Histoire de l’enquête

« Il faut rompre avec une historiographie des sommets (les grandes cathédrales, les musiciens qui ont « réussi ») et considérer l’objet dans sa globalité, c’est-à-dire ne pas accorder moins d’intérêt aux petites collégiales des gros bourgs qu’aux églises prestigieuses des cités les plus peuplées »
Bernard Dompnier, préface à l’ouvrage de Bastien Mailhot, Les Enfants de chœur des églises du centre de la France, Clermont-Fd, PU Blaise-Pascal, 2018, p.11-12.

L’enquête MUSÉFREM (Musiques d’Église en France à l’époque moderne) est le prolongement inattendu d’un colloque qui, fin 2001, avait réuni historiens et musicologues au Puy-en-Velay à l’invitation du Centre d’Histoire «Espaces et Cultures» (CHEC) de l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand).
La rencontre intellectuelle entre Bernard Dompnier et Jean Duron fit surgir l’évidence qu’historiens et musicologues avaient un vaste champ de travail à partager pour dynamiser leurs complémentarités. Ce colloque donna lieu à la publication d’un ouvrage de référence, dirigé par Bernard Dompnier : Maîtrises & Chapelles aux XVIIe et XVIIIe siècles.
L’une des communications, consacrée à l’itinérance des musiciens, était déjà une sorte de prototype artisanal de l’aventure scientifique à venir (Sylvie Granger, « Tours et détours des musiciens d’Église dans la France du centre-ouest aux XVIIe et XVIIIe siècles », p. 291-314).

L’idée d’une grande enquête collective dans les sources des débuts de la Révolution a mûri rapidement ensuite, et a pris corps en 2002-2003 : dès le 11 janvier 2002, une « réunion inaugurale » eut lieu à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, à l’invitation de Bernard Dompnier. Y étaient présents notamment Jean Duron et Corinne Daveluy (Centre de musique baroque de Versailles), Isabelle Langlois (CHEC), Sylvie Granger (Centre de Recherches Historiques de l’Ouest).

• L’objectif scientifique était de rassembler les données utiles à une étude des professions musicales dans les institutions dont la vocation première était le chant de l’office. Les corps de musique des cathédrales et des collégiales, au premier chef, employaient la plupart des professionnels de la musique en France et servaient de pépinières pour la formation des musiciens de toutes catégories. L’étude des modalités de leur formation, du déroulement de leurs carrières, de leur place dans la société, ainsi que l’établissement d’une typologie des lieux de musique anciens, constituent un projet scientifique et intellectuel large et novateur.

• La base de données prosopographiques est l’outil indispensable au service de ce projet.
La 1ère notice a été saisie dans l’ancêtre de la base actuelle le 11 mars 2003 (par Isabelle Langlois à Clermont-Ferrand).
Cette première notice est consacrée à Charles CONAIN, chantre de la collégiale Notre-Dame de Clermont (aujourd’hui dans l’Oise) : elle concerne l’un de ces innombrables artisans obscurs qui partout en Europe faisaient vivre la musique religieuse et en vivaient. En ce sens, cette notice pionnière est donc bien représentative d’une large partie du corpus réuni : ce sont ces milliers de musiciens et musiciennes inconnus des provinces – ou des paroisses parisiennes –  qui font le sel de ce dictionnaire nouveau. Toutefois, à côté des bataillons de Charles Conain, le corpus réuni dans la base Muséfrem comporte et comportera aussi quelques GIROUST, LESUEUR, BALBASTRE, COUPERIN, PLEYEL, JUMENTIER…

• • • 2004-2008 : les travaux se développent, présentant l’originalité de mener de front les dépouillements en archives et la construction de l’outil base de données, assumée au CMBV par Jérémy Crublet et Benoît Michel, les deux aspects influant sans cesse l’un sur l’autre, en synergie et évolution permanentes.

  • À l’origine portée essentiellement par le CHEC, avec l’appui irremplaçable du CMBV pour le développement informatique, l’enquête a d’abord démarré grâce à l’implication d’étudiants et de jeunes chercheurs de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, autour de Bernard Dompnier. Dès 2005 elle a donné lieu à une première publication scientifique (dans les Annales Historiques de la Révolution Française).
  • L’enquête a peu à peu élargi son assise en fédérant des chercheurs dispersés, avec ou sans ancrage institutionnel (professeurs de lycées, de collèges, de conservatoires, actifs ou retraités). Ces divers contributrices et contributeurs, étudiants, chercheurs bénévoles ou vacataires, dont le nombre total sur la durée de l’enquête dépasse 100, ont permis des dépouillements d’une ampleur inégalée et l’aboutissement d’une enquête d’échelle véritablement nationale.
  • Au fil de ce processus, les participants ont été reliés par un actif forum internet (3 500 messages de 2005 à 2012) et par des rencontres régulières, formations techniques à la base de données, journées d’étude, ou colloques, indispensables pour ne pas perdre de vue les objectifs scientifiques du travail en cours.
  • En parallèle, plusieurs ouvrages, divers articles et des communications de colloques ont commencé à divulguer des premiers résultats, portant sur des corpus partiels : villes ou régions, femmes, etc. Au fil des ans, l’enquête Muséfrem a déjà donné lieu à de nombreuses publications scientifiques

• • • 2009-2013 : intégrée au sein du plus vaste programme MUSÉFREM, l’enquête a été soutenue de 2009 à 2013 par l’Agence nationale de la recherche, ce qui lui a permis de mener à bien le dépouillement méthodique des fonds relatifs au sujet de tous les dépôts départementaux, de faire évoluer la base de données vers un outil performant de notre temps et d’y commencer activement les saisies.

-> Au cours des années 2010 et 2011, 220 notices document par mois ont été saisies en moyenne , soit plus de 5 000 documents en deux ans.

• • • En 2013, on peut considérer que l’essentiel des documents d’archives de tous les départements de France métropolitaine relatifs au sujet ont été dépouillés. Ils sont alors peu à peu saisis dans l’espace documentaire de la base de données. L’enquête archivistique achevée dans ses grandes lignes, l’équipe poursuit activement le travail d’analyse des documents et commence le travail éditorial. Celui-ci est mené selon une progression départementale (pour respecter la logique documentaire).

• • Juin 2014 : sept premiers départements sont publiés en ligne. Pour chaque département a été rédigé un texte spécifique, présentant les caractéristiques essentielles du territoire concerné et les résultats obtenus par l’enquête. Ce texte s’accompagne de divers outils tels que cartes de localisation, iconographie, bibliographie, liste des lieux de musique documentés pour 1790 et bien entendu liste des musiciens et musiciennes retrouvés. Chacun de ceux-ci fait l’objet d’une notice biographique individuelle.

Depuis, le travail s’est poursuivi au rythme de cinq à dix départements publiés par an. Vous en trouverez le détail dans l’onglet « Publications » (rubrique « Les synthèses départementales »).

Des contributeurs nouveaux nous rejoignent régulièrement, ils sont les bienvenus : si vous souhaitez participer à cette grande aventure scientifique, contactez-nous à l’adresse : musefrem@cmbv.com