Archives de l’auteur : Isabelle Langlois

Musiques sacrées en Normandie

Du 18 au 22 juillet 2021 : Colloque « Musiques sacrées en Normandie : rites et pratiques (XIIe-XXIe siècles) », Centre culturel international de Cérisy, Cérisy-la-Salle (Manche).
Organisateurs : Jean-Baptiste Auzel, Georges-Robert Bottin, Jean-François Détrée et François Neveux.

Pour mieux patienter, parcourez les synthèses et les notices des départements normands publiés dans https://philidor.cmbv.fr/musefrem/

Pour en savoir plus : https://cerisy-colloques.fr/musiquessacrees2021/

Programme provisoire (mai 2021)

Lundi 19 juillet
I – LES RÉPERTOIRES ET LES RITES, DU MOYEN ÂGE À NOS JOURS
Matin
Jean-Baptiste AUZEL : Présentation
Jean-François DÉTRÉE : Rites et pratiques : la musique sacrée est-elle révélée ou masquée par les cérémoniaux ?
Guillaume ANTOINE & Louis CHEVALIER : Le chant liturgique du Mont Saint-Michel (XIe-XVe siècles)
Laurence BRISSET & Océane BOUDEAU : Autour du Tropaire de Saint-Evroult

Après-midi
Frère Maximilien LAUNAY : Le répertoire des Prémontrés de l’abbaye de Mondaye
Christine NEVEU : Au Mont Saint-Michel, le chant des Fraternités Monastiques de Jérusalem

Soirée
« HORS LES MURS » – À COUTANCES
Concert à la chapelle du Sacré-Cœur du collège Guérard (Institut Jean-Paul II de Coutances), musique sacrée normande des XIXe et XXe siècles (Vincent GENVRIN & Françoise MASSET)


Mardi 20 juillet
Matin
Georges-Robert BOTTIN : Les cantiques de pèlerinages dans la Manche (fin XIXe et début XXe siècle)
Bruno CENTORAME : La musique religieuse à l’Institut Saint-Paul de Cherbourg (début XXe siècle)

Après-midi
« HORS LES MURS » – À L’ABBAYE DE LA LUCERNE
SÉANCE PUBLIQUE
Visite de l’abbaye, avec Virginie PARMENTIER-THÉBAULT
Nicolas LECERVOISIER : Présentation du travail de redécouverte de la musique sacrée normande par l’abbé Lelégard

II – MUSICIENS ET INTERPRÈTES
Sylvie GRANGER : L’enquête Muséfrem en Normandie : hommes et corps de musique religieuse à la veille de la Révolution [communication établie avec Pierre MESPLÉ]
Pierre MESPLÉ : Qui sont les organistes normands à la fin du XVIIIe siècle ? (d’après l’enquête Muséfrem)
Jean-François DÉTRÉE : Présentation de l’orgue de la Lucerne
Dominique DUMONT, François MOREAU & François NEVEUX : Conférence-Concert à l’orgue autour d’œuvres de compositeurs normands (XVIIIe – XXe siècles)

Dîner sur l’herbe

Soirée
« HORS LES MURS » – À L’ABBAYE DE LA LUCERNE
Concert Festival musical de l’abbaye de la Lucerne : musique médiévale normande (Ensemble De Caelis, dir. Laurence BRISSET)


Mercredi 21 juillet
III – AUTOUR DE L’ORGUE
Matin
Maurice ROUSSEAU : Les Orgues Portatifs à tuyaux polyphones en Normandie
François NEVEUX : Histoire des orgues de Bayeux (XVIIIe – XIXe siècles)
Bernard JEHAN : Ménard-Orange-Laforge, facteurs d’orgues à Coutances de 1839 à 1892

Après-midi
« HORS LES MURS » – SÉANCE ILLUSTRÉE DE MUSIQUES TENUES EN L’ÉGLISE DE CERISY-LA-SALLE
SÉANCE PUBLIQUE
Fabrice SIMON : Paul Allix, un organiste compositeur à Cherbourg au XXe siècle [conférence illustrée à l’orgue]
Bernard JEHAN & François LEMANISSIER : Que sait-on des orgues de Saint-Lô ?
François LEMANISSIER : Organiste d’église aujourd’hui, témoignage

Soirée
François DUPOUX : L’harmonium au-delà des salons parisiens [concert-conférence]


Jeudi 22 juillet
IV – DES PRATIQUES EN ÉVOLUTION
Matin
Maurice ROUSSEAU : L’orgue à rouleaux dans les églises, 1800-1850

Musique sacrée et ses usages aujourd’hui, entre cultuel et culturel, table ronde avec Daniel JAMELOT et Véronique PLAINTEL

Après-midi
Jean-Baptiste AUZEL, Georges-Robert BOTTIN, Jean-François DETRÉE, François NEVEUX : Conclusions générales

Complément d’enquête sur… la copie de la musique d’Église au XVIIIe siècle

Le résumé de la communication de Nathalie Berton-Blivet et Fabien Guilloux présentée lors du webinaire de recherche d’AteCop, le 1er avril 2021, « L’économie de la copie dans une maîtrise capitulaire : l’exemple de la collégiale Saint-Vincent de Soignies au XVIIIe siècle », est disponible sur le carnet de recherche de ce programme consacré aux premiers ateliers français de copistes en musique.
https://atecop.hypotheses.org/date/2021/03#ancreBerton

Cela offre l’occasion de découvrir ou redécouvrir le maître de musique et compositeur Pierre Louis POLLIO  (1724-1796). Il termina sa carrière à Soignies (actuelle Belgique) après avoir exercé dans de prestigieux établissements français, à Péronne, Dijon et Beauvais.

