Archives de l’auteur : Isabelle Langlois

La musique a-t-elle un genre ?

sous la direction de Mélanie Traversier et Alban Ramaut.

Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2019, 27 euros.

« La musique a-t-elle un genre ? » : la question soulève encore souvent indifférence polie, sinon hilarité, voire mépris. Et pourtant ! Comme la littérature et la peinture, la musique n’échappe pas aux catégorisations genrées et encore moins aux inégalités de genre qui relèguent dans l’ombre les femmes artistes.

Ce volume examine sur la longue durée ce phénomène d’invisibilisation des musiciennes à l’oeuvre tant dans l’historiographie que dans l’imaginaire social, tant dans les discours que dans les pratiques de création et les programmations.

Repérant les différentes voies de disqualification des talents féminins, les seize études réunies ici scrutent les indices de l’enfouissement des musiciennes dans les traités philosophiques et esthétiques, dans les manuels d’éducation, dans les témoignages du public, dans les récits de vie, comme dans les écrits savants et la critique musicale, y compris la plus récente.

Surgissent ainsi autant de jalons pour débusquer et mieux déconstruire les stéréotypes de genre dans les écrits sur la musique et les pratiques musicales d’hier et d’aujourd’hui.

• France Culture, La fabrique de l’histoire par Emmanuel Laurentin, Femmes artistes (1/4) L’invisibilité des musiciennes et des femmes compositrices, à l’occasion de la parution de cet ouvrage, le 11 février 2019.

Conférence à Cavaillon

Cavaillon (Vaucluse), samedi 23 février 2019
Salle Bouscarle, 14h30

« La cigale et le tambourin »
Images et réalités des musiciens provençaux et pontificaux au XVIIIe siècle

par Aurélien GRAS
Docteur en histoire moderne de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (2018), Membre de l’équipe MUSEFREM, chercheur associé au Centre Norbert-Elias et au Centre d’Histoire “Espaces et Cultures”.

La thèse d’Aurélien Gras est disponible en ligne :
Aurélien Gras, Les faiseurs de notes : Pratiques professionnelles, identité sociale et mobilités des musiciens dans la Provence et les États pontificaux rhodaniens du XVIIIe siècle, thèse d’histoire, Université d’Avignon, 2018, tel-01937253

Elle a reçu un prix de l’Académie de Vaucluse.


The Polyphonic Mass in France, 1600-1780. The Evidence of the Printed Choirbooks

Jean-Paul C. Montagnier
Professeur de musicologie à l’Université de Lorraine

This is the first ever book-length study of the a cappella masses which appeared in France in choirbook layout during the baroque era. Though the musical settings of the Ordinarium missæ and of the Missa pro defunctis have been the subject of countless studies, the stylistic evolution of the polyphonic masses composed in France during the seventeenth and eighteenth centuries has been neglected owing to the labor involved in creating scores from the surviving individual parts. Jean-Paul C. Montagnier has examined closely the printed, engraved and stenciled choirbooks containing this repertoire, and his book focuses mainly on the music as it stands in them. After tracing the choirbooks’ publishing history, the author places these mass settings in their social, liturgical and musical context. He shows that their style did not all adhere strictly to the stile antico, but could also employ the most up-to-date musical language of the period.

Jean-Paul C. Montagnier, The Polyphonic Mass in France, 1600-1780. The Evidence of the Printed Choirbooks, Cambridge University Press, 2017, ISBN 9781107177741, 358 pages, 74,99 £.

Index
Table des matières
En savoir plus…

“… Montagnier’s book is a seminal and exceptional contribution to the study of French sacred music during the seventeenth and eighteenth centuries.” (Thierry Favier, Music and Letters)

Danser dans la France des Lumières

Sylvie Granger
chercheuse associée au laboratoire TEMOS

À partir d’un carnet de danse retrouvé à la Médiathèque d’Orléans, cet ouvrage évoque la place de la danse dans les loisirs urbains au milieu du XVIIIe siècle, les réalités concrètes du métier de maître à danser (jamais étudiées jusqu’alors), la sociabilité qui entoure leçons et bals, la place des femmes dans cette passion alors largement masculine. Le grand apport de cette enquête est d’être consacrée essentiellement aux provinces, ce qui constitue un apport original dans une historiographie encore essentiellement centrée sur Versailles et Paris.

Hors sujet ? Pas tant que cela

Pourquoi en parler dans un Carnet de recherche consacré aux musiciens des églises ? Parce que les divers métiers de la musique n’étaient pas au XVIIIe siècle si cloisonnés que l’on pourrait le croire. Malgré les anathèmes lancés par l’Église contre les dangers de la danse et des bals, maîtres à danser et musiciens d’Église se fréquentaient, tant familialement que professionnellement. Le maître à danser Jean Robert, fil conducteur de ce livre, apparaît dans les sources orléanaises quand il assiste à la sépulture d’un musicien de la cathédrale en 1759. Il entretient des liens d’amitié avec l’organiste Christophe Moyreau, que l’on aperçoit régulièrement présent et signataire à ses côtés et qui l’accompagne à sa dernière demeure.
Une vingtaine de pages sont consacrées au Concert que François Giroust, alors maître de musique de la cathédrale d’Orléans, reconstitua et anima de 1757 jusqu’à son départ pour Paris en 1769. La méthode prosopographique a été mise en action pour identifier les musiciens de ces concerts, dont une seule liste est actuellement connue (1762), complétée de diverses annonces de presse (Affiches). Il en ressort que les musiciens d’Église sont les piliers indispensables de ces concerts publics. Tous ces membres actifs du Concert de Giroust, ou presque, ont maintenant leur notice biographique dans la base Muséfrem, notice qui sera publiée en même temps que la “synthèse Loiret”, d’ici quelques mois.
Danser dans la France des Lumières permet d’élargir le regard et de retrouver un peu de l’atmosphère dans laquelle baignaient aussi les chantres et organistes lorsqu’ils franchissaient le portail pour sortir de leur église.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, ISBN 978-2-7535-7607-0, 426 pages, 26 euros. Avec le soutien de Le Mans Université

Lire l’introduction / Table des matières / 4e de couverture
Pour en savoir plus…

Un article pour découvrir Muséfrem

La conférence prononcée au Mans, auditorium du Carré Plantagenêt, par Sylvie Granger le 24 novembre 2018 pour la Société des Amis de la Révolution française – Club René Levasseur de la Sarthe a été publiée dans le n° 25 de Recherches Révolution française (novembre 2018).

Cette association a accepté que nous diffusions en ligne cette publication et nous la remercions.

Nous vous invitons à découvrir et à diffuser cette présentation actualisée de l’enquête “Musiciens d’Église en Révolution”, destinée à un large public.