votre libraire préféré,
mais aussi en ligne au CMBV :
 
TABLE DES MATIÈRES
 

Bernard Dompnier [Université de Clermont Auvergne]
Introduction

Le kaléidoscope d’une profession

Bernard Dompnier [Université de Clermont Auvergne]
Le métier de maître de musique, entre normes et pratiques

Bastien Mailhot [Éducation nationale]
L’exercice du métier de maître de musique dans les « petites églises » :
simple différence de degré ou statut singulier ?

Thomas Leconte [Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Le maître de la Musique de la Chapelle du roi : hiérarchie, prérogatives et fonctions

François Caillou [CERHIO]
Les maîtres de musique des églises de Paris dans la seconde moitié du xviiie siècle

Émilie Corswarem [Université de Liège]
De l’efficacité d’un modèle local : être maître de chant à la cathédrale Saint-Lambert de Liège (1581-1650)

René Depoutot [Université de Lorraine]
Maître de musique d’église à Nancy au xviiie siècle : du chœur de la primatiale à la salle du Concert et de la Comédie

Faire carrière

Youri Carbonnier [Université d’Artois]
« Un jeune homme se présente pour être maître de musique » : Débuter dans la carrière au xviiie siècle

Niccolò Maccavino [Conservatorio di Reggio Calabria]
Maestri di cappella e la loro attività svolta nei secoli xvii e xviii in alcune Istituzioni musicali della Sicilia orientale: Acireale, Caltagirone, Noto e Piazza Armerina.

Sylvie Granger [CERHIO, Le Mans Université]
Itinérance ou stabilité des maîtres de musique de 1790, à travers la base prosopographique Muséfrem

L’entrepreneur de musique

Galliano Ciliberti [Conservatorio di Monopoli]
Un impresario in chiesa: il maestro di cappella a Roma e nello Stato Pontificio nel Seicento

Christophe Maillard [CERHIO]
La figure du maître de musique dans les villes où rivalisent deux corps de musique prestigieux à la fin du xviiie siècle

Érik Kocevar [IReMus]
L’organiste de collégiale et de cathédrale aux xviie et xviiie siècles : réflexions sur le statut d’un des hommes-clé des cérémonies religieuses en France.

Thierry Favier [Université de Poitiers]
Le maître de musique d’Église et le concert en province au xviiie siècle

Le maître et le livre

Jean Duron [Chercheur associé, Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Le maître et son œuvre : la nécessité d’un classement, l’espoir d’une préservation

Cécile Davy-Rigaux [CNRS / IReMus]
Maître des ouvrages liturgiques : une fonction particulière du maître de musique

Laurent Guillo [Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Les maîtres de chapelle entre institution et édition (xviie-xviiie siècles)

Nathalie Berton-Blivet [CNRS / IReMus]
Le maître de musique à l’épreuve de l’édition

Pratiques d’enseignement

Xavier Bisaro [V Université de Tours]
L’enfance de l’art : les maîtres de musique et l’enseignement du plain-chant au xviiie siècle

Aline Smeesters [Université de Louvain-la-Neuve]
Collaborations de poètes néo-latins et de compositeurs de musique à l’époque moderne : deux cas d’étude

Jean Duron [Chercheur associé, Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Le maître théoricien aux xviie et xviiie siècles : l’apprentissage de la composition musicale

Jean-Paul C. Montagnier [Université de Nancy]
La messe polyphonique en livre de chœur comme outil pédagogique

Perspectives

Bernard Hours  [Université de Lyon 3]

Conclusions

Les premiers ateliers français de copistes en musique

Webinaire international de recherche CMBV-IReMus,
février-juillet 2021
Responsables scientifiques : Pascal Denécheau (IReMus)
et Laurent Guillo (CMBV).

Contexte

À côté des imprimeurs et des graveurs, les copistes sont des maillons essentiels de la production des sources musicales. Leur rôle est incontournable pour la diffusion des œuvres non imprimées et pour la préparation des parties nécessaires à l’orchestre et au chœur. Qu’ils travaillent dans un atelier très productif (tel celui de Philidor et Fossard) ou au contraire comme copistes occasionnels, leur production peut s’inscrire dans une visée commerciale (comme chez Foucault et Loulié) ou dans une ambition mémorielle.

