Octobre 2020 : la 12e publication

Deux départements du centre de la France, l’avant-dernier département breton et le très atypique Rhône : telle est la physionomie (contrastée) de la douzième publication muséfrémienne.

  • Le Cher : sa publication est l’aboutissement de longues investigations menées par Isabelle Langlois (CHEC, Université Clermont-Auvergne), Maxou Heintzen (CHEC) et Sylvie Granger (TEMOS, Le Mans Université). Autour d’une puissante cathédrale, celle de Bourges, pourvue de nombreux musiciens et de « voix très remarquables », on découvre une myriade de collégiales et quelques églises dispersées comportant de petits corps de musique, parfois un orgue, le plus souvent seulement quelques chantres.
  • La Creuse a été scrutée avec opiniâtreté et sur la longue durée par Alexandre Malaqui, qui a mené une enquête complexe dans un territoire à dominante rurale, de surcroît peu exploré par l’historiographie. Les vrais corps de musique sont rares, d’autant qu’il ne s’y trouvait aucun siège épiscopal sous l’Ancien Régime. Les lieux et les individus retrouvés n’en sont pas moins indispensables pour compléter le panorama global des musiques d’Église à la veille de la Révolution que Muséfrem dessine étape par étape.
  • L’Ille-et-Vilaine résulte d’une recherche au long cours menée par Marie-Claire Mussat (université Rennes 2), avec le concours de Sylvie Granger pour la construction des notices. Voilà un département riche d’une ancienne capitale politique et administrative, d’un port international ou encore de petites villes forteresses, et qui peut s’enorgueillir de posséder trois cathédrales, trois collégiales, de nombreux chantres et musiciens à la personnalité parfois très marquée, des familles d’organistes solidement implantées, voire une quasi école d’orgue.
  • Le Rhône a fait l’objet d’un travail de deux années effectué par Lucas Bouteille, étudiant de Master Recherche à l’Université Clermont-Auvergne, sous la direction de Stéphane Gomis. Mission difficile, cette fois en raison du grand nombre de lieux concernés. Et aussi des spécificités des usages lyonnais qui, interdisant la musique figurée dans les établissements séculiers du diocèse, produisent in fine un corpus essentiellement constitué de plain-chantistes et comptant très peu de « musiciens » au sens propre du terme.

Outre un robuste article de synthèse inédit pour chacun, ces départements apportent à eux quatre près de 600 nouvelles biographies de musiciens et musiciennes. Signalons qu’une centaine d’autres notices viennent par ailleurs abonder des corpus départementaux plus anciennement publiés (notamment : Cantal, Maine-et-Loire, Nord), portant à 5 900 le nombre total de biographies maintenant en libre accès.

Cette douzième mise en ligne est la dernière à avoir été préparée par Sylvie Lonchampt, du CMBV : toute l’équipe Muséfrem la remercie de son implication sans faille et lui souhaite une très heureuse retraite.

Pour Muséfrem,
Sylvie Granger
musefrem@cmbv.com
(1er octobre 2020)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.