Archives de l’auteur : Sylvie Granger

Deux Muséfrémiens publient

François CAILLOU et Christophe MAILLARD, fers de lance de l’enquête Muséfrem, viennent de participer à un gros ouvrage, rédigé à quatre : 

Les élites urbaines sous l’Ancien Régime.
L’exemple de Tours

     Les deux autres auteurs de cet ouvrage appelé à faire référence sont Béatrice Baumier et Claude Petitfrère, ce dernier ayant été le professeur de ses trois co-auteurs. Passage de témoin en lui-même significatif et émouvant. Chacun des quatre a apporté ses compétences spécifiques, issues de leurs champs de recherche respectifs. On reconnaîtra en particulier sous la plume de François Caillou et de Christophe Maillard des pages éclairantes sur le bureau des finances et sur le clergé de Tours, mais aussi, naturellement, Muséfrem oblige, sur la pratique musicale à et hors l’Église.
     L’ouvrage, de 430 pages, richement illustré, est publié aux Presses universitaires François Rabelais : vous pouvez le commander ICI (30 €).

Texte de la 4ème de couverture proposée par l’éditeur
Au début de l’Ancien Régime, Tours était une « ville moyenne » par le nombre de ses habitants. Une fraction puissante de la population occupe alors le sommet de la société urbaine. La ville de Tours est un champ d’observation privilégié pour l’étude de ces « élites ».
Qui étaient les membres de l’élite tourangelle entre le règne d’Henri IV et la Révolution ? Comment ces hommes et ces femmes ont-ils vécu les grandes mutations politiques et institutionnelles du royaume, de l’ultime guerre de Religion aux conflits idéologiques des Lumières ? Quelles étaient leurs relations avec le reste des citadins et en particulier avec le petit peuple ?
Grâce à des recherches inédites et des archives riches et pittoresques, ce livre apporte un éclairage nouveau sur la ville de Tours à l’époque moderne.

Les langages du culte aux XVIIe et XVIIIe siècles

Les langages du culte aux XVIIe et XVIIIe siècles

Sous la direction de Bernard Dompnier

Clermont-Fd, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2020, 488 pages, 30 euros (papier) et 20 euros (epub/pdf), ISBN papier 978-2-84516-902-9, ISBN PDF 978-2-84516-903-6, ISBN EPUB 978-2-84516-904-3. Pour commander.

Prolongeant une réflexion collective engagée lors de précédents colloques, l’ouvrage associe des spécialistes de diverses disciplines autour de l’étude du culte durant la période de renouveau catholique qui fait suite au concile de Trente. Au-delà de la description des cérémonies, il propose de comprendre les logiques du spectacle baroque que devient alors la liturgie et s’attache particulièrement aux mécanismes de la mobilisation des émotions et des affects. Aussi l’analyse embrasse-t-elle à la fois les normes, les pratiques et les représentations, s’attachant aussi bien aux lieux et à leur décoration qu’aux acteurs du cérémonial, aux procédés de solennisation ou aux diverses formes de sollicitation des sens. Une place particulière est accordée à la musique, qui occupe alors une place sans précédent dans les actions liturgiques.
L’étude de l’histoire du culte, qui fait encore figure de parent pauvre de l’histoire religieuse, requiert l’élaboration d’une nouvelle méthodologie d’analyse. C’est aussi ce défi que tente de relever ce livre, qui se veut contribution – et invitation – à une approche capable d’inscrire la cérémonialité cultuelle dans le champ et dans les perspectives de l’histoire culturelle.

Tables des matières

Le culte baroque au miroir de ses langages
Bernard Dompnier

Partie 1. La grammaire du normatif

La norme grammaticale. Fondements théologiques d’une musique de culte idéale
Laurence Wuidar

Rome et les normes du culte. Les prescriptions de la Congrégation des Rites
Annick Delfosse

Les mots de la solennité. Calendriers liturgiques diocésains et hiérarchie des fêtes en France au XVIIe siècle
Thomas D’Hour

Langages du corps, langages du culte dans les statuts synodaux et les décrets des conciles provinciaux en France, à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle
Bruno Restif