Leur production a surtout été considérée par le biais des études sur les collections musicales ou sur les sources d’un compositeur ; leur travail est d’autant plus difficile à apprécier que leurs copies sont rarement signées ni datées. Leur étude nécessite une reconnaissance des graphies et peut être enrichie avec les méthodes de la codicologie (papiers, collation, reliure…) comme de la rastrologie (mise en page, mesures, encres…).

Objectif

L’ambition de ce séminaire est de revitaliser la recherche sur les premiers ateliers de copistes sur une période qui va de Lully jusque vers 1730. Il s’agira autant que possible de considérer les copistes pour eux-mêmes, d’examiner et de baliser certaines de leurs productions, comme d’évoquer les aspects économiques, artistiques et culturels de cette activité.

Organisation

Sont prévues 6 séances de février à juillet 2021, sous la forme d’un webinaire. Chaque séance accueillera trois contributions et sera ouverte au public sur réservation préalable à seminaire.copistes@gmail.com

Programme de la journée du 4 février 2021 : https://atecop.hypotheses.org/date/2021/01

Un carnet de recherche permettra de retracer les étapes du webinaire et d’accueillir des contributions diverses : https://atecop.hypotheses.org

Malgré la période d’étude choisie, assez nettement antérieure à celle considérée par le chantier Muséfrem, l’équipe Muséfrem se réjouit de cette annonce, dont le thème ne lui est pas étranger. À la veille de la Révolution encore, nombreux sont les musiciens d’Église à être rémunérés en complément pour des travaux de copie musicale.

Deux Muséfrémiens publient

François CAILLOU et Christophe MAILLARD, fers de lance de l’enquête Muséfrem, viennent de participer à un gros ouvrage, rédigé à quatre : 

Les élites urbaines sous l’Ancien Régime.
L’exemple de Tours

Les deux autres auteurs de cet ouvrage appelé à faire référence sont Béatrice Baumier et Claude Petitfrère, ce dernier ayant été le professeur de ses trois co-auteurs. Passage de témoin en lui-même significatif et émouvant. Chacun des quatre a apporté ses compétences spécifiques, issues de leurs champs de recherche respectifs. On reconnaîtra en particulier sous la plume de François Caillou et de Christophe Maillard des pages éclairantes sur le bureau des finances et sur le clergé de Tours, mais aussi, naturellement, Muséfrem oblige, sur la pratique musicale à et hors l’Église.

L’ouvrage, de 430 pages, richement illustré, est publié aux Presses universitaires François Rabelais : vous pouvez le commander ICI (30 €).

Texte de la 4ème de couverture proposée par l’éditeur
Au début de l’Ancien Régime, Tours était une « ville moyenne » par le nombre de ses habitants. Une fraction puissante de la population occupe alors le sommet de la société urbaine. La ville de Tours est un champ d’observation privilégié pour l’étude de ces « élites ».
Qui étaient les membres de l’élite tourangelle entre le règne d’Henri IV et la Révolution ? Comment ces hommes et ces femmes ont-ils vécu les grandes mutations politiques et institutionnelles du royaume, de l’ultime guerre de Religion aux conflits idéologiques des Lumières ? Quelles étaient leurs relations avec le reste des citadins et en particulier avec le petit peuple ?
Grâce à des recherches inédites et des archives riches et pittoresques, ce livre apporte un éclairage nouveau sur la ville de Tours à l’époque moderne.

Les langages du culte aux XVIIe et XVIIIe siècles

Les langages du culte aux XVIIe et XVIIIe siècles

Sous la direction de Bernard Dompnier

Clermont-Fd, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2020, 488 pages, 30 euros (papier) et 20 euros (epub/pdf), ISBN papier 978-2-84516-902-9, ISBN PDF 978-2-84516-903-6, ISBN EPUB 978-2-84516-904-3. Pour commander.

