Archives par étiquette : métier de musicien

Le Métier du maître de musique d’Église (XVIIe-XVIIIe siècles)

Un bel ouvrage, titré « Le Métier du maître de musique d’Église (XVIIe-XVIIIe siècles) » et sous-titré de manière éloquente « Activités, sociologie, carrières » vient de paraître aux éditions Brepols.
Dirigés par Bernard Dompnier et Jean Duron, deux chercheurs aux spécialités complémentaires, qui ont initié le programme et porté cet important chapitre de l’ANR Muséfrem, ces Actes de colloque (Versailles, 2017) regroupent des contributions d’une vingtaine de spécialistes, parmi lesquels on reconnaît de nombreux participants à la base de données.

 
 
Divers regards sur les charges, les obligations de service, les œuvres du maître de musique d’église en France à l’époque moderne.

Loin d’un désert musical, la France de l’époque moderne est riche de musique dans ses villes grandes et moyennes. Les institutions ecclésiastiques, cathédrales, collégiales voire petites églises, la Chapelle royale aussi, financent chanteurs et instrumentistes, mais aussi une maîtrise, école destinée à former de futurs artistes musiciens sous la direction d’un maître de musique.
C’est à ce personnage, à ses différentes fonctions, qu’est dédié ce livre. À la fois pédagogue, compositeur, chanteur et/ou instrumentiste, théoricien, il est chargé de tout ce qui concerne la bonne exécution de la musique durant les offices, conduisant le chœur d’enfants, les chantres du bas chœur, les instrumentistes (ceux de l’église, de la ville ou ceux de passage). Il participe à la rédaction des livres de plain chant, compose, copie messes et motets polyphoniques, rend des comptes au chapitre dont il dépend. Certains maîtres sont sollicités hors l‘institution pour des concerts de musique sacrée ou profane, parfois même au théâtre, plus souvent dans les établissements religieux d’alentour.
La diversité des carrières étonne, certains maîtres demeurant leur vie durant dans une même institution comme Poitevin, d’autres optant comme Gantez pour de véritables périples, rarement au-delà des frontières toutefois; d’autres, comme Campra, préfèrent au lutrin les lumières de la scène de l’opéra; quelques-uns enfin cherchent à laisser une trace de leur œuvre en publiant messes et motets. Toutefois, la spécificité française d’un tel métier ne se comprend que par comparaison avec les réalités des pays voisins, tels l’Italie ou les Pays-Bas espagnols.

Bernard Dompnier, historien, professeur émérite à l’Université Clermont Auvergne (CHEC), est spécialiste de l’histoire du catholicisme à l’époque moderne.

Jean Duron, musicologue, fondateur et directeur (1989-2007) de l’Atelier d’études sur la musique française des XVIIe & XVIIIe siècles du CMBV, est spécialiste de la musique à l’époque de Louis XIV.
 
L’ouvrage peut être commandé chez votre libraire préféré,
mais aussi en ligne au CMBV :
 
TABLE DES MATIÈRES
 

Bernard Dompnier [Université de Clermont Auvergne]
Introduction

Le kaléidoscope d’une profession

Bernard Dompnier [Université de Clermont Auvergne]
Le métier de maître de musique, entre normes et pratiques

Bastien Mailhot [Éducation nationale]
L’exercice du métier de maître de musique dans les « petites églises » :
simple différence de degré ou statut singulier ?

Thomas Leconte [Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Le maître de la Musique de la Chapelle du roi : hiérarchie, prérogatives et fonctions

François Caillou [CERHIO]
Les maîtres de musique des églises de Paris dans la seconde moitié du xviiie siècle

Émilie Corswarem [Université de Liège]
De l’efficacité d’un modèle local : être maître de chant à la cathédrale Saint-Lambert de Liège (1581-1650)

René Depoutot [Université de Lorraine]
Maître de musique d’église à Nancy au xviiie siècle : du chœur de la primatiale à la salle du Concert et de la Comédie

Faire carrière

Youri Carbonnier [Université d’Artois]
« Un jeune homme se présente pour être maître de musique » : Débuter dans la carrière au xviiie siècle

Niccolò Maccavino [Conservatorio di Reggio Calabria]
Maestri di cappella e la loro attività svolta nei secoli xvii e xviii in alcune Istituzioni musicali della Sicilia orientale: Acireale, Caltagirone, Noto e Piazza Armerina.

Sylvie Granger [CERHIO, Le Mans Université]
Itinérance ou stabilité des maîtres de musique de 1790, à travers la base prosopographique Muséfrem

L’entrepreneur de musique

Galliano Ciliberti [Conservatorio di Monopoli]
Un impresario in chiesa: il maestro di cappella a Roma e nello Stato Pontificio nel Seicento

Christophe Maillard [CERHIO]
La figure du maître de musique dans les villes où rivalisent deux corps de musique prestigieux à la fin du xviiie siècle

Érik Kocevar [IReMus]
L’organiste de collégiale et de cathédrale aux xviie et xviiie siècles : réflexions sur le statut d’un des hommes-clé des cérémonies religieuses en France.

