Deux Muséfrémiens publient

François CAILLOU et Christophe MAILLARD, fers de lance de l’enquête Muséfrem, viennent de participer à un gros ouvrage, rédigé à quatre : 

Les élites urbaines sous l’Ancien Régime.
L’exemple de Tours

Les deux autres auteurs de cet ouvrage appelé à faire référence sont Béatrice Baumier et Claude Petitfrère, ce dernier ayant été le professeur de ses trois co-auteurs. Passage de témoin en lui-même significatif et émouvant. Chacun des quatre a apporté ses compétences spécifiques, issues de leurs champs de recherche respectifs. On reconnaîtra en particulier sous la plume de François Caillou et de Christophe Maillard des pages éclairantes sur le bureau des finances et sur le clergé de Tours, mais aussi, naturellement, Muséfrem oblige, sur la pratique musicale à et hors l’Église.

L’ouvrage, de 430 pages, richement illustré, est publié aux Presses universitaires François Rabelais : vous pouvez le commander ICI (30 €).

Texte de la 4ème de couverture proposée par l’éditeur
Au début de l’Ancien Régime, Tours était une « ville moyenne » par le nombre de ses habitants. Une fraction puissante de la population occupe alors le sommet de la société urbaine. La ville de Tours est un champ d’observation privilégié pour l’étude de ces « élites ».
Qui étaient les membres de l’élite tourangelle entre le règne d’Henri IV et la Révolution ? Comment ces hommes et ces femmes ont-ils vécu les grandes mutations politiques et institutionnelles du royaume, de l’ultime guerre de Religion aux conflits idéologiques des Lumières ? Quelles étaient leurs relations avec le reste des citadins et en particulier avec le petit peuple ?
Grâce à des recherches inédites et des archives riches et pittoresques, ce livre apporte un éclairage nouveau sur la ville de Tours à l’époque moderne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.