Ministres divins. La formation liturgique des prêtres en Italie sous l’Ancien Régime
Simona Negruzzo

Partie 2. Entre définitions et représentations

Les chanoines et la défense des traditions cérémonielles au XVIIIe siècle
Christophe Maillard

Culte intérieur et culte extérieur. La prédication sur la messe à l’âge classique
Sophie Hache

Les cérémonies religieuses dans le Mercure galant (1672-1685)
Nathalie Berton-Blivet

Un cérémonial indicible. Les Te Deum royauxdans le Ceremonial françois (1649)
Xavier Bisaro (†)

« Comme la civilité règle l’extérieur ». La « Regolata devozione », une époque et un projet
Stefania Nanni

Silence liturgique et silence séculier. L’extension du domaine du sacré dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles
Georges Escoffier

Partie 3. De la mise en oeuvre

Une géographie des cathédrales. Espaces liturgiques et identités territoriales : les acquis de la modernité
Mathieu Lours

Orner pour révérer : plaisir des yeux et rhétorique tridentine. Réflexions sur les parti pris décoratifs de quelques églises rurales méridionales (XVIIe-XVIIIe siècles)
Sophie Duhem

Les sens du décor. Claude-François Ménestrier et la chapelle Sainte-Marie-d’en-Haut à Grenoble
Ralph Dekoninck

Le culte, instrument d’expression des identités. Les confréries « nationales » à Rome (XVIe-XVIIIe siècles)
Alessandro Serra

Le temps de Noël dans le Sud-Ouest de la France. L’intrusion de la langue vernaculaire
dans le culte
Benoît Michel (†)

De la langue maîtrisée à la parole chantée. Plain-chant, liturgie et langue vulgaire en Nouvelle-France (1675-1760)
Paul-André Dubois

Partie 4. Cérémonial liturgique et pratiques musicales

« Descendre de leurs stalles pour entrer dans le choeur de musique ». Les choriers, le plain-chant et la musique
Bernard Dompnier

La célébration de Notre-Dame Souterraine aux XVIIe et XVIIIe siècles. Naissance et développement d’une grande fête en musique
Bastien Mailhot

Les langages du signe. Noter le chant liturgique en France à l’époque moderne
Cécile Davy-Rigaux

Un exemple des pratiques néo-gallicanes. Le chant des Hymnes de Jean Santeul
pour les réformes de Paris et de Cluny (ca 1680)
Thomas Leconte

Le traitement du Crucifixus dans les messes polyphoniques publiées par Ballard
au XVIIe siècle
Jean Duron

Les Leçons de ténèbres ou le langage de l’émotion
Thierry Favier

Un master « muséfrémien »

Le 1er juillet 2020, Lucas Bouteille a soutenu son mémoire de Master 2 recherche d’histoire à l’Université Clermont Auvergne, préparé sous la direction de Stéphane Gomis.
Son titre ?

Musique et musiciens d’Église du Rhône
autour de 1790 à travers l’enquête Muséfrem

À l’occasion des 9es Rencontres Muséfrem (24 octobre 2019), Lucas Bouteille avait présenté une solide communication « Les instrumentistes des lieux de culte rhodaniens au XVIIIesiècle : un groupe socioprofessionnel à part dans un bastion de domination cléricale », qui avait déjà donné un avant-goût de la profonde originalité des structures musicales et cantorales du diocèse de Lyon à la veille de la Révolution.
 

Lucas Bouteille et Bernard Dompnier, Clermont-Fd, octobre 2019

 
Il prolonge ce travail par la publication du chapitre sur le Rhône dans la base Muséfrem et des quelque deux cents notices biographiques des musiciens actifs dans ce département en 1790 (mise en ligne de l’ensemble en octobre 2020).
 
Lucas a décidé de poursuivre son cursus universitaire en intégrant un master MEEF Histoire-Géographie, en vue de la préparation des concours de l’enseignement.
Toute l’équipe Muséfrem forme des vœux de brillante réussite à ce jeune chercheur prometteur.