Prolongeant une réflexion collective engagée lors de précédents colloques, l’ouvrage associe des spécialistes de diverses disciplines autour de l’étude du culte durant la période de renouveau catholique qui fait suite au concile de Trente. Au-delà de la description des cérémonies, il propose de comprendre les logiques du spectacle baroque que devient alors la liturgie et s’attache particulièrement aux mécanismes de la mobilisation des émotions et des affects. Aussi l’analyse embrasse-t-elle à la fois les normes, les pratiques et les représentations, s’attachant aussi bien aux lieux et à leur décoration qu’aux acteurs du cérémonial, aux procédés de solennisation ou aux diverses formes de sollicitation des sens. Une place particulière est accordée à la musique, qui occupe alors une place sans précédent dans les actions liturgiques.
L’étude de l’histoire du culte, qui fait encore figure de parent pauvre de l’histoire religieuse, requiert l’élaboration d’une nouvelle méthodologie d’analyse. C’est aussi ce défi que tente de relever ce livre, qui se veut contribution – et invitation – à une approche capable d’inscrire la cérémonialité cultuelle dans le champ et dans les perspectives de l’histoire culturelle.

Tables des matières

Le culte baroque au miroir de ses langages
Bernard Dompnier

Partie 1. La grammaire du normatif

La norme grammaticale. Fondements théologiques d’une musique de culte idéale
Laurence Wuidar

Rome et les normes du culte. Les prescriptions de la Congrégation des Rites
Annick Delfosse

Les mots de la solennité. Calendriers liturgiques diocésains et hiérarchie des fêtes en France au XVIIe siècle
Thomas D’Hour

Langages du corps, langages du culte dans les statuts synodaux et les décrets des conciles provinciaux en France, à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle
Bruno Restif

Ministres divins. La formation liturgique des prêtres en Italie sous l’Ancien Régime
Simona Negruzzo

Partie 2. Entre définitions et représentations

Les chanoines et la défense des traditions cérémonielles au XVIIIe siècle
Christophe Maillard

Culte intérieur et culte extérieur. La prédication sur la messe à l’âge classique
Sophie Hache

Les cérémonies religieuses dans le Mercure galant (1672-1685)
Nathalie Berton-Blivet

Un cérémonial indicible. Les Te Deum royauxdans le Ceremonial françois (1649)
Xavier Bisaro (†)

« Comme la civilité règle l’extérieur ». La « Regolata devozione », une époque et un projet
Stefania Nanni

Silence liturgique et silence séculier. L’extension du domaine du sacré dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles
Georges Escoffier

Partie 3. De la mise en oeuvre

Une géographie des cathédrales. Espaces liturgiques et identités territoriales : les acquis de la modernité
Mathieu Lours

Orner pour révérer : plaisir des yeux et rhétorique tridentine. Réflexions sur les parti pris décoratifs de quelques églises rurales méridionales (XVIIe-XVIIIe siècles)
Sophie Duhem

Les sens du décor. Claude-François Ménestrier et la chapelle Sainte-Marie-d’en-Haut à Grenoble
Ralph Dekoninck

Le culte, instrument d’expression des identités. Les confréries « nationales » à Rome (XVIe-XVIIIe siècles)
Alessandro Serra

Le temps de Noël dans le Sud-Ouest de la France. L’intrusion de la langue vernaculaire
dans le culte
Benoît Michel (†)

De la langue maîtrisée à la parole chantée. Plain-chant, liturgie et langue vulgaire en Nouvelle-France (1675-1760)
Paul-André Dubois

Partie 4. Cérémonial liturgique et pratiques musicales

« Descendre de leurs stalles pour entrer dans le choeur de musique ». Les choriers, le plain-chant et la musique
Bernard Dompnier

La célébration de Notre-Dame Souterraine aux XVIIe et XVIIIe siècles. Naissance et développement d’une grande fête en musique
Bastien Mailhot

Les langages du signe. Noter le chant liturgique en France à l’époque moderne
Cécile Davy-Rigaux

Un exemple des pratiques néo-gallicanes. Le chant des Hymnes de Jean Santeul
pour les réformes de Paris et de Cluny (ca 1680)
Thomas Leconte

Le traitement du Crucifixus dans les messes polyphoniques publiées par Ballard
au XVIIe siècle
Jean Duron

Les Leçons de ténèbres ou le langage de l’émotion
Thierry Favier