L’IReMus a développé deux programmes de recherches en lien avec ce compositeur : « Pollio » autour de l’exceptionnel fonds documentaire et musical de Soignies, puis « Autour du lutrin ».

Découvrez également l’enquête menée par Nathalie et Fabien à la cathédrale de Beauvais, sur les traces de POLLIO (vidéo) : https://www.nakala.fr/nakala/data/11280/ec18af1c

 

La copie de la musique à la collégiale de Soignies (Belgique) au XVIIIe siècle

« L’économie de la copie dans une maîtrise capitulaire : l’exemple de la collégiale Saint-Vincent de Soignies au XVIIIe siècle »

Jeudi 1er avril 2021, communication présentée dans le cadre du webinaire Atecop.

Cette présentation se propose de mettre en lumière la production et l’organisation de la copie au sein d’une maîtrise capitulaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Elle s’appuiera de manière privilégiée sur le fonds musical de la collégiale Saint-Vincent de Soignies, mis en perspective avec d’autres exemples situés dans le grand quart nord-est de la France. 

Nathalie Berton-Blivet est ingénieure d’études à l’IReMus (UMR 8223 – CNRS). Elle consacre une partie de ses travaux à l’étude de la musique religieuse en France aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Elle a été partenaire de l’ANR Muséfrem (2009-2013) et poursuit sa collaboration dans le cadre du Réseau Muséfrem. Voir ses travaux.

Fabien Guilloux est ingénieur d’études à l’IReMus (UMR 8223 – CNRS). Il consacre une partie de ses travaux à l’étude des pratiques musicales dans les milieux canoniaux et monastiques à l’époque moderne.
Il a notamment contribué au Portail du patrimoine musical du Hainaut ((XVIIe-XVIIIe siècles) qui comprend une base de données prosopographique des musiciens de cette province. Voir ses travaux.

Pour en savoir plus et s’inscrire : https://atecop.hypotheses.org/

 

Complément d’enquête… au Puy-en-Velay (Haute-Loire)

L’organiste de la cathédrale du Puy en 1790, François Pierre CHONCQ a fait l’objet d’une étude particulière de la part de Georges Escoffier, spécialiste de ce lieu de musique. Ce travail d’investigation nous permet d’en apprendre davantage sur le parcours de ce musicien venu d’Allemagne et passé par Valence (Drôme). Comme on le voit en confrontant la première phrase du présent texte, et la signature du reçu placé ci-après en illustration, la graphie de son patronyme oscille entre « Choncq » et « Schonck », ce qui ne simplifie pas l’enquête…

Enquête à découvrir dans l’article de Georges Escoffier, « L’énigmatique sieur Choncq : un organiste allemand au Puy-en-Velay à la veille de la Révolution », Cahiers de la Haute-Loire, 2020, p.93-105.

À partir du Puy-en-Velay, point de départ d’une patiente exploration des villes environnantes, Georges Escoffier investit les lieux de musique des villes moyennes de province de la France du XVIIIe siècle.
À retrouver dans son ouvrage Tambours, théâtre et Te Deum (Garnier, 2020).

 

Du neuf sur… Nicolas ARNAULD (Dijon)

Nicolas ARNAULD (1741-1826) a mené une double-vie (professionnelle) : joueur de basse à la cathédrale et imprimeur.
 
Publiée dans Muséfrem depuis 2018, sa biographie trouve donc également sa place dans la prosopographie des imprimeurs et libraires bourguignons au XVIIIe siècle, objet de la recherche d’Anthony Béhin.
 
Son brevet d’apprentissage chez Causse, en présence du chanoine Boisot, en 1758, est venu utilement compléter la notice biographique de notre musicien-imprimeur. Cet intéressant document permet de préciser la date de sa sortie de la maîtrise qui, jusqu’alors, était une pure conjecture. Il confirme le rôle joué par les maîtrises d’enfants de chœur dans les processus d’ascension sociale : fils d’un manouvrier d’un village de proto-métallurgie, le jeune homme n’avait aucune chance de devenir imprimeur sans ces dix années de formation intensive vécues à la maîtrise de la cathédrale.
Tous nos remerciements au Dr Anthony Béhin, qui nous a aimablement transmis ce complément biographique par le biais de l’adresse musefrem@cmbv.com