Les Dixièmes Rencontres Muséfrem auront lieu à Clermont-Ferrand les 22 et 23 octobre 2020

Aujourd’hui on a du mal à parler au futur sans mettre aussitôt une nuance conditionnelle : si les conditions sanitaires le permettent… Mais on y croit ! Voici la thématique annoncée pour ces dixièmes Rencontres Muséfrem, qui comporteront, comme tous les ans, une journée d’études scientifique ouverte à tou.te.s, et le lendemain un séminaire de travail réservé aux contributeurs et contributrices Muséfrem présents et prochains (sur inscription).

Jeudi 22 octobre 2020 : JOURNÉE D’ÉTUDE

Les corps de musique des cathédrales à la fin de l’Ancien Régime

Lire le programme de la journée d’étude

Argumentaire

Après plusieurs années de rendez-vous centrés sur les musiciens et leurs carrières, il est proposé d’inaugurer avec les Rencontres de l’automne 2020 un type d’approche différent, rendu possible par l’ampleur du stock de données désormais disponibles grâce à la progression du nombre de notices rédigées. Parmi les premières perspectives de réflexion collective qui s’ouvrent, l’étude structurelle des corps de musique représente assurément l’une des plus stimulantes. Au même titre que l’origine et la formation des musiciens, ou leur itinérance professionnelle, cette thématique s’inscrit d’ailleurs parmi celles qui ont conduit à l’élaboration d’un projet d’enquête collective à l’échelle nationale. Maintenant que notre patrimoine commun est déjà plus que substantiel, le temps est venu de jeter les bases d’une exploitation des richesses amassées.

Le thème proposé fait directement écho à un constat que suggère la lecture des différentes synthèses départementales : dans les églises qui rehaussent la solennité de leurs messes et de leurs offices par l’exécution de pièces en musique (donc avec polyphonie et, le plus souvent, accompagnement d’instruments) et qui disposent chacune à cet effet d’un « corps de musique », celui-ci présente toujours tant de traits qui le singularisent qu’on est tenté de penser qu’il n’en existe aucun autre parfaitement identique. Cette hétérogénéité s’explique évidemment par de multiples facteurs : prestige de l’église, place accordée à la musique par rapport au plain-chant, ressources dédiées à cette activité, traditions locales, compétences musicales des membres du bas chœur, etc., tous éléments qui sont pris en compte dans la rédaction des synthèses départementales. Mais, au-delà de la description des réalités locales et sans méconnaître tous les facteurs conjoncturels qui donnent à chaque corps de musique sa physionomie propre, l’historien et le musicologue ne peuvent se résoudre à se contenter de les inventorier ; ils cherchent à retrouver les dénominateurs communs qui permettent de construire des familles à partir des unités singulières, à déceler les régularités ou, en d’autres termes, à établir des typologies aptes à rendre raison du désordre apparent. Pour cette tâche complexe, qui vise à organiser les corps de musique en ensembles cohérents, à définir les finalités cultuelles spécifiques de chacun d’eux ou encore à esquisser des variantes régionales, la Journée d’étude d’octobre ne suffira évidemment pas. Mais elle devrait permettre de jeter les bases d’une réflexion sur le sujet et d’en esquisser la méthodologie. C’est cette dimension exploratoire qui conduit à limiter pour l’heure le propos aux seules cathédrales, un groupe numériquement restreint de lieux de musique (environ 130), qui présentent l’avantage de partager des traits institutionnels communs tout en offrant de forts contrastes sous l’angle des potentialités musicales.

Il est souhaité que, dans une perspective comparative, les propositions de communications s’attachent toutes à deux cathédrales au moins. Une fois cette condition remplie, et le nombre de cas retenus pouvant évidemment être supérieur, les objets étudiés peuvent – comme on s’en doute – être d’une grande variété :

  •  comparaison globale des effectifs de musiciens ou/et des enfants de chœur ;

  •  structure du corps de musique (nombre et caractérisation des chanteurs, présence d’instrumentistes permanents / «extraordinaires », présence de musiciens tenant plusieurs parties (voix et/ou instruments), participation des clercs plain-chantistes à la musique ; rapports entre l’organiste et le corps de musique…) ;

  • -niveaux de rémunération des musiciens ;

  • adéquation du corps de musique à des contraintes locales (architecture de l’édifice, interactions entre la structure du corps de musique et le cérémonial ou les usages liturgiques propres de la cathédrale…).