Thierry Favier [Université de Poitiers]
Le maître de musique d’Église et le concert en province au xviiie siècle

Le maître et le livre

Jean Duron [Chercheur associé, Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Le maître et son œuvre : la nécessité d’un classement, l’espoir d’une préservation

Cécile Davy-Rigaux [CNRS / IReMus]
Maître des ouvrages liturgiques : une fonction particulière du maître de musique

Laurent Guillo [Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Les maîtres de chapelle entre institution et édition (xviie-xviiie siècles)

Nathalie Berton-Blivet [CNRS / IReMus]
Le maître de musique à l’épreuve de l’édition

Pratiques d’enseignement

Xavier Bisaro [V Université de Tours]
L’enfance de l’art : les maîtres de musique et l’enseignement du plain-chant au xviiie siècle

Aline Smeesters [Université de Louvain-la-Neuve]
Collaborations de poètes néo-latins et de compositeurs de musique à l’époque moderne : deux cas d’étude

Jean Duron [Chercheur associé, Centre de musique baroque de Versailles, CESR]
Le maître théoricien aux xviie et xviiie siècles : l’apprentissage de la composition musicale

Jean-Paul C. Montagnier [Université de Nancy]
La messe polyphonique en livre de chœur comme outil pédagogique

Perspectives

Bernard Hours  [Université de Lyon 3]

Conclusions

3es Rencontres MUSÉFREM : « La profession de musicien d’église. De la définition du groupe au suivi biographique individuel »

Responsable scientifique : Bernard Dompnier (CHEC)

Vendredi 24 et samedi 25 octobre 2014

Maison des sciences de l’homme, Université Blaise-Pascal, 4 rue Ledru, à Clermont-Ferrand

Ces journées d’étude, qui s’inscrivent dans le cadre de l’enrichissement et de l’exploitation de la base de données Muséfrem, ont un double objectif, à la fois scientifique et technique. Elles sont cofinancées par le CHEC et le Centre de musique baroque de Versailles, avec le soutien du CERHIO.

Trois objets complémentaires :

• un approfondissement de la réflexion commune sur les éléments qui conduisent à considérer qu’un membre du personnel d’une église doit être tenu pour musicien – même s’il n’est pas désigné comme tel – et donc à figurer dans la base de données. L’organisation diversifiée des bas chœurs et la gamme étendue des dénominations en vigueur pour les divers emplois rendent indispensable de définir avec précision les critères permettant de décider de l’appartenance au groupe professionnel des musiciens. L’ampleur des dépouillements déjà réalisés garantit la possibilité d’arrêter désormais ces critères de manière définitive ; elle permet aussi, par ce biais, d’approfondir la réflexion sur le rapport entre musique et autres fonctions dans les offices. Ce volet scientifique de la rencontre, intitulé « Des corps de musique sans « musiciens ». La confusion des fonctions cantorales et musicales dans les cathédrales françaises des XVIIe et XVIIIe siècles » est présenté de manière plus détaillée dans le document joint.

• une mise à niveau des participants sur les principaux instruments de travail utiles pour l’élaboration des notices départementales. L’objectif est de veiller à ce que les synthèses rédigées pour chaque département offrent toute garantie de comparabilité, condition indispensable à une exploitation nationale des données collectées. La journée vise donc à faciliter un usage partagé et raisonné des grands recueils de sources de niveau national (La France ecclésiastique, les pouillés, les dictionnaires historiques et topographiques…).

• une formation technique à l’élaboration des notices biographiques. Désormais tous les participants à l’enquête ont acquis la technique de confection des « notices-document », première étape dans la mise en forme des données. Mais le nombre de ceux qui maîtrisent la seconde étape, qui consiste à rassembler ces fiches-document en fiches biographiques, est encore trop limité, ce qui ralentit considérablement la mise en ligne des informations. Il s’agit donc de faire sauter ce verrou et, si possible aussi, de faire profiter de cette formation technique de nouveaux collaborateurs du réseau, notamment des étudiants de master.

Les trois objets assignés à la rencontre sont conçus comme indissociables, le réseau Muséfrem étant particulièrement attaché à ce que la compétence technique requise pour l’enrichissement de la base de données ne soit jamais détachée d’un projet scientifique et d’une problématique de recherche.

Avant-programme

Vendredi 24 octobre 2014

Ouverture des travaux à 10h30, salle 220 (2e étage)

1. Des corps de musique sans « musiciens ». La confusion des fonctions cantorales et musicales dans les cathédrales françaises des XVIIe et XVIIIe siècles

10h45 : Bernard Dompnier, « Introduction. Des bas chœurs sans musiciens ? »

11h00 : Aurélien Gras, « Des institutions et des hommes. Les corps de musique des cathédrales de Provence et du Comtat Venaissin au XVIIIe siècle »

11h30 : Françoise Talvard, « Nous sommes vrais titulaires dans le chœur de l’église cathédrale de Rodes sous le nom de choriers »

12h00 : Pierre Mesplé, « Le bas chœur de la cathédrale de Chartres »

12h30 : Georges Escoffier : Proposition de relecture de situations locales [titre à préciser]

15h00 : Lluis Bertran, « Le cas de Barcelone. Continuités et ruptures dans l’organisation institutionnelle de la musique d’Église au-delà des Pyrénées »

2. Des outils pour les comparaisons nationales

15h30 : Christophe Maillard, « Apports et limites des pouillés généraux »

16h00 : Stéphane Gomis, « Apports et limites des dictionnaires historiques et géographiques du XVIIIe siècle »

16h30 : Bernard Dompnier, « Apports et limites des annuaires sur l’état du clergé »

3. Rédiger les notices biographiques Muséfrem

17h00 : Sylvie Granger, « La notice biographique Muséfrem. Structure générale »

Samedi 25 octobre 2014

Salle 332 (3e étage)

9h00-13h00. Atelier de formation à l’utilisation du module de rédaction des notices biographiques, sous la direction de Sylvie Granger.

Contact
Bernard Dompnier (CHEC) : bernard.dompnier@orange.fr

 Voir aussi le programme et les captations des journées « Fonds musicaux en Région : conservation, recherche, diffusion » (6 et 7 juin 2014) et le lancement public de la base de données MUSEFREM.