    Chacun peut faire une proposition relative à un territoire qui lui est familier (et par exemple s’attacher à l’évolution des corps de musique des cathédrales sur une période longue) ou partir des données déjà mises en ligne pour traiter un thème particulier. Il serait par exemple intéressant d’avoir des études sur le rapport entre la taille du corps de musique de la cathédrale et le type de ville où celle-ci est implantée (population, fonctions administratives, « équipement » culturel…).

    Ce ne sont que des suggestions car il est évident que bien d’autres pistes peuvent exister… Les propositions sont à envoyer avant le 15 juillet à Bernard Dompnier (bernard.dompnier@orange.fr)
    Cette journée d’étude est ouverte à tous les chercheurs intéressés par la thématique des musiques d’Église à l’époque moderne.
    Nous comptons sur le concours de tous pour que cette rencontre soit aussi fructueuse que les précédentes.

    Youri Carbonnier, Bernard Dompnier, Stéphane Gomis, Sylvie Granger

    Le lendemain, vendredi 23 octobre, se déroulera un séminaire réservé aux contributeurs actuels et à venir au programme Muséfrem (sur inscription auprès de Veronique.Nizieux@uca.fr).

Juin 2020 : la onzième livraison muséfrémienne

Cette onzième livraison vient ouvrir la septième année de publication Muséfrem ininterrompue depuis juin 2014. Elle offre trois nouveaux dossiers départementaux : l’Ariège, les Landes et le Puy-de-Dôme.

• • • L’Ariège est un territoire périphérique dont les archives ont éprouvé des pertes importantes. Renée Bons-Coutant réussit le tour de force de nous familiariser avec un pays original et complexe, de nous faire ressentir le passage progressif de la montagne au piémont puis à la plaine, apercevoir les églises nichées au creux des vallées (Vicdessos)… Si les lieux de musique et les musiciens documentés sont relativement peu nombreux, certains organistes retrouvés sont particulièrement intéressants par leur parcours comme François BOULANGER, originaire de Champagne, ou François AGRAMONT, venu de Catalogne.

• • • Les Landes : ce dossier préparé par Mathieu Gaillard – qui a déjà publié la Gironde et la Charente –, apporte une belle pierre à la façade atlantique en passe d’être bientôt entièrement couverte par l’enquête Muséfrem. À la marge des grands circuits empruntés par les musiciens professionnels, ce territoire regorgeait de maîtres d’écoles et de petits serviteurs d’Église aux fonctions multiples, dont celle de chanter au lutrin. Quelques familles d’organistes comme les COURTIN ou les FAGEAU, ainsi que plusieurs musiciens étrangers, sont venus étoffer un corpus composé en grande partie de simples chantres. 

• • • Le Puy-de-Dôme, épicentre originel de l’enquête Muséfrem, était très attendu. Bastien Mailhot, spécialiste des plus jeunes des musiciens concernés (Les Enfants de chœur des églises du Centre de la France, Les institutions capitulaires d’éducation et leurs élèves aux XVIIe et XVIIIe siècles, Clermont-Ferrand, PUBP, 2018, 322 p.), a réussi à dresser un tableau synthétique de la situation. Parmi ses musiciens préférés figure le fameux Pierre MALIDOR, doublement emblématique de l’enquête Muséfrem : parce qu’il a occupé près d’une quinzaine de postes successifs et parce que la reconstitution de son itinéraire de vie est le résultat d’un travail collectif et collaboratif exemplaire.

Ce sont donc 45 départements  (+ Notre-Dame de Paris) qui sont maintenant accessibles en ligne, donc 46 articles de synthèse et près de 5 200 biographies musicales. Aux 220 notices biographiques directement issues des trois nouveaux dossiers mis en ligne en ce mois de juin s’en ajoutent 30 autres, liées à des départements plus anciennement publiés (Pas-de-Calais, Gironde, Cantal, Côte-d’Or, Sarthe…). Une preuve supplémentaire que Muséfrem ne cesse de progresser et d’enrichir nos connaissances partagées.

Pour Muséfrem,
Sylvie Granger
musefrem@cmbv.com
(juin